Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


Poster un commentaire

L’Arménien : Nuits Nantaises de Carl Pineau

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

Dernier roman du Prix du Cercle Anonyme de la Littérature (ex prix des Auteurs Inconnus). Reste plus qu’à voter d’ici la fin du mois 😉

51SgZSLBjDL._SX322_BO1,204,203,200_

4ème de couverture

Nantes, 22 décembre 1989. Le cadavre de Luc Kazian, dit l’Arménien, est retrouvé en forêt de Touffou. Deux balles dans la peau, et partiellement calciné. Assassiné. Mais par qui ? Et qui était vraiment l’Arménien ? Un trafiquant de cocaïne notoire, comme le pense l’inspecteur Greg Brandt ? Un copain de virées avec qui écumer les bars et draguer les filles, comme le voit Bertrand, son premier et peut-être unique ami ? Un jeune orphelin perturbé, mais à l’esprit vif et éveillé, comme le pense Françoise de Juignain, sa psychiatre depuis 20 ans ? Rien de tout cela, bien plus encore ? De la place Graslin au Château des ducs de Bretagne, des ruelles pavées du quartier Bouffay aux bars à hôtesses du quai de la Fosse, des pavillons de Rezé aux immeubles de Bellevue, Carl Pineau fait revivre dans ce thriller noir toute l’ambiance du Nantes des années 80.

Mon avis

Entre la couverture que je trouve superbe et la 4ème de couverture qui attise ma curiosité, la lecture se présentait sous les meilleurs hospices. Et pourtant, 2/3 choses m’ont dérangée … dont certaines seulement sur la fin je dois le reconnaître mais cela change la perception de la lecture de l’ensemble du roman. Et surtout je me demande si je n’ai pas loupé une flopée d’infos ou de détails.

Bon commençons dans l’ordre… Le nom d’un des personnages : Lounis… Ok on nous dit qu’il préfère se faire appeler Louis, mais alors pourquoi l’alternance entre les 2 noms continue tout au long du roman ?

Je ne peux pas trop expliquer l’autre point qui m’a gênée sous peine de spoil de l’histoire …. d’abord parce que je déteste quand j’arrive à la fin d’un roman et que j’ai l’impression de m’être fait couillonner tout le long (en même temps c’est le principe des polars) et ensuite parce que à y réfléchir je ne me base que sur un passage (la rencontre des 2 protagonistes principaux dans un salon de coiffure) où je pense ne pas avoir perçu les subtilités qui auraient pu me faire penser que…

Note complémentaire : Après un échange avec l’auteur, je confirme que je n’avais pas vu la subtilité qui reliait nos deux « héros » mais elle y est bien 😉

L’alternance entre les 2 points de vue est intéressante et donne un bon rythme au roman ce qui nous permet de tourner les pages rapidement avec l’envie de savoir ce qu’il s’est passé.

L’histoire est extrêmement bien ficelée, les personnages sont attachants, énervants, humains quoi …. aucune perfection ! Bon on  ne peut pas trop s’identifier à moins de faire partie du milieu de la nuit mais on se régale à les suivre dans « leurs aventures » !

La plume est acérée, le vocabulaire riche… et on sent que l’auteur connaît bien son sujet, et malgré mes « bémols » j’ai passé un très agréable moment de lecture … d’ailleurs je vous recommande de vous y plonger et pour ce faire c’est par !!

Publicités


1 commentaire

Edgar et le trésor du Capitaine Flint de Franck Driancourt

Bonjour,

Merci à Franck pour ce service presse qui met un peu de douceur (quoique !! 😛 ) dans ce monde de brutes 😉

Edgar Nelson est un jeune homme qui a la possibilité d’intervenir dans les romans… je vous en ai déjà parlé avec le 1er tome (Les aventures d’Edgar Nelson) de cette « série » qui nous permet aussi un retour dans nos classiques. Je dois reconnaître que pour ce tome, à part le titre du roman, je n’avais pas la référence…. Mais ne vous inquiétez pas, ça n’empêche pas de plonger dans l’univers de l’auteur !!! 😀

51+hTYg9JVL._SY346_

4ème de couverture

Le monde est sans doute plus vaste quand on l’imagine avec les yeux d’un enfant. De l’aventure, un trésor et des amis qui vous accompagnent partout, c’est de cette manière qu’Edgar a choisi de vivre sa propre vie, libre et heureux. Lorsqu’il se réveille un beau matin dans l’Angleterre du XIXème, il n’a aucune idée de ce qui l’attend. Oncle Christophe lui a donné rendez-vous à l’auberge de l’amiral Benbow, mais tout ne se passera pas comme il l’avait souhaité. Les retrouvailles sont une nouvelle fois repoussées et c’est accompagné de Jim Hawkins et d’une jeune fille, Lou, qu’il va entreprendre un long périple pour retrouver le livre des veilleurs avant que le fourbe Long John Silver et sa bande de pirate ne mettent la main dessus.

Mon avis

Avant de vous parler du livre en soi, je voudrais faire un petit commentaire sur la préface. J’ai trouvé très sympa que l’auteur demande à une blogueuse et sa fille de le faire. On ressent bien à quel point elles ont été touchées par cette démarche, et elles écrivent leur petit mot vraiment avec le cœur !

Revenons à l’histoire en elle-même, j’avoue que même si le livre peut se lire séparément des autres tomes, je pense que ne pas avoir lu le tome 2 (Edgar Nelson au pays d’Oz) a fait que certains détails, certaines infos m’ont échappée et c’est bien dommage… Mais bon, c’est ma faute !!! 😛

Les personnages sont toujours aussi attachants et Lou semble vraiment toute mignonnette et avoir des capacités supérieures à son âge. Certains enfants ont une maturité insoupçonnable 😉 (et je sais de quoi je parle 🙂 ) . L’histoire est bien ficelée, même si parfois j’ai trouvé que ça allait un peu vite…. Il faut dire qu’on y est bien dans cet univers 😉 .

Je n’ai qu’un petit reproche à faire, c’est l’insistance de l’auteur sur la difficulté à accepter le décès d’un être proche. Même si c’est vrai que c’est un événement marquant dans la vie d’un enfant…

En tout cas, comme pour une majorité des auteurs enfants, j’admire toujours autant la capacité de Franck de se mettre au niveau de la jeunesse…. Oulà non ! N’allez pas imaginer qu’il utilise un vocabulaire simple…enfin si, mais ce n’est pas « bébé ». Je parlais surtout de cette capacité à se mettre dans la tête d’un enfant et du coup de lui permettre de rentrer totalement dans le monde d’Edgar car il peut facilement s’y identifier.

Quant à la plume, on sent l’évolution positive entre le 1er livre et celui-là et cela n’en est que meilleur à la lecture 😉

Conclusion

Une revisite de nos classiques bien faite et qui peut inciter nos têtes blondes à les découvrir aussi (j’avoue avoir envie de lire L’île aux trésors 😉 ). Des personnages attachants, une plume agréable et un style adapté aux enfants…. Une petite douceur fantasque 😉

Bonne lecture ! ❤

Pour vous le procurer, c’est par ici !!!


Poster un commentaire

Hasard de Sofia Perez

Bonjour,

Petit retour de lecture d’un SP qui normalement était pour ma Petite Pousse…mais comme elle manquait de temps, j’ai pris le relais 😉

51OPHSUa8AL

4ème de couverture

« Hasard » tente de démontrer que l’attirance entre deux personnes n’en est jamais le fruit. Elle décrit l’intensité et le mouvement d’une relation entre deux femmes, une émulsion qui révèle progressivement un véritable secret.

Mon avis

Hasard : Puissance considérée comme la cause d’événements apparemment fortuits ou inexplicables (Larousse)

Que dire sur cette nouvelle si ce n’est que j’ai passé ma lecture à penser que l’auteure abordait d’une manière originale l’homosexualité et le coming-out et qu’au final je me suis retrouvée avec un tout autre thème ? Fort intéressant aussi mais que je ne peux développer sous peine de spoil.

Une chose est sûre, je suis ressortie de ce roman en prenant le temps de regarder autour de moi, pour essayer de voir la réalité de l’histoire dans mon environnement 😀 ! Je ne pense pas que c’est une évidence mais, elle n’a pas totalement tort non plus 😉

Je me rends compte que mon retour peut vous paraître un peu brouillon… mais si vous vous interrogez sur le pourquoi du comment des relations humaines… ben prenez une petite demi-heure et lisez cette nouvelle !

Bonne lecture ! 🙂

Pour vous le procurer c’est par ici !!

 


Poster un commentaire

Le poème dont vous êtes le héros de Guillaume Prié

Bonjour,

Merci à Guillaume pour son service presse… Et bon courage pour la suite de ton aventure 😉 ! C’est ce que j’aime le plus dans le fait d’être blogueuse : pouvoir échanger avec les auteurs. Alors certes, cela peut parfois modifier ma perception d’un livre car ils y mettent un peu (beaucoup) d’eux … Mais en même temps cela donne une nouvelle dimension et dans certains cas, c’est vraiment agréable ! 🙂

Attention : Même s’il y a de la poésie dans ce livre, c’est un roman … et non il n’y a pas d’interaction, on suit juste le destin de plusieurs hommes.

51N8BLL+tUL

4ème de couverture

Et je me penche alors, je regarde les flots :
C’est ma vie que je vois, je suis une goutte d’eau,
Un être qu’on emmène, sans lui dire où il va
Vers la mer où finit son voyage ici-bas.
Rencontre avec cinq personnages intimement liés les uns aux autres, qui rêvent de vivre et vivent pour rêver. En refusant de se laisser ballotter par les événements et les règles imposées, ils découvrent, petit à petit que la vie qu’on mène est, toujours, celle qu’on choisit. Que si la destination est connue, il n’est jamais trop tard pour détourner la rivière !
Leur vie est le poème dont ils sont les héros.

Mon avis

J’avoue avoir eu un peu de mal avec la couverture, ne voyant pas trop le lien avec le roman … Mais au final je dois reconnaître qu’elle intrigue et que c’est une belle ode à la région qu’affectionne particulièrement l’auteur : La Bretagne … d’ailleurs il en parle comme un lieu ressource dans son roman 😉
Mickaël, le poète rêveur , Anatole le carriériste capitaliste, Jean le professeur écrivain , Thomas le révolutionnaire d’un quartier défavorisé et Ben bayan le marchand de rêve… Mais qui sont-ils vraiment ? Que cherchent-ils ? Quel lien existe entre eux ?

Guillaume s’amuse à entremêler leurs destins, les choix que chacun fait impact sur la vie de l’autre… Mais comment est-ce possible vu les distances qui les séparent ? J’ai bien constaté que la vie de chacun d’entre eux était liée mais ce n’est qu’à la fin que l’on découvre comment (enfin moi ? ).

Chacun à sa manière, ils sont attachants, et vous en trouverez toujours un auquel vous identifier en fonction de vos rêves. Peut-être vous donneront-ils une clé pour pouvoir les atteindre 😉

Ces 5 hommes sont en quête du bonheur, ils le cherchent, se trompent de voies et finalement se retrouvent…autrement, mais là où ils veulent être.

Chaque chapitre commence par la strophe d’un poème qui permet à l’auteur de donner le ton. Mais ce n’est pas la seule poésie du roman… En fait tout n’est que poésie, et moi qui ne suis pas une adepte des poèmes en rimes, j’ai pris plaisir à découvrir la plume de l’auteur… et s’il écrit d’autres romans, je les lirai volontiers.

Conclusion

Des histoires de vie, de destin que l’on tient entre nos mains (ou pas), de l’influence des interactions sur nos propres décisions … (et là je suis en train de faire un effort surhumain pour ne pas vous dire ce qui fait le lien entre chacun… Mais qu’est ce que c’est frustrant !! 😀 ). Une plume poétique et bien travaillée …. À suivre !!!

Pour vous le procurer c’est par ici … n’hésitez pas c’est un agréable moment de lecture qui vous attend 😉


Poster un commentaire

Monsieur Green d’Alexandre Debailleul

Bonjour,

C’est à force de discuter avec l’auteur que je me suis décidée à acheter son roman. En toute sincérité, ce n’est pas ma littérature de prédilection. Mais parfois il est bon de sortir de sa zone de confort…et dans ce cas ce ne fut pas désagréable du tout 😉

L’auteur ayant changé la couverture de son roman entre mon achat et ma lecture je vous propose de découvrir les 2 …. Personnellement, j’ai une nette préférence pour la première que je trouve plus touchante, dans l’émotion.

 

4ème de couverture

Le parc, un soir d’été. Le vieil homme est confus, ses pensées lui échappent, son corps aussi. La petite fille, elle parle avec des girafes, dessine des poissons-robes. La rencontre singulière entre Green et Lily-Rose, qui au fil de la nuit, l’amènera à rassembler ses souvenirs épars. Du parc originel, Monsieur Green nous emmène en traversée du désert et voguer sur l’océan, dans un parcours d’apprentissage de soi et de la beauté du monde… Un récit où rêve et réalité s’épousent et se confondent, où s’entremêlent chacun et chaque chose. Au matin, tout aura été dit.

Mon avis

Quand j’ai commencé la lecture, j’ai eu l’impression de replonger dans le roman jeunesse Momo, petit prince des bleuets … peut-être le parc, peut-être l’idée de transmission je ne sais pas trop. Mais ce roman s’adressant aux adultes il est plus profond… je dirai un message philosophique avec une pointe de poésie. 😉

De manière poétique l’auteur nous amène à réfléchir sur notre place dans le monde, sur notre perception de l’environnement… Peu de gens apprécient ce qu’ils ont ou cherchent à savoir qui ils sont. Ils laissent la vie les emporter sans vraiment chercher à comprendre. Tout est tellement rapide, accessible dans notre société.

Ici, l’auteur nous propose de prendre le temps de nous asseoir avec Mr Green et Lily-Rose pour découvrir qu’un autre chemin est possible. Que parfois il faut vivre de grands malheurs pour aller au bout de soi, apprécier chaque moment partagé, chaque épreuve et enfin savoir qui on est.

La plume est poétique, les mots sont bien choisis et les personnages très attachants, c’est avec plaisir qu’on découvre la vie de Monsieur Green. Quand à Lily-Rose elle représente le besoin de transmettre, de guider l’enfant. Malgré un côté « très adulte » elle a une fraîcheur qui permet d’encaisser certains événements 😉 .

La fin est un peu trop attendue selon moi …. mais si on lit attentivement la 4ème de couverture, elle est déjà sous-entendue  😉

Conclusion

Avec une plume poétique l’auteur tente de nous faire comprendre que malgré les aléas de la vie, le bonheur est toujours possible si l’on accepte la main qui se tend et le fait que c’est à nous de trouver notre chemin pour y accéder.

Résultat de recherche d'images pour "le bonheur on se le créé"

Pour vous procurer ce roman c’est par ici 🙂

Bonne lecture !!<3

 


2 Commentaires

Rêve n°1 : Djohar de Phany B.

Bonjour,

J’ai rencontré Phany B. suite à des échanges sur facebook concernant mon projet (le tout premier, quand je pensais encore m’installer sur Mazamet 😉 ) . Puis nous nous sommes rencontrées. Oh pas longtemps, 15 min sur un parking chacune d’entre nous courant après le temps 😀 ! C’était avant le salon du livre de Mazamet…je n’ai malheureusement trouvé le temps de lire son roman que maintenant.

reve-n1-djohar.jpg

4ème de couverture

Djohar était mon prénom, j’ai dû le changer lorsque j’ai fui le Pakistan.
Pourquoi ma soeur est partie si jeune ?
Comment fuir loin d’ici à 12 ans ?

Mon avis

Du passé au présent Djohar alias Amandine, nous raconte le Pakistan, ses coutumes (les pleins pouvoirs de l’homme et la soumission « aveugle » – quoique – des femmes).

Djohar est une rebelle qui refuse de se plier au dictat des us et coutumes de son pays…Elle veut sauver sa petite sœur. Mais, comme c’est impossible, elle fuit…seule ! Le lecteur la suit dans ses péripéties, traverse avec elle les horreurs qu’elle doit affronter et admire sa force de caractère. Puis il y a la rencontre, le sauvetage mais aussi l’angoisse permanente, la confrontation à une réalité qui lui fait peur, le retour au pays et ses conséquences.

Un livre court mais intense au niveau émotionnel … le seul problème, l’auteure l’explique en fin de roman. Depuis j’ai appris qu’elle avait trouvé quelqu’un pour la corriger et c’est une bonne chose car son roman est prenant 😉

 » […]En tant que dyslexique, j’ai corrigé ce roman avec l’aide d’amis, de correcteurs d’orthographe et moi-même, mais pas plus. […] »

Pour vous le procurer, c’est par

Bonne lecture ! ❤


5 Commentaires

Shinobu de Nicolas Benassi par Petit Diable

Bonjour, aujourd’hui c’est moi, Petit Diable, qui vais présenter une chronique.

Je vais vous exposer le ressenti que j’ai eu pour un livre acheté au salon du livre de Mazamet ( voir article précédent ) SHINOBU

shinobu

4ème de couverture

« Dans la poussière de la vallée de la Mort, une petite ville américaine est le théâtre d’un viol sordide. Alors que le FBI n’avance plus dans son enquête, Chris, un détective aux portes de la retraite, est mis sur l’affaire d’une étrange manière.
Le voilà plongé dans un univers particulier, proche du western ; avec son lot d’intrigues, de mystères, de personnages taciturnes, de violence, de sexe et de chaleur désertique.

Il va rapidement rencontrer une adolescente au profil intéressant : Shinobu. À la fois extérieure à l’enquête et pierre angulaire de celle-ci. Au gré des indices qui se multiplient et se contredisent, ses investigations vont l’amener à côtoyer les milieux les plus dangereux de l’Ouest américain.
Qui est vraiment Shinobu ? Quelles sont les véritables sources de ce viol ? Comment une petite bourgade reculée a-t-elle pu devenir le centre d’une telle histoire ?

Chris, accompagné de son ami Bill et d’un agent du FBI, devra comprendre l’incompréhensible pour mener à bien sa mission ! »

Mon avis

C’est un nouveau coup de cœur après celui du livre « Le quatrième sceau » de Cédric Péron (juste car je l’ai acheté après).

Un livre avec des personnages attachants, une enquête dure à résoudre mais aussi beaucoup de violence et une bonne touche d’humour.

J’ai beaucoup aimé ce livre car les personnages sont très attachants, l’enquête est bien écrite, le livre est très facile à lire et glisse tout seul, avec quand même des moments tendus …

Bon, trouvons un défaut … ça y est j’ai trouvé !

Je trouve les personnages pas assez développés et les scènes pas assez bien décrites, ça enlève pas mal d’émotions.

Mon personnage préféré est évidemment Chris (enquêteur et personnage principal) mais aussi j’aime beaucoup Shinobu même si l’histoire autour de cette fille n‘est pas assez creusée.

Par contre je suis très déçu de la fin car j’ai eu une sensation de pas fini.

PS : Si quelqu’un sait si il y a un tome 2 ( ou pas ), je voudrais bien le savoir.

Pour acheter le livre c’est ici.

Bonne lecture !

petit diable 2