Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


3 Commentaires

BD : Notre Dame de Paris de Victor Hugo

Bonjour,

Aujourd’hui c’est moi petit diable qui fait la chronique d’une BD vraiment intéressante venant d’une histoire de Victor Hugo  NOTRE-DAME DE PARIS.

Bonne lecture 😛5061389_6_d07c_2017-01-10-1b8db42-9861-1okljqo-9dbyory66r_0b4281e9c95ade98fa121b07e679f190

RÉSUMÉ

Premier roman de Victor Hugo, ­publié en 1831, Notre-Dame ­de Paris relate la destinée tragique d’une jeune Gitane, Esméralda, dans le Paris médiéval. Victime de l’amour qu’elle inspire à trois ­hommes – Quasimodo, l’infâme ­archidiacre Claude Frollo et le jeune ­capitaine de la garde Phœbus de Châteaupers –, Esmeralda ­incarne l’héroïsme romantique qui imprègne toute l’œuvre ­de l’illustre ­écrivain français.

MON AVIS

J’ai beaucoup aimé ce livre pour plusieurs raisons;

_ Même si c’est un peu bizarre je l’ai aimé tout simplement car c’est une histoire de Victor Hugo

_ Car je savais que c’était une histoire plutôt émouvante et effectivement elle est émouvante (je dois bien avouer que j’ai pleuré)                                                                          smiley-qui-pleure

_ Car l’histoire est bien racontée, l’écriture est grosse et facilement lisible ce qui rend la lecture agréable.

_ Et aussi tout simplement car l’histoire est belle !

Le moment où j’ai le plus pleuré est la fin mais je n’ai pas pleuré car elle était dramatique mais pour une autre raison que vous verrez en lisant cette BD.

Personnages préférés et personnage moins bien joué (à mon goût) 

_ Les personnages que j’ai préféré sont (comme beaucoup d’autres j’imagine) le Bossu de Notre Dame et la jeune Esméralda (fille d’Égypte) mais surtout la mère d’ Esméralda.

_ Le personnage que j’ai le moins aimé est l’archidiacre Claude Frollo qui me fait peur dans cette histoire mais surtout car du début jusqu’à la fin j’ai eu envie de le baffer (excusez moi le vocabulaire).

C’est ici que se termine ma chronique, j’espère que vous achèterez cette BD et qu’elle vous plaira. Bonne lecture !!

PS: Cette fois ma mère ne m’a pas aidé. D’habitude elle me pose des questions.

petit diable 2

Enregistrer


Poster un commentaire

Le marchand d’éponges de Fred Vargas illustré par Edmond Baudouin

Bonjour,

Aujourd’hui je vous parle de la petite pépite que j’ai trouvé en rangeant ma bibliothèque 🙂 ! Ici nous sommes tous des adeptes de Fred Vargas et surtout de Adamsberg ;), je crois que nous avons tous ses romans ou presque 😛

Afficher l'image d'origine

 

4ème de couverture

Un meurtre vient troubler le quotidien de Pi, clochard et vendeur d’éponges à ses heures, interrogé comme témoin, il fait la connaissance du célèbre Adamsberg, commissaire aux méthodes déroutantes. La vérité sur l’affaire se dévoile peu à peu, en même temps que se dessine le portrait d’un homme brisé par la vie.

L’originalité graphique d’Edmond Baudouin, entre peinture et bande dessinée, illustre avec un réalisme surprenant les mots de Fred Vargas.

Mon avis

Au niveau de l’histoire, c’est une excellente mais trop courte  enquête d’Adamsberg (à mon avis 😉 ). En quelques mots, Fred Vargas nous décrit des personnages « profonds » et ne se prive pas de relever quelques problèmes de société, comme la diligence que peuvent avoir les services de police pour résoudre une affaire qui touche une personnalité 😉  … Attention ! je ne juge pas et ne sais pas comment les choses se passent réellement 😛 … c’est juste ce que pense PI 😀 .

Concernant le graphisme c’est juste magnifique et tellement réaliste ! La personnalité des protagonistes est très bien représentée et Edmond Baudouin dessine une belle ville. L’utilisation du noir et blanc renforce le côté « polar » ….allez je vous mets quelques planches en espérant que ça vous donnera envie 😉

Afficher l'image d'origine

9782290027189_pg

Et pour vous donner encore plus envie, ou simplement par curiosité, je vous conseille de lire la chronique de du9 l’autre bande dessinée : http://www.du9.org/chronique/marchand-d-eponges-le/

 

Bonne lecture !! ❤ 😉

 

 


2 Commentaires

Petit tir groupé bédesque ;)

Bonjour,

Après une lecture forte émotionnellement, je voulais du léger et comme j’avais quelques lectures de BD en réserve, je me suis dit que c’était l’occasion 😉

La série fétiche de mon Petit Diable

61rlehxvpfl-_sx377_bo1204203200_

Je crois que c’est une des 1ères séries sur laquelle mon fils a accroché (autant en BD qu’en bibliothèque verte) ! Je pensais toutes les lire, malheureusement nous avons re-découvert qu’il nous en manquait au milieu….je reprendrais donc la série une fois que nous l’aurons complétée.

En attendant j’aime toujours autant les dessins de Sobral

Afficher l'image d'origine

L’histoire est très sympa…Imaginez un pays où les adultes sont tous redevenus des enfants suite à un « accident » ! La quête peut commencer ! Il faut absolument trouver la solution pour redevenir adulte et rétablir l’équilibre !!

Une jolie découverte

9782875801630_1_75Lorsque j’ai découvert cette BD, il y avait un petit mot du libraire qui disait qu’elle était dans la même veine que « Les carnets de Cerise »…il ne m’en fallait pas plus vu mon coup de ❤ pour cette série.

Ninn a été retrouvée dans le métro alors qu’elle n’était qu’un bébé. Le métro c’est tout son univers…mais voilà, en grandissant, elle veut savoir qui elle est, d’où elle vient ! Une histoire touchante. J’avoue que ce qui m’a le plus interpellée dans cette histoire ce sont les papillons (mais ça, c’est une autre histoire…trop perso pour vous en parler ici 😉 )

Les dessins sont juste trop beaux…enfin je trouve 😀

J’ai pris l’image sur ce site…vous y trouverez aussi une chronique très sympa 😉

Bonne lecture !! ❤ 😉


7 Commentaires

Le singe de Hartepool deWilfrid Lupano et Jérémie Moreau

Bonjour,

Normalement cette BD m’avait été proposée par Audrey du blog Light and Smell pour notre Challenge entre nous. Mais voilà, lorsque je l’ai eu dans les mains hier, je n’ai pas pu m’empêcher de le lire 😀

le-singe-de-hartlepool

 

4ème de couverture

1814, au large des côtes du petit village anglais de Hartlepool, un navire de la flotte napoléonienne fait naufrage lors d’une tempête. Au petit matin, sur la plage, les villageois retrouvent un survivant parmi les débris. C’est un singe qui jouait le rôle de mascotte à bord du vaisseau, et qui porte l’uniforme français. Or les habitants de Hartlepool DÉTESTENT les Français, même s’ils n’en ont jamais vu en vrai. D’ailleurs, ils n’ont jamais vu de singe non plus. Mais ce naufragé arrogant et bestial correspond assez bien à l’idée qu’ils se font d’un Français… Il n’en faut pas plus pour qu’une cour martiale s’improvise.

Inspiré d’une légende tristement célèbre du Nord de l’Angleterre, le Singe de Hartlepool est une fable tragi-comique qui parle de nationalisme va-t-en-guerre et du racisme ignorant qui ne connaît pas de frontières…

Mon avis

J’ai beaucoup aimé les explications historiques de Pierre Serna à la fin de la BD….mais il faut vraiment que je révise 😉

Lorsque l’ignorance rejette la connaissance et continue d’avancer avec ses œillères, cela donne une histoire simiesque 😀 !

Au niveau des dessins, un détail m’a interpellée, enfin même plusieurs, je vous montre :
12966580_628627747294249_1444318746_n
Sérieusement, vous ne trouvez pas que le maire a une ressemblance avec un Orang-outang? Alors que sur certaines planches le singe est très humanisé…je n’ai pas retrouvé l’image sur google, mais sur la fin de la BD, le singe est rasé et du coup il paraît très humain.
Je n’arrive pas à trouver les mots pour vous parler de cette BD, mais parfois une image peut mieux expliquer les choses et les ressentis
balance2
Mais l’espoir est toujours présent et le clin d’œil final est excellent…mais je n’en dis pas plus pour vous laisser la surprise.
Conclusion
Une BD avec un graphisme particulier, nerveux avec des personnages caricaturaux (ce qui, malgré le sujet, prête à sourire). Un thème toujours d’actualité (on cherche à détruire ce que nous ne connaissons pas et qui nous fait peur) et une leçon d’Histoire !
Une BD à mettre entre toutes les mains.
Personnellement, j’avoue être ressortie légèrement pantoise de ma lecture… Je ne savais pas trop quoi en penser. Ne connaissant pas du tout la légende, j’ai espéré tout du long que le médecin arrive à temps pour empêcher ce massacre, et j’avais une très forte envie de crier après ces ignorants qu’étaient les habitants de Hartlepool (d’après la BD du moins). J’ai apprécié le graphisme, mais sans plus, et la petite leçon d’Histoire à la fin me fait dire que je n’ai pas fini d’apprendre des choses ! 😉
Bonne lecture !! ❤ 😉
PS : Merci à Audrey de m’avoir conseillé cette BD et à mes beaux-parents de me l’avoir offerte 😉
PS ‘ : Vous trouverez la chronique d’Audrey ici, et en furetant j’en ai trouvé une autre très sympa


9 Commentaires

Lou de Julien Neel (BD)

Bonjour,

Aujourd’hui c’est BD…après 2 lectures (ou plutôt 3 mais je n’ai pas chroniqué la dernière 😉 ) en temps de guerre, un peu d’humour et de simplicité ne fait pas de mal 😉

 

Lou est une fille entrant dans l’adolescence, vive, drôle, créative et indépendante. Elle vit seule avec sa mère dans « un immeuble orange avec des tas de petits balcons qui accèdent au toit ». Lou est très complice avec sa mère. Elle ne connaît pas son père. Mina est sa meilleure amie depuis la crèche. Lou est amoureuse depuis la maternelle de Tristan, l’un de ses voisins, même si elle ne lui a jamais parlé.

Mon avis

Je voulais vous parler de la série Lou car c’est une grande histoire avec ma famille. Ma fille a « un peu » grandit avec 😉 …mais nous la lisons tous avec beaucoup de plaisir !

D’ailleurs mon homme n’a pas pu s’empêcher d’acheter le tome 7 – La cabane

En début et en fin de BD, on a le journal infime de Lou.

Ici elle parle de  son univers, de ceux qui comptent pour elle…plutôt vivant non comme présentation ? 😉

Afficher l'image d'origine

Julien Neel parle du quotidien d’une ado lambda (sa mère, ses ami(e)s, ses amours…) rien d’extraordinaire, si ce n’est l’humour

Les personnages sont attachants, personnellement j’aime beaucoup la mère…Bon ok, c’est une caricature (elle est immature, écrivaine de SF à ses heures mais surtout accro aux jeux vidéos 😛 ) mais elle assure et rassure 😛

Afficher l'image d'origine

Le dessin est plutôt simple, les traits sont nets et le plus souvent les couleurs sont lumineuses.

Chronologiquement (et donc pour une meilleure compréhension), je vous conseille de lire le tome 7 avant le tome 6

Bonne lecture !! ❤ 😀

 

 

 


7 Commentaires

L’enfant caché de Marc Lizano, Loïc Dauvillier et Greg Salsedo

Bonjour,

Je ne fais pas systématiquement des chroniques sur mes lectures BDs mais là ….impossible de ne pas partager cette magnifique histoire !

Ma fille a fait son voyage scolaire à Strasbourg … elle a ramené cette BD à son enseignant de père et franchement c’est une pure pépite !!

Afficher l'image d'origine

 

4ème de couverture

Dounia est maintenant grand-mère. Son enfance est souvent au coeur de ses pensées. Ce soir, sa petite Elsa ne va pas lui laisser le choix. Dounia va devoir tout lui raconter. Absolument tout !

Ses amis, l’école, son voisin, son papa, sa maman…

Et aussi le port de l’étoile jaune, la rafle, la délation …et sa vie d’enfant caché.

Mon avis

Comment expliquer la Shoah à des enfants ? Loïc Dauvillier à su trouver les mots. Le scénario est simple, clair, adapté à des enfants.

Dounia est une enfant juive qui découvre que même si nous avons perdu, la guerre n’est pas fini. Même si ses parents font ce qu’ils peuvent pour la protéger, elle vivra le sort réservé aux juifs lors de la 2nde Guerre Mondiale.

Afficher l'image d'origine

Ses parents sont déportés (sans elle) mais l’auteur n’aborde pas les camps de concentration et continue de suivre Dounia qui a la chance de croiser des « Justes », des résistants…

Afficher l'image d'origine

L’album est le récit d’une rescapée, bien sûr, mais il est bien autre chose en abordant de belle manière les relations entre générations, pour que jamais les enfants d’aujourd’hui n’oublient les drames qui ont jalonné notre Histoire collective.

Le dessin est sobre et transmet en finesse les sentiments, les émotions.

En conclusion

Une magnifique histoire, des dessins sobres et qui parlent d’eux mêmes. Un bon moyen de parler de l’Histoire avec les plus jeunes !!


6 Commentaires

L’arabe du futur (les 2 tomes )de Riad Sattouf

Bonjour,

Normalement en pleine lecture de Vertige de Franck Thilliez, mais 2 nuits de boulot sans beaucoup de sommeil ont eu raison de moi. Non pas que je n’accroche pas au roman, mais je l’ai en ebook et mes yeux n’en pouvaient plus 😦 .

Du coup je suis retournée sur de la lecture papier et comme je n’aime pas lire 2 romans en même temps…j’ai pris des BDs 😀 !

Petite histoire professionnelle 😀

Les BDs L’arabe du futur tome 1 et 2  sont la propriété de mon boulot ! Je vous explique. Dans le cadre de mon travail nous accueillons souvent de jeunes arabes qui ont beaucoup de mal à trouver leur identité, à trouver leur place entre les attentes de la société et celles de leur famille. C’est dans ce cadre là, et suite aux recommandations d’autres professionnels, que nous avons acheté ses BDs : comme outil de travail.

Il faut comprendre que nos petits jeunes ne sont pas de grands adeptes de la lecture pour la plupart, les BDs sont donc plus accessibles (je sais ceci est une idée reçue mais nous partions de ce principe 😉 )

Après les avoir lu,je ne sais pas comment nous allons pouvoir les utiliser pour travailler sur l’identité…et je ne suis même pas sûre que les jeunes que nous accueillons puisse les lire ! 😦

Allez j’arrête mon côté pro et vous fait ma chronique de mon point de vue de simple lectrice ….Merci d’en être arrivé jusque là de mon post, ne vous découragez pas ! 😀 😉

Tome 1  : Une jeunesse au Moyen Orient (1978 – 1984)

Né d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf grandit d’abord à Tripoli, en Libye, où son père vient d’être nommé professeur. Issu d’un milieu pauvre, féru de politique et obsédé par le panarabisme, Abdel-Razak Sattouf élève son fils Riad dans le culte des grands dictateurs arabes, symboles de modernité et de puissance virile.

En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins (il est blond, cela n’aide pas…), le jeune Riad découvre la rudesse de la vie paysanne traditionnelle. Son père, lui, n’a qu’une idée en tête : que son fils Riad aille à l’école syrienne et devienne un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

Tome 2 : Une jeunesse au Moyen Orient (1984 – 1985)

Dans ce second tome, qui couvre la première année d’école en Syrie (1984-1985), il apprend à lire et écrire l’arabe, découvre la famille de son père et, malgré ses cheveux blonds et deux semaines de vacances en France avec sa mère, fait tout pour devenir un vrai petit syrien et plaire à son père. La vie paysanne et la rudesse de l’école à Ter Maaleh, les courses au marché noir à Homs, les dîners chez le cousin général mégalomane proche du régime, les balades assoiffées dans la cité antique de Palmyre : ce tome 2 nous plonge dans le quotidien hallucinant de la famille Sattouf sous la dictature d’Hafez Al-Assad.

Mon avis

Le regard de Riad enfant ainsi que les sujets abordés sont très intéressants, je dirai même instructifs et toujours d’actualité.

Cette BD aborde donc plusieurs thèmes « sensibles »

  • la tolérance/l’intolérance, les difficultés d’intégration surtout quand la différence est « visible » (Riad est blond!)
  • la mémoire qui transforme les souvenirs et fait que le père de Riad lui présente un pays idéaliser
  • l’Histoire : légère mais bien réelle, elle nous permet de (re)découvrir ce que furent les régimes de Kadhafi et de Assad père (avec l’endoctrinement par exemple)
  • une dimension culturel, à travers la confrontation entre une culture européenne et une culture arabo-musulmane (la position de la femme, l’éducation…), les tiraillements que provoquent les va et viens entre les deux

Le dessin est simple  et Riad Sattouf utilise une couleur particulière pour chaque période, chaque pays.

France = bleu,Syrie = rouge,  Libye = jaune… et leurs différentes nuances.

J’ai apprécié de suivre le petit Riad et découvrir la Syrie et la Libye à travers son regard, même si parfois j’ai trouvé sa vision des pays du Moyen Orient très dure et négative. En même temps je n’y suis jamais allée. Si parmi mes lecteurs certains d’entre vous ont lu cette BD et connaissent le Moyen Orient , j’aimerais beaucoup avoir votre avis. Merci d’avance ! 🙂

Malheureusement je n’ai pas réussi à m’attacher vraiment à la famille Sattouf (le père m’agace et la mère me semble beaucoup trop effacée même si parfois…). Et la mise en page,le côté minimaliste des dessins ainsi que  l’utilisation des couleurs ont freiné mon entrain/intérêt.

Bonne lecture ! 😉

PS : Mon fils de 10 ans a feuilleté le tome 2 ce matin avant de partir à l’école. Il ne connaît rien à l’histoire du Moyen Orient et au conflit qui existe entre les juifs et les musulmans. Il est tombé sur une planche où Riad se fait « traiter » de « Juif ». Du coup il a décrété que cette BD devait être nulle et quand j’ai essayé de lui expliquer le pourquoi du comment du conflit entre les 2 religions, il s’est exclamé : « C’est complètement débile, il y a toujours un moyen de s’entendre! C’est comme quand les catholiques ont tuer les Cathares ! C’est débile ! » ❤ (j’aime quand il parle comme ça 🙂 )