Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


5 Commentaires

Wanda de Wendall Utroï

Bonjour,

J’ai ce roman dans ma PAL depuis le mois de janvier… que de patience il faut à certains auteurs pour arriver sur mon blog. Merci !!

51MiQmefWVL._SX195_

4ème de couverture

Quand l’amour d’une mère s’estompe et s’efface,
Quand un père s’avère absent et lâche,
Tout peut arriver.

Quand la souffrance est votre seule amie,
Quand on n’a que la mort pour seul bagage,
On peut craindre le pire.

Je m’appelle Wanda, je vais avoir treize ans,
Aidez-moi !

Après « un genou à terre » et « l’enjeu », l’auteur récidive et vous convie à découvrir l’histoire palpitante de Wanda. À l’âge où le monde bascule ; plus une enfant, pas encore une adolescente, elle va fuir et tenter de se construire.

Lire la suite

Publicités


10 Commentaires

Le roman de Baudelaire (livre 1) de Pierre-Adrien Marciset

Bonjour,

Merci à Pierre-Adrien Marciset et à 5 sens éditions pour ce service presse.

Depuis le début ce livre est une surprise. L’auteur m’a contacté en passant par la page « fans des nouveaux auteurs » sur laquelle vous pouvez retrouver essentiellement les avis de Sandrine Mantin et Irène Cochin. (d’ailleurs je leur ferais suivre les livres une fois que je les aurais lu 😉 ). Du coup, quand le colis est arrivé à la maison, j’ai dû mettre 3/4 heures à trouver d’où il provenait 😀 .

Enfin, il est resté un petit moment dans ma PAL avant que je trouve un peu (beaucoup) de temps pour le lire 😉 et, là aussi ce fût une surprise !!

 

337393448.jpg

4ème couverture

Trois garçons étranges, presque des hommes, violent délibérément le couvre-feu d’un Paris à la fois tangible et fantasmatique. Plusieurs factions politiques se sont partagé la France en une nouvelle féodalité, dans laquelle les trois Maisons Majeures des Dulac, des Arcadet et des Byron mènent une sanglante guerre d’influence. Un compromis réside encore dans le découpage en trois huit de la capitale : de 2 h à 10 h circule et prospère toute la pègre indépendante, de 10 h à 18 h le commun des mortels sous le regard de la Maison Byron, tandis que le créneau de 18 h à 2 h appartient entièrement aux Dulac.
Mais Charles Byron n’en a cure. Accompagné de son garde du corps, Jules, et de Paul son porte-voix, il profite opportunément d’un crépuscule qui ne semble pas vouloir finir et poursuit n’importe quelle piste qui pourrait les mener à Malika, l’ancienne petite amie de Charles disparue depuis plusieurs jours. Des quartiers de prostitution aux rutilantes tours de la Défense, ils ne cessent d’arpenter la ville sous le soleil rouge et figé. Alors que la trace de Malika se précise, les contours de la réalité, eux, s’obscurcissent : Charles ne cesse de croiser un étrange regard jaune à la voix métallique, tandis que les humains ne s’aperçoivent même plus de l’avancée, au cœur du métro et des cavités sombres, des ténèbres qui rongent chaque jour un peu plus les âmes et les corps.

Lire la suite