PAI 2019 : La voleuse des toits de Laure Dargelos

Bonjour tout le monde,

Je reviens aujourd’hui pour une chronique dans le cadre du Prix des auteurs inconnus (pour plus d’infos, tous les liens sont en bas de page 😉 ) et j’avoue que je ne sais pas trop par quel bout prendre ce retour de lecture 😦

51P2PWWFO3L

4ème de couverture

Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime.
Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, Éléonore Herrenstein s’élève contre l’ordre établi. Elle qui espère rejoindre la rébellion et renverser le gouvernement, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Et pour quelles sombres raisons sa famille dissimule-t-elle une mystérieuse toile, peinte un demi-siècle plus tôt ?
Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible…

Mon avis

Bon commençons les choses dans l’ordre, je trouve la couverture magnifique, équilibrée et après lecture… 0pleine de sens. Elle est peut-être, dans ma perception des choses, un peu connoté enfant au  niveau de la fantasy, mais dans une librairie mon regard s’y serait arrêté 😉 .

Les dix premières pages, qui lui ont fait passer la 1ère étape de la sélection, m’ont fait penser à une BD que j’aime beaucoup…

https://products-images.di-static.com/image/patricia-lyfoung-la-rose-ecarlate-tome-2-je-veux-que-tu-m-aimes/9782756002316-200x303-1.jpg

Ce qui, pour ma part l’a fait passer en tête de liste dans ma sélection… Mais voilà, je suis passée à côté de ma lecture. Malgré les 10 pages qui m’ont bien accrochées, je me suis rapidement ennuyée…

L’histoire

Rien à reprocher au style de l’autrice, juste pas d’attachement particulier au personnage sauf peut-être Elias qui est vraiment complexe à saisir et comprendre (il est, selon moi, un vrai plus pour le roman).

Quand enfin la noirceur (que j’apprécie en fantasy), les manipulations politiques… apparaissent, l’autrice décide de « basculer » dans une autre temporalité. Et à chaque fois c’est pareil, dés que l’intensité monte il y a cette fameuse bascule. Ce qui en soit développe chez moi un fort sentiment de frustration que je n’apprécie pas outre mesure. Surtout qu’elle aurait pu développer l’histoire sans avoir à jouer avec le temps, il y a vraiment du potentiel !!!

Cette bascule régulière a donc une tendance à me frustrer, mais les interventions de l’autrice elles m’exaspèrent. Désolée, c’est peut-être un peu violent mais j’ai eu l’impression d’être prise pour une imbécile à ne pas suivre le développement.

Quant à la fin, contrairement au reste du roman, je l’ai trouvée trop rapide et du coup parfois incohérente. J’ai encore des questions en tête sur certaines situations concernant les rapports entre les personnages principaux.

Les personnages

Éléonore Herrenstein : C’est une jeune fille intéressante mais on reste pas mal en surface, il faut dire que c’est plutôt dur d’approfondir le caractère d’une jeune fille gâtée par la vie. Même si elle prend des initiatives c’est le plus souvent sous l’impulsion des autres. Son côté « bon samaritain » et même sa naïveté sont touchants mais à petites doses. J’avoue avoir eu beaucoup de mal à m’y attacher.

Pour Elias comme pour le lecteur, c’est un véritable livre ouvert… on sait toujours (plus ou moins) comment elle va réagir et ce qu’elle va faire.

Elias d’Aubrey : ❤ Alors lui je le trouve extrêmement bien travaillé, il est trouble. J’ai adoré découvrir au fil des pages sa véritable personnalité. L’impact des émotions sur son caractère. On se demande régulièrement qui il est vraiment. D’ailleurs dans la famille d’Aubrey, tous les personnages auraient mérité d’être un peu plus approfondis… rien n’est simple avec eux  😉

Les personnages secondaires ont tous un petit quelque chose. Vu l’intensité des événements, l’autrice n’a pas forcément le temps de leur donner véritablement corps mais elle transcrit quand même bien le pourquoi de leur comportement et quelques traits « clés » de leur caractère respectif 🙂

Histoire de finir sur un point positif, j’ai l’impression d’avoir été un peu (beaucoup) dur avec ce roman.

Les dialogues entre Elias et Éléonore sont souvent savoureux… Entre Elias et tout autre personnage d’ailleurs, sauf peut-être son père 😉

Conclusion

Elle va aller à l’encontre de tout mon développement 😀 ! Non sérieusement, la plume de l’autrice est agréable et son roman tient la route… Je suis sûre qu’elle en embarquera plus d’un. Le potentiel est énorme et l’idée de départ intéressante. Certes certains thèmes ne sont pas assez développés à mon goût, mais pour une entrée dans l’univers de la fantasy, c’est plutôt un bon choix.

Personnellement, si Laure Dargelos n’avait pas fait la « bascule » juste au moment où je voyais se profiler les manipulations personnelles et politiques et tout le côté noir que j’aime à retrouver dans ce genre de lecture, elle m’aurait embarquée complètement dans cet univers (un peu comme un roman de Robin Hobb où, personnellement j’ai toujours du mal à entrer dedans jusqu’à un instant T qui me fait basculer en lectrice compulsive :P)

Bonne lecture ! 😉

Lien du PAI 2019

 

 

 

 

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s