Salon du livre : Papillonnez en famille – Gaillac (81)

Bonjour,

Ce soir je vous fais le retour sur le 1er salon de la journée, celui de Gaillac. Il faudra patienter jusqu’à demain pour mon retour sur celui de Mazamet. Il y a tant de choses à raconter que mon article serait trop long (à mon goût 😛 ) et ne me permettrait pas de rentrer dans les détails 😉

Je suis donc partie aux salons avec mes têtes blondes (d’ailleurs ma Petite Pousse a été une assistante au top et m’a évitée bien des bourdes ❤ ) et des flyers préparés par Monsieur !

flyers 1

Bon, on a un peu oublié de préciser la ville mais depuis c’est rectifié 😀 !!

Allez hop c’est parti pour la découverte du salon de Gaillac !! Papillonez en famille (joli nom vous ne trouvez pas)

Alors sincèrement, on ne s’est pas arrêté partout, donc un petit tour dans l’ordre. D’abord, un petit arrêt auprès des créateurs d’un nouveau magazine spécial « terroir »…je l’ai feuilleté et il est super bien fait et relate bien tout ce qui est fait en Occitanie pour l’environnement, le bio, le lien social. En plus il propose aux abonnés, des rencontres avec les entrepreneurs qu’ils présentent autour de manifestations. Je trouve l’idée super intéressante. Bon j’ai oublié de l’acheter en repassant mais je ne manquerais pas de me le procurer à sa sortie en kiosque le 16 mai https://oxytanie.com/#le-magazine-oxytanie

Petit arrêt aux éditions Cairn pour échanger avec Patrick Caujolle (que j’ai rencontré sur plusieurs salons et que j’ai aussi chroniqué à 2 reprises) et ses acolytes.

Un peu plus loin, nous avons rencontré Muriel Carchon et Anne Waddington avec lesquelles nous avons passé un petit moment à échanger sur la littérature, mais aussi sur le projet. Nous leur avons laissé un flyer à chacune avant de partir… Toutes deux étant très intéressées par l’idée de venir dédicacer leurs romans à l’Imaginarium.

Et hop on continue et on file sous un nouveau barnum d’auteurs… Je précise qu’avec Petite Pousse, nous avons perdu Petit Diable (c’est un élément très important pour la suite de l’histoire 🙂 )

Donc barnum suivant pas d’arrêt particulier mais une réflexion on ne peut plus personnel… Je vais devoir élargir mon champ de lecture pour vraiment proposer de tous aux futurs lecteurs. J’ai beaucoup de mal à m’arrêter sur les livres parlant de l’Histoire régionale 😦 .

Enfin, j’espère faire évoluer tout ça avec le temps 😉 ! Passons au dernier barnum plus accès sur la jeunesse. Comme à chaque fois que j’ai l’occasion de croiser cette autrice-illustratrice je m’arrête devant ses livres jeunesse… Et j’hésite ! Mes enfants étant beaucoup trop grands, et ma nièce beaucoup trop jeune 😦 . Mais elle a un coup de crayon que je trouve superbe ! (source image : https://www.facebook.com/profile.php?id=100013922173417 )

L’image contient peut-être : dessin

En collaboration avec Dominique Montalieu, ils ont repris et adaptés nos contes classiques … Vu l’humour de l’auteur et le sourire de ma fille lorsqu’elle l’a feuilleté, cela doit être fort sympathique 😉

Source image : http://lesmauxcames.canalblog.com/

J’avoue que l’avoir à L’Imaginarium me plairait beaucoup.

Petit arrêt chez Mary Aulne où Petite Pousse hésite à se lancer dans l’achat d’une BD… Finalement elle résistera à la tentation, mais prend la carte de la demoiselle en ce demandant pour quelle occasion elle pourrait se la faire offrir 😀

https://lecturesfamiliales.files.wordpress.com/2019/05/b9a7d-fb_img_1488915027093.jpg

Elle n’avait jamais vu ce garçon. Pourtant il était dans sa classe. Elle n’avait pas fait cela par méchanceté. Plutôt par indifférence. Ce qui est trop différent de soi, inconsciemment ou non, on fait tout pour ne pas le voir.

Et puis un jour, il vient lui parler. Pour elle, rien n’est plus comme avant. Maintenant elle s’interroge sur lui, elle le sublime jusqu’à en tomber amoureuse, malgré elle, malgré tout ce qui les sépare.

Elle est populaire mais pas sûre d’elle. Lui se moque de tout.

Deux existences comme il y en a tant. Des vies un peu bancales, auxquelles les personnages essaient de redonner un équilibre, chacun avec ses armes et sa beauté intérieure.

A commander sur : http://enfantsrouges.com/boutique/

En repartant du stand, à quelques mètres c’est le sursaut maternel … Je fais un bon en retrouvant mon fils. En fait ça fait au minimum 30 minutes qu’il discute avec Nicolas Soulages… Le pauvre auteur !! 😛

En attendant nous avons longuement discuter avec lui ainsi qu’avec l’auteur assis juste à côté. C’était vraiment intéressant, et ça m’a un peu rassurée sur le crowfunding ulule qui me met dans un état de stress en 5 jours que j’avais rarement atteint 😀 !!

Petit Diable a adoré discuté avec lui, et il est reparti avec son roman.

Source image : Le téléphone de mon fils 😀

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.15752-9/59949273_2058683634436854_262544740849811456_n.jpg?_nc_cat=111&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=1bf4b0ee6f2294a087f61dc8244e184b&oe=5D603C67

Sur l’Arche Hope, un continent invisible localisé dans l’océan Atlantique, se côtoient des devins, des druides, des enchanteurs, des métamorphiens et des sorciers, tous plus communément appelés des sorciens. D’ailleurs, plusieurs royaumes et peuples coexistent dans ce monde magique, dont le Royaume souverain d’Anthalantis, dirigé par une triarchie : les 3 grands archisorciens.
Nolan qui a grandi sur la terre visible y découvrira ses origines avec de l’humour, du doute, de l’excitation, de la peur, de l’amitié, de l’Histoire et des histoires ! Mais avant tout, avec beaucoup de magie !
Accompagné d’une famille qu’il pensait avoir perdue et de ses nouveaux amis, il découvrira la magie et ses puissants pouvoirs. Un dragon qui sort du mur, un lutin au caractère bien trempé ou encore des créatures enchanteresses, toutes participeront à ses aventures. Face à un terrible fléau que personne ne s’attendait à revoir paraitre, seuls le courage, les liens de l’amitié et la magie de Nolan pourront écarter ce terrible mal… du moins pour un temps.
Ne vous êtes vous jamais demandé : d’où vient la magie ? Existe-t-elle parmi nous ? Comment certains contes ou légendes ont ils été créés ? Pourquoi certaines choses, ou évènements sont-ils inexplicables (du moins pour nous, simples terriens) ? Eh bien, ce sont autant de questions… dont les réponses vous seront dévoilées au fil des aventures de Nolan et de ses amis.
Mélangeant la réalité et l’imagination, Nicolas Soulages vous propose un voyage vers de merveilleuses contrées où de nombreux mythes et légendes virent le jour. Peut-être leur laisserez-vous une chance d’avoir réellement existé…
Pour suivre les aventures de Nolan et de son auteur c’est :

Nous avons un peu moins eu l’occasion de discuter avec Laurent Giocanti-Belmonte mais lui aussi s’est intéressé au projet de l’Imaginarium et son livre à l’air bien sympa aussi.

Comme vous l’avez sûrement deviné, la source image est la même que la précédente 😀

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.15752-9/60047001_291333085138601_6439675737996787712_n.jpg?_nc_cat=105&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=e60c56aba5375c35642b0e0ad60fc87b&oe=5D563597

Hélianterre, année six-cent-vingt-trois. Une expédition de moines rapporte une relique trouvée dans la jungle d’Ambre. C’est le début d’une épopée pour des héros confrontés à l’alchimie philosophale, le dogme sacré de l’Église de Garuda.
Seyrio Hilialquine est l’un d’eux, un artiste de Lysurne obnubilé par la recherche de la gloire et de l’argent. Un artiste surtout perturbé par une inquiétante entité évoquant une machine alchimique bien mystérieuse: le Transfigurateur. La puissante Compagnie des Indes orientales s’intéresse aussi à cette machine, comme s’y intéresse Karl Vlamiss, le manufacturier en armes et peut-être futur stathouder de la Confédération des sept républiques.
Pendant ce temps, l’agressif roi Draymond IX du royaume de l’Arcildere est sur le point de remettre en question une paix durable en Hélianterre. Dans le grand duché de Welgraf, un prisonnier rumine sa vengeance. Ils ne le savent pas encore mais sur eux aussi plane l’ombre du Transfigurateur.

La Sombre Alchimie de Seyrio est le premier tome d’un cycle de Fantasy mature, L’Age d’Or de Garuda, écrit par L. Giocanti-Belmonte. C’est une Fantasy inspirée de la fin du 17ième siècle, où le raffinement des sociétés mondaines est souvent entaché par le feu et le fer. Élixirs et machineries étranges forment une magie née dans des monastères et des manufactures d’États.

Pour suivre l’actualité de son roman, c’est par là 😉 : https://www.facebook.com/LAge-dOr-de-Garuda-1800318663628154/

Perso j’aime beaucoup la couverture 😉 !

Et voilà 2h au salon du livre de Gaillac. Un seul achat pour le moment, mais de nombreuses et enrichissantes rencontres. Ainsi que l’occasion de faire découvrir un peu plus l’Imaginarium 😉

Je vous retrouve demain pour vous parler du salon de Mazamet qui a été tout aussi riche en rencontre, mais qui a allégé un peu plus notre portefeuille 😛

Bonne lecture ! ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s