Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


4 Commentaires

Des petits biscuits pour la timidité d’Errol Sabatini

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

Allez on quitte la catégorie réalisme pour faire un petit tour dans celle des 1er roman…et celui dont je vous parle aujourd’hui n’aurait pas pu entrer dans la catégorie réalisme…quoique ! 😉

51AnZlzHuuL._SX350_BO1,204,203,200_

4ème de couverture

Naëlle possède un étrange don de voyance.
Le hasard la jette seule en pleine campagne, dans un vieux moulin qu’elle pense pouvoir restaurer. Julien est un gamin de dix ans, solitaire et peu bavard.
Une exquise amitié – qui n’aurait pas dû naître – se noue entre eux. Mais pour la jeune femme, cette complicité semble compromise d’avance. Elle est sûre d’une chose : Julien ne pourra pas recevoir longtemps l’amour dont il a besoin. Ses visions lui font savoir que le destin de l’enfant est déjà tracé, et qu’elle n’y est pas étrangère…
Une escapade pleine de vie, entre tendresse et suspense, où l’étrange s’invite sur la pointe des pieds.
Pour ce premier roman, j’avais envie de quelque chose qui soit à la fois facile à lire, drôle et surprenant. À la fin du livre, je voulais qu’on se dise : « Non… Il n’a pas fait ça !»
Fait quoi ? Vous verrez bien..

Mon avis

Alors j’sais pas trop quoi dire ! J’vous mettrais bien la chronique limite hystérique de ma copine Kty du blog Les partages de la bouquiniste mais j’suis pas sûre que les patronnes du prix des auteurs inconnus soient vraiment d’accord … Bon j’vous mets quand même l’article ici mais j’vais chercher quoi dire 😛

Si j’vous dit que j’ai passé un peu plus de 2h les fesses sur une chaise inconfortable parce que je pouvais pas lâcher le roman, c’est  suffisant  ? 😦

Si j’vous dit qu’une couverture ne fait pas un roman…non parce que sérieux, celle là elle est pas terrible. Une jolie photo d’un moulin en Camargue aurait été mieux. Mais bon ce n’est que mon avis 😀 . Bon ok c’est pas un argument suffisant 😛

Si j’vous dit que l’auteur à une plume magnifique qui nous raconte une histoire mignonne, sympathique avec des personnages attachants et une justesse sur les mentalités des hameaux :  t’es différent, t’es pas du coin…ben on t’aime pas et on te le montre !! Ça vous donne envie de le lire ? Non ? C’est pas encore suffisant ?

Bon et si je vous dis que l’auteur est assez doué pour vous surprendre au point de vous faire tomber de la chaise sur laquelle vous étiez inconfortablement installés par une fin juste …. ben juste…

thumbs_12.11.07-18.11.37_1_crop

Conclusion

Il ne faut jamais se fier aux apparences. Une histoire mignonne, sympathique, rafraîchissante peut parfois vous en cacher une autre…un peu plus noire mais Résultat de recherche d'images pour "chut" j’en ai déjà trop dit 😛 … pour vous le procurer c’est par ici 😉 : Des Petits Biscuits pour la Timidite

Publicités


3 Commentaires

Mal dans la peau de Ghislaine Bizot

réalisme

Bonjour,

Je pense qu’il y a un moment pour chaque lecture, afin d’apprécier au mieux la qualité d’un livre. Je m’en excuse par avance mais je pense sincèrement ne pas avoir lu celui-là dans le bon timing…mais je vous explique tout 😉 !

51kCoptXRgL._SX304_BO1,204,203,200_

4ème de couverture

Marie et Carole, deux amies d’enfance originaires de Lille, se trouvent séparées quand Carole part vivre avec son mari Fabrice dans un petit village retiré de l’arrière-pays niçois.
Elles décident alors de s’écrire, mais au cours de ces échanges, la Carole que Marie connaissait si bien semble peu à peu s’effacer…
Que lui arrive-t-il et quel secret cherche-t-elle à cacher derrière ces mots si minutieusement pesés ? »

Mon avis

En lisant la 4ème de couverture, je me rends compte qu’il va être compliqué de vous parler de ce roman sans en aborder le thème central et donc vous « gâcher » le plaisir de la découverte… Mais bon essayons quand même !! 😀

De toute façon l’originalité du roman n’est pas dans le thème mais plutôt dans la manière de l’aborder. Il est rare de trouver ce style de roman sous forme épistolaire. C’est intéressant de pouvoir se retrouver des 2 côtés… la victime et l’amie observatrice et impuissante. D’ailleurs si nous n’avions pas quelques « divagations » de Carole par moment … tout comme Marie nous ne saurions pas ce qu’elle cache.

Remarquez comme nous savons ce qu’il se passe, on a juste envie de s’énerver après Marie car elle ne lit pas entre les lignes 😛 !

Bon il a l’air plutôt sympa ce livre, pourquoi tu dis que tu es passée à côté ?

Malgré le thème abordé et l’originalité de la présentation… ben je ne suis pas du tout entrée dedans et j’me suis ennuyée… tout est finalement trop en sous-entendu, minimisé vu que c’est essentiellement une victime qui parle. Dommage pour moi !! 😦

Conclusion

Un livre intéressant, original dans sa construction et qui je pense peut parler à de nombreuses femmes (Non ! Non ! Je suis pas sexiste c’est le sujet du livre qui veut ça. Même si parfois cela peut concerner des hommes 😉 ) … Mais personnellement il ne m’a pas toucher.

Pour vous le procurer c’est par ici 😉

Bonne lecture !! ❤


2 Commentaires

Maryse (tome 1) de Flore Avelin

réalisme

Bonjour,

Pas grand chose à dire en introduction, vous commencez à avoir l’habitude de mes retours sur le prix des auteurs inconnus…surtout qu’en ce moment je ne fais que ça ou presque 😛

41rPAEK6kPL._SY346_

4ème de couverture

Sioban a vingt-quatre ans. Elle est libraire, heureuse, indépendante. Elle a une famille aimante, des amis géniaux et un compagnon. Il est d’ailleurs son seul problème. Il aurait été parfait s’il n’était pas parti vivre en Alsace, supposant qu’elle quitterait tout pour le rejoindre.

Maryse quant à elle a environ cinquante ans. Elle est dépressive, alcoolique, instable. Elle n’est devenue que l’ombre d’elle-même. C’était pourtant une belle femme jadis, sensible et intelligente. Elle enseigne le français et l’Histoire dans un collège. Et elle continuera sans doute cette vie si elle ne se fait pas renvoyer avant, à force d’arriver ivre.

Elles n’ont qu’un point commun. Ce collège où Sioban était élève, dix ans plus tôt. Où elles se sont connues le temps d’une année sans plus jamais se revoir.

Jusqu’à ce soir d’octobre où leurs chemins se rencontrent à nouveau. Sioban ne restera pas insensible face au désarroi de cette femme. Et bientôt, leurs liens naissants les entraîneront sur une pente glissante dont aucune ne pourra repartir inchangée. Laquelle sauvera l’autre et surtout, jusqu’où pourront-elles aller avant de ne plus rien contrôler ?

Mon avis

Comment vous dire les choses ? Alors autant je trouve certains livres vraiment trop rapides, autant d’autres sont vraiment trop, trop longs et lents … et là ben c’est le cas.

Il faut dire que passer les 3/4 du temps dans la tête de Sioban m’a un tantinet agacée : beaucoup de questions sans réponse, de tergiversations, de divagations. De plus je trouve malsain les raisons pour lesquelles elle fait évoluer sa relation avec Maryse. De ma position de lectrice j’ai perçu ça comme « un sacrifice » du genre… »Oh la pauvre elle a besoin de tendresse mais comme ça ne marche pas avec les autres et ben je vais le faire !! » … Alors l’empathie ok mais là c’est limite de la pitié. Alors bien sûr les sentiments vont apparaître et la relation va s’assainir mais ça a quand même du mal à passer.

Enfin  ! De ma position de vieille lectrice de 41 ans, j’aurais préféré être plus du côté  de Maryse, voir vraiment les conséquences de son alcoolisme dans le cadre professionnel… D’ailleurs le moment que j’ai vraiment apprécié dans ce roman c’est lorsqu’elle explique comment elle en est venue à boire, qu’est ce qui a entraîné cette descente aux enfers.

En dehors de l’alcoolisme, et toujours dans le cadre du réalisme j’aurais apprécié que l’auteure développe un peu plus le regard des autres sur la relation F/F et surtout sur l’écart d’âge entre les 2 protagonistes… l’entourage a l’air d’accepter la situation avec facilité et pourtant…selon moi ce n’est pas aussi évident !!

Côté plume, après avoir eu du mal à entrer dans le livre à cause de l’utilisation du passé (et ne me demandez pas pourquoi je serais bien incapable de vous l’expliquer vu que normalement c’est quelque chose que je ne relève jamais 😀 ) l’écriture est plutôt agréable.

Conclusion

Un roman long qui aurait mérité d’être plus axé sur des thèmes qu’il effleure tels que les relations F/F, le regard des autres, l’écart d’âge entre les 2 femmes, l’alcoolisme et ses conséquences…

Par contre, si vous aimez les romans introspections, vous prendrez un véritable plaisir à découvrir cette auteure. D’ailleurs, c’est par ici !

Bonne lecture ! ❤


1 commentaire

À propos des chemins de La Marquise de Carabas

Bonjour,

Alors si je ne m’égare pas j’ai gagné ce recueil de nouvelles dans le cadre d’un concours auquel je ne voulais pas participer 😀 … juste un délire, la Marquise de Carabas demandait d’écrire un petit texte (dont je ne me souviens absolument pas du thème 😀 ) et bien sûr j’suis partie à lui raconter des bêtises en mp…et elle a soumis mon texte aux votes de ses lecteurs 😉 !!!!

a-propos-des-chemins-domazen

Ce livre est un collector car l’auteure l’a retiré de la ME et vous le propose directement à la vente sur son site : https://www.lamarquisedecarabas.com/shop

L’appartement : Johanna est un peu paumée dans sa vie. Le cœur en vrac, les émotions à fleur de chair, elle ne sait pas bien où elle va. C’est quand tout bascule que parfois on trouve l’équilibre, la vérité qui nous manquait.

5bff09_f988d01ffea1425899da74028301a5eb~mv2_d_2480_3508_s_4_2

Nourriture (dans le recueil collector 😉 ) = Gourmandises (plus raffiné je trouve 🙂 )  : Gérald aimerait bien conclure. C’est pas pour dire, mais le célibat ça pèse vraiment. Et pourtant, il suffit d’une soirée pas comme les autres pour regarder les choses différemment.

5bff09_2218373ba0b248b59b9abc930e560a90~mv2_d_2480_3508_s_4_2

 

Mon avis

Cela semble surprenant de retrouver ces deux nouvelles dans le même recueil, et pourtant elles abordent le même thème. Johanna tout comme Gérald subit sa vie jusqu’au moment où un élément les pousse à prendre leur destin en main, à choisir un chemin !

Bizarrement j’étais restée sur l’idée que la Marquise n’écrivait que de l’érotisme mais…ça n’a rien à voir 😀 !! Et c’est bon, un p’tit côté réflexion… En se basant sur des histoires « communes », l’auteure nous incite à réfléchir sur les choix que nous faisons ou avons fait 😉

Dans l’appartement j’ai beaucoup aimé l’œil bienveillant de l’auteure sur ses personnages. Ils sont humains, touchants et la Marquise arrive à nous les rendre attachants en seulement quelques pages. Un sacré tour de force selon moi 😉

Pour gourmandise le plus ce sont les références à la mythologie grecque… c’est délectable !! 😀

Un petit mot sur la plume de l’auteur : fraiche, « un bonbon à sucer »

Conclusion

Une plume fraîche et  agréable, un sujet qui nous incite à réfléchir sur nos choix de vie … une auteur à découvrir !!!

Bonne lecture ! ❤

 


2 Commentaires

Ces oiseaux qu’on met en cage de Marjorie Levasseur

réalisme

Bonjour,

Et oui, encore 😀 ! Et c’est pas fini … En tout cas cette fois ce fut une belle découverte, mais je ne vous en dis pas trop … pour le moment ! 😉

51ixa46oIcL

4ème de couverture

SAMUEL, FABRICE, MANON, FRANCK, ANNE-LISE…
Vu de l’extérieur, leur vie semble parfaite, mais doit-on toujours se fier aux apparences ?
Un jour, arrive le geste de trop, l’événement qui fait dérailler la marche routinière du train de l’existence. Les masques tombent, le vernis craque.
Au fil des rencontres, des tragédies, apparaît la nécessité pour ces jeunes gens et leur entourage d’évoluer, de retrouver une liberté perdue…
D’ouvrir la cage, quel que soit le prix à payer.

Mon avis

Voilà un roman qui est vraiment dans la bonne catégorie, aucune fausse note concernant le réalisme… l’auteure connaît bien son sujet : l’homme dans ce qu’il a de plus pervers mais aussi de plus beau.

Elle nous parle d’intolérance, de violences physiques mais aussi psychologiques,de l’impunité que peut octroyer un statut social (je ne suis pas sûre que le terme soit adéquat même si c’est celui qui semble le mieux correspondre selon moi)

Mais pas que, car la vie n’est pas toute noire 😉 ! Alors elle adoucit le tout avec de beaux sentiments : l’amitié, l’amour, l’abnégation, l’empathie.

Vous allez me dire, ben si elle nous raconte « les infos » c’est quoi l’intérêt ?

La plume fluide de l’auteure, et la simplicité désarmante qu’elle a de nous raconter son histoire. La partie de son cœur et de ses espoirs qu’elle semble mettre dans chacun de ses personnages… une bonté que l’on ressent à chaque page qui se tourne.

Conclusion

Je pense que ma « condition » d’éducatrice y est pour beaucoup dans ma perception de ce roman. J’ai eu croisé des personnes comme celles dont parle Marjorie Levasseur….et elle les dépeint avec réalisme et bonté. Pour le moment c’est le meilleur livre que j’ai lu de cette catégorie et malgré la dureté des thèmes abordés, je vous le recommande.

Pour vous le procurer, c’est par ici

Bonne lecture ! ❤


3 Commentaires

Mon combat de Jocelyne Tribot

réalisme

Bonjour,

On continue les retours de lecture dans le cadre du prix des auteurs inconnus….j’espère que vous n’en avez pas marre car il m’en reste encore un bon paquet 😛 !

 

41oikF29JhL

4ème de couverture

À la suite d’un accident, Abby souffre d’une amnésie après s’être réveillée du coma. Aucun souvenir de son passé ni même de son mari, sa mémoire a été totalement effacée. Des images vont alors resurgir, ils la mettront face à des instants inconnus qu’elle seule pourra déchiffrer pour découvrir toute la vérité.

Mon avis

Je ne sais pas à qui j’en veux le plus : la ME qui à mon sens n’a pas fait son boulot, l’auteure qui donne l’impression d’avoir écrit dans l’urgence ou mes amis chroniqueurs de la catégorie réalisme qui ont sélectionné ce roman (bon après je n’ai pas eu l’occasion de lire les 10 premières pages des autres concurrents 😀 )

Commençons par le titre : Mon combat …. Alors je sais pas vous mais quand on me parle de combat je m’attends à me retrouver face à une certaine adversité. Mais là je me suis retrouvée avec une quête (facile de surcroît) car Abby est vraiment bien entourée dans sa recherche d’identité et elle trouve toutes les réponses avec une aisance extraordinaire. Je n’ai absolument pas ressenti la difficulté qu’elle a dû avoir pour obtenir les réponses.

Concernant l’histoire en soi, tout va beaucoup, beaucoup trop vite, j’ai eu l’impression d’être dans un TGV … ou plutôt d’être dans la gare et de le voir passer sans pouvoir monter dedans. Tout arrive tellement vite que le lecteur n’a le temps de rien. Ni de s’attacher aux personnages, ni de visualiser et de digérer les nombreux événements (parfois irréalistes…bon ça c’est sûrement mon côté bisounours 😛 )

Ayant fait un blocage dès le départ sur la plume de l’auteure, « Abby les yeux dans le vaste » (sic) (on dit les yeux dans le vague non ?) je pense avoir fait le tour de la chronique.

Conclusion

Un roman qui m’a laissé un fort goût d’inachevé, une impression que l’auteure aurait largement pu l’étoffer avec une centaine de pages si ce n’est plus.

Mais tous les goûts étant dans la nature je vous conseille de faire un tour sur le blog Des livres et Moi … elle aussi l’a lu dans le cadre du prix des auteurs inconnus et en a apprécié la lecture : http://deslivresetmoi7.blogspot.fr/2017/11/chroniques-2017-mon-combat-de-jocelyne.html

Si après la lecture de nos deux retours ce roman vous tente, vous pourrez le trouver ici … et laisser un petit mot en commentaire sur votre ressenti 😉

Bonne lecture ❤

 

 


2 Commentaires

La clé du bonheur de Séverine Vialon

réalisme

Bonjour,

Et ça continue encore et encore ! C’est que le début d’accord ! D’accord ! (Francis Cabrel) 😉 . Une petite chanson pour vous dire qu’il vous reste encore quelques retours du prix des auteurs inconnus à lire 😀

41X3Clq0DVL

4ème de couverture

Le bonheur ? Qui est-il ? Comment le trouver ? Est-on sûr de l’avoir atteint ?
Virginie, jeune bibliothécaire, a pour seule passion de tenir compagnie aux vieilles dames de son village, six compagnonnes qu’elle rejoint tous les soirs.
Pourtant, une rencontre va perturber cet équilibre qu’elle croit être son bonheur.
Pourquoi l’oblige-t-on à remettre toute sa vie en question ?

Une histoire d’amour impossible due à un passé douloureux.
Un homme qui tient à sa tranquillité et qui ne veut plus entendre parler d’amour…
Une femme qui ne trouve le bonheur que dans le service à la personne, combattant la solitude des personnes âgées…
Une rencontre qui va provoquer des étincelles et entamer un combat pour la clé du bonheur.

Mon avis

Par où commencer ? Allez le seul point négatif de ce roman… Enfin négatif est un grand mot 😉 ! Disons que nous sommes dans la catégorie réalisme et qu’un homme comme Fred ne peut exister… Il faut arrêter de croire au prince charmant sensible et dévoué sinon on risque de tomber de haut Image associée

En dehors de ce petit détail, le roman de Séverine Vialon est tout simplement un concentré d’humanité, de tolérance et d’humour.

Je ne peux pas vraiment développer le thème, ni l’événement traumatisant que l’auteure aborde sans vous gâcher tout le plaisir de cette lecture…  Car même si la thématique du livre est dure, sa lecture en reste un « bonheur » car Séverine part du postulat que quoiqu’il arrive dans nos vies, si l’on est bien entourés alors on a la possibilité d’être heureux. La vie est un combat qui ne se mène pas seul.

À travers des personnages attachants, touchants, humains comme on aimerait en croiser plus souvent , l’auteure aborde un sujet traumatisant tout en douceur.

Le plus de ce roman : alors que l’atmosphère pourrait être pesante, chargée d’angoisse suite aux non-dits ou autres événements…Séverine glisse une petite touche d’humour qui permet d’apaiser la tension et c’est bon 😉 !

Conclusion

Un roman bien écrit, des personnages bien développés psychologiquement, une plume agréable. Alors certes le sujet est lourd mais le postulat de départ et l’humour de l’auteur permettent de faire de ce roman un livre plein d’espoir !

Pour vous le procurer, c’est par ici que ça se passe 😉