Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !

Contes philosophiques de Jean-Claude Mourlevat

2 Commentaires

Bonjour,

Il y a quelques jours, j’ai essayé de ranger ma bibliothèque…ce fut très long car, évidemment je n’ai pas pu m’empêcher de feuilleter des livres voir d’en lire certains 😛

C’est là que je suis tombée sur ces 3 petits contes philosophiques de Jean-Claude Mourlevat

Il faut savoir que ces petits contes s’adressent à des enfants à partir de 8 ans 😉

L’homme à l’oreille coupée

Dans un port de Norvège, un vieux marin raconte chaque soir comment il a perdu l’oreille qui lui manque. Mais ce n’est jamais la même histoire ! A l’écouter, il a eu mille vie et l’a perdue mille fois, cette fameuse oreille… Qui saura un jour la vérité ? Personne s’en doute, mais quel conteur !

J’avoue que c’est le seul conte auquel je n’ai pas réussi à trouver de sens « caché »…enfin s’il y en a un. Ici, on parle de jardin secret, de curiosité…et tout comme les personnes qui veulent savoir, le lecteur aussi s’interroge sur cette absence d’oreille…mais ce n’est pas moi qui vous donnerais la réponse 😉 .

Dans ce court conte, Jean-Claude Mourlevat critique-t-il la curiosité, parfois malsaine, du genre humain ? Ou alors, de la nécessité que chacun est un jardin secret?? En tout cas, une histoire qui en cache d’autres…que d’imagination de la part de notre marin 😉

Peut-être que certains d’entre vous on une idée??

L’homme qui ne possédait rien

Dans une oasis du désert vivait un homme qui ne possédait rien. Un soir, un chameau propose de l’amener dans la ville de Topka, de l’autre côté du désert. L’homme s’y installe, travaille, se marie. Il oublie le chameau qui pourtant l’attend. Devenu riche et vieux, l’homme se sent seul. La nostalgie de son oasis le gagne…

La richesse, et la recherche de cette dernière n’amène pas au bonheur…finalement on se perd, et on oublie ce qui est important pour nous. Une histoire simple pour faire apprécier à chacun la beauté de ce qui nous entoure.

Une critique de notre société de consommation 😉

L’homme qui levait les pierres

Ruper Oaza est l’homme le plus fort du monde. Chaque dimanche, sur la place du village, il soulève une énorme pierre devant la foule rassemblée. Petit et malingre, Peio est fasciné par la force de Ruper Oaza et rêve de le remplacer un jour. Ruper accepte de lui donner des leçons…sans jamais lui faire toucher la moindre pierre !

C’est le conte qui m’a le plus touché…il parle de rêve, d’espoir, de transmission .Chaque parent à le même souhait que Ruper….ce n’est pas seulement transmettre son savoir qui importe, mais de « partager » nos rêves et de permettre aux plus jeunes de se dépasser.

Conclusion

Jean-Claude Mourlevat trouve toujours les mots justes pour parler aux enfants et leurs transmettre des principes et des façons de percevoir le monde.D’ailleurs j’ai pu constater en me baladant sur « la toile » que certains professeurs des écoles les ont travaillé avec des élèves de cycle 3 ….très intéressant, je me suis même dit que je devrais montrer certains sites à mon homme 😀

Bonne lecture !! ❤ 😉

 

 

 

 

 

 

..

 

Publicités

Auteur : lafontmagali

Accro de lecture mais pas très douée pour écrire, je me suis lancée avec ma fille dans la lecture de notre bibliothèque avec la volonté d'écrire une chronique sur chacun des livres lus....vous aurez donc l'occasion de voir à quel point ma fille de 13 ans écrit beaucoup mieux que moi ...bonne lecture !!!

2 réflexions sur “Contes philosophiques de Jean-Claude Mourlevat

  1. J’aime beaucoup les couvertures, je suis assez tentée =)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s