Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !

Igor à l’étroit de Jean-Baptiste Veber

5 Commentaires

Bonjour,

D’abord merci à Jean Baptiste Veber pour ce service presse. Ensuite toutes mes excuses pour avoir maltraité votre roman 😦 . Cela faisait bien longtemps (depuis mes années de fac en fait 😛 ) que je n’avais pas corné, sorti le crayon papier pour souligner des passages … Je sais que certains d’entre vous trouveront ça « horrible », inimaginable. Pourtant, je le vois plutôt comme une marque d’intérêt, et dans ce cas précis, je ne pouvais pas faire autrement !!!

57571

4ème de couverture

Igor à l’étroit, c’est l’histoire d’un enfant qu’on suit depuis le ventre de sa mère jusqu’aux prémices de son adolescence. Garçon au caractère bien trempé, il découvre avec appétence le monde extérieur. La réalité qu’il appréhende peu à peu est pour lui source de passions mais aussi de frustrations quant aux limites que lui impose l’univers des adultes. Il échappe à ce tiraillement par les voies de l’imaginaire et en se constituant une rationalité propre.

Mon avis

J’ai mis du temps à lire ce roman, d’abord parce que je travaillais mais aussi car il demande une certaine attention de part sa richesse. D’ailleurs la chronique va être compliquée, il y aurait tellement de choses à dire.

Je vais commencer par le plus simple et dont je parle très rarement dans le cadre de mes avis (vous avez deviné ? ) : La plume de l’auteur ! On sent le prof derrière l’auteur, les structures de phrases sont impeccables tout en étant fluides, le vocabulaire est riche (je crois que c’est un terme que je vais employer souvent dans cet article 😀 ) sans être trop soutenu. Du coup, c’est vraiment un plaisir à lire.

Parlons de l’histoire maintenant !

Je commence par le bémol, car oui, il y en a un quand même : les pensées,ainsi que certains propos d’Igor semblent trop complexes par rapport à l’âge et j’ai eu un peu de mal parfois à me situer dans l’espace/temps… Mais bon, emporté dans l’imaginaire d’Igor et de ses amis, on finis par en oublier le cadre de la réalité.

J’ai souri, parfois, pas tout le temps, car l’arrivée d’Igor dans notre monde fut plutôt douloureuse. J’ai aimé la manière dont l’auteur nous décrit comment Igor perçoit son environnement : le langage, les autres enfants, le parc, l’école…

 » Igor en vint à perfectionner son langage, lorsqu’il voulut inventer de nouveaux usages aux objets qu’on lui offrait à tripoter […] Lorsqu’il était au bain, le porte-savon se transformait en un bateau dont les formes improbables l’inspiraient davantage que la pagaille de jouets qu’on déversait à chaque fois dans l’eau… Pour que la transformation fut complète, il lui fallait user des mots; ceux-ci lui permettaient de donner à son imagination une consistance réelle. »

En tant que mère, qui n’a pas espéré que son enfant, embarqué par l’histoire d’un roman, parte à l’aventure et se recréé le monde qu’il imagine? (Moi en tout cas j’aurais aimé savoir un peu plus comment mes têtes blondes retranscrivaient leurs lectures 😉 ) Les références à nos classiques comme source de rêves et de créations, m’ont donné l’envie de faire découvrir « Vendredi ou la vie sauvage » de Michel Tournier à mon Petit Diable !

Résultat de recherche d'images pour "vendredi ou la vie sauvage"

Jean-Baptiste Veber nous montre aussi l’incompréhension, la frustration et la colère qui peuvent naître dans la tête d’un enfant lorsqu’il se retrouve confronté à la réalité des adultes et à certaines obligations.

A la lecture des derniers chapitres du  roman, je me suis demandée comment l’auteur arriverait à mettre le mot fin, comment il pourrait se sortir de l’imaginaire débordant de ce petit garçon qu’est Igor ? Je ne peux pas vous donner de détail sans risquer de spoiler la fin du roman mais c’est un moment poignant !!

Conclusion

Un roman bien écrit qui nous emmène dans le monde imaginaire de l’enfance. Igor est-il un enfant à part ou est-ce que tout les enfants ont autant d’imagination jusqu’à un certain âge ? Je ne saurais le dire, mais d’une certaine manière je crois que j’aurais aimé que les miens en ai un peu comme ça.

En tant qu’adulte, ce sont des romans comme celui-là qui nous permettent un retour dans le monde de l’imagination. A y réfléchir, ma Petite Pousse en adepte de Peter Pan pourrait se retrouver dans ses lignes.

Résultat de recherche d'images pour "j'aime imagination"

 

Bonne lecture !! ❤ 🙂

PS : Je voulais vous mettre une image montrant que c’était un coup de ❤ , mais je n’ai pas trouvé celle qui me convenait 😉

PS’ : Pour découvrir Igor et son monde imaginaire, c’est par

 

Publicités

Auteur : lafontmagali

Accro de lecture mais pas très douée pour écrire, je me suis lancée avec ma fille dans la lecture de notre bibliothèque avec la volonté d'écrire une chronique sur chacun des livres lus....vous aurez donc l'occasion de voir à quel point ma fille de 13 ans écrit beaucoup mieux que moi ...bonne lecture !!!

5 réflexions sur “Igor à l’étroit de Jean-Baptiste Veber

  1. Le résumé m’intrigue déjà fortement, et ton avis donne très envie de le lire ! Je me le note !

    Aimé par 1 personne

  2. Il a l’air interessant 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s