Le chien arabe de Benoît Séverac

Bonjour,

J’ai déjà eu la possibilité de lire 2 romans de Benoît Séverac : Silence et Little Sister ( vous pouvez retrouver les chroniques ici et 😉 ) , mais comme je suis sensée le rencontrer bientôt et que j’avais le Chien Arabe dans ma PAL …c’était l’occasion ! 😉

droppedimage

4ème de couverture

«Vous devriez faire attention à vous, docteur Ollard. Vous pensez avoir tout compris à la condition des Maghrébines en France parce que vous avez rencontré une gamine et sympathisé avec elle ; mais nous, ça fait des années qu’on est au courant de ce qui se passe dans les cités, c’est notre métier. Nous savons qui fait quoi, et qui représente un réel danger».

Sergine Ollard est vétérinaire à Toulouse. Une adolescente désemparée, Samia, lui demande d’examiner un chien souffrant d’un mal mystérieux que son frère aîné, Nourredine Ben Arfa, cache dans une cave. Dans ce quartier gangrené par le trafic de drogue et travaillé par l’islamisme radical, la jeune vétérinaire va se trouver embarquée malgré elle dans un combat entre deux camps qui partagent la même culture de violence.

Le roman noir de la France d’aujourd’hui.

Mon avis

Voilà un livre pour lequel je vais avoir autant de mal à vous donner mon avis que j’en ai eu à le lire !

Pourquoi ?

J’ai vécu à Toulouse, alors certes je ne connais pas vraiment le quartier des Izard, mais par contre j’allais régulièrement au Mirail. A l’époque de Mohammed Merah, j’étais partie mais je suis dans le Tarn (si vous vous rappeler des événements, il est venu tuer « chez nous » – je passe tous les jours devant le 8ème RPIMa où il a tué des militaires 😦 ) .

Alors ce bouquin ben, il me remue, il me dérange…il m’interpelle et m’inquiète car la situation n’a pas beaucoup changé, voir elle a empiré !!

Le titre

Tout commence par un chien passeur (vous savez comme les mules humaines qui ingèrent des sachets de drogues pour passer la frontière ) malade, une adolescente émue prête à affronter son frère pour sauver ce chien et une véto.

Malheureusement ce chien ne pourra être sauvé (c’est un enjeu de taille dans la cité 😦 ) et c’est la police de quartier – représentée par la Brigadier-chef Decrest– qui est en charge de l’enquête sur le « meurtre » du chien.

Et tout s’enchaîne !

L’histoire

Avec des phrases simples, sans fioriture, Benoit Séverac nous parle de la cité des Izard…fourmilière humaine dans laquelle les jeunes tentent d’exister. Oh il y a des gens biens mais ceux qu’on voit, ceux qu’on entend (nous qui sommes un peu loin 🙂 ) ceux sont le plus souvent des jeunes désœuvrés et ils vont mal !

Les « cités », quel terreau fertile pour les dealers et les fanatiques !!

Dans ce roman on suit:

Nourredine… « petit » dealer de la cité qui cherche à prendre de l’envergure. C’est lui qui tient le marché de la drogue, c’est le leader des jeunes paumés des Izard. C’est sa manière à lui d’être, d’exister aux yeux des autres.

La place d’un chef est souvent un siège éjectable, on se fait des ennemis et  il est donc nécessaire de faire des alliances ! Mais toute décision, tout choix a  des conséquences, et Nourredine devra en payer le prix !

Hamid, lui c’est la religion, Daesh. Il est d’une famille modérée mais il se pose de nombreuses questions, il n’arrive pas à se situer dans la société dans laquelle il vit. « Heureusement »(ironie), l’Imam et son frère (revenu de Syrie) sont là pour lui montrer le chemin..à tel point qu’il en oubliera ceux avec qui il a grandit et « embrassera » les convictions salafistes … mais jusqu’où est-il vraiment capable d’aller ?

Face à ces jeunes il y a les flics (ceux qui sont sur le terrain mais aussi les autres). Ils se servent des uns pour découvrir où se cachent les autres. Ils ont toutes les informations en main dans leurs différents services mais « on ne mélange pas les torchons avec les serviettes » alors… « échec et mat » !

Enfin au milieu, entre le marteau et l’enclume, il y a Sergine qui fonce sans réfléchir pour sauver Samia. Elle est comme nous, elle ne connaît pas les tenants et les aboutissants de ce qui se passe dans la cité. Elle n’a qu’un objectif et elle fera le nécessaire pour l’atteindre. C’est grâce à elle et avec elle que nous, lecteurs, découvrons l’envers du décors.

Conclusion

Je suis contente d’avoir lu ce livre et d’être arrivée jusqu’au bout (j’ai pu savourer la note d’espoir final…et c’était nécessaire 😀 ) … mais je ne le relirai pas et je vais remettre mes œillères…au moins jusqu’à ce que je retourne travailler et que je réalise (à nouveau) qu’il est facile de manipuler ces jeunes déjà en colère contre la société !

livre-ouvert-couvercle-noir_318-49728

 

Bonne lecture !! ❤ 🙂

12 commentaires

  1. Bonjour Magali. Ta chronique m’a interpelée et je l’ai lue avec beaucoup d’intérêt. Ai-je le cœur de lire ça, même si en tant que citoyenne je le devrais. J’admire l’auteur et son objectif de faire réfléchir sur notre société. Maintenant je sais que ce roman existe. Merci

    Aimé par 1 personne

    • Mais tu sais, pour compléter mon commentaire précédent, le roman noir (contrairement à d’autres formes de polar) a pour but, entre autres, de faire réfléchir sur notre société, mais il ne faut pas perdre de vue que c’est de la fiction. Tout est inventé. L’idée, le but d’un roman, est avant tout de faire croire à une histoire, et de créer du beau. Je ne nie pas la dimension « réaliste » du roman noir, mais il est important de ne pas voir/chercher que ça.

      Aimé par 1 personne

      • Merci pour l’explication, c’est vrai que je me suis posée la question du réalisme de l’histoire…dans tous les cas le but de faire réfléchir est atteint, tout du moins avec moi ! Même si la lecture fut difficile, j’ai apprécié le roman … vraiment !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s