Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


Poster un commentaire

Sagas des mers grises : Le sabot de Sleipnir de Pierre Efratas

Bonjour,

Il est devenu très rare que je « demande » des services presses mais je dois reconnaître que suivre la maison d’éditions Noir d’Absinthe a tendance à rendre les choses compliquées 😀 ! J’ai donc fini par craquer et ai eu le plaisir de découvrir la plume de Pierre Efratas (pourtant j’ai la saga des 9 Mondes dans ma PAL depuis au moins 2 ans 😦 )

51iqF3fmUTL._SX350_BO1,204,203,200_

 

4ème de couverture

« Femmes et hommes libres, nobles jarls, bienvenue dans ma grand-salle, prenez vos aises ! Sur les flots dorés de l’amitié, par l’écume des mers grises, je vous ferai partager le destin aventureux d’un jeune Viking que tout destinait à la réussite et qui fut le jouet des Nornes, des dieux, des déesses et d’étranges créatures. Écoutez la saga d’Ingvarr le Réprouvé… »

Mon avis

C’est un livre que je relirai …. Non pas qu’il soit excellent !  Enfin si, il est très bon mais surtout je pense que je n’étais pas dans les meilleures dispositions pour le lire.

Pourquoi ? Je n’en sais trop rien mais alors que je discutais avec une autre blogueuse ( Faby du blog Beltane lit en secret), qui me disait « tu verras il est top ! » … je me perdais dans les noms, surnoms et fonctions des personnages. En plus, pour bien vous mettre dans l’univers, les noms des « héros » sont un peu…Comment dire ? Complexe : Ingvarr, Dagfinsson …

Heureusement le déclic est arrivé… je devais avoir lu 1/4 du roman et une fois tout remis en place, je me suis retrouvée embarquée auprès de ces vikings dans leur périple en Islande. À partir de là impossible de lâcher le livre (enfin la liseuse 😀 ), si ce n’est pour regarder l’écran de mon PC afin de suivre le voyage sur la carte faite par Tiphs

d48913_f7589ad5e5c9474a92f81cdb330e3660~mv2_d_3626_2598_s_4_2

Magnifique, non ?

Les personnages, en particulier Ingvarr et son meilleur ami (Brand) sont bien travaillés, intrigants et attachants. La plume est agréable et on se laisse entraîner dans l’aventure.

Un + :  les citations en début de chapitre qui nous emportent encore plus dans la mythologie Celtique ❤ !

« Faites silence en vous,

Fermez les yeux sur votre vie ancienne.

Le destin va danser

Prenez garde à ne pas tomber »

(Invocation traditionnelle des berserkir)*

À les refeuilleter pour vous en proposer une… je me dis que je vais aller rendre visite à mon ami Google pour en savoir un peu plus…Sur le coup j’ai juste apprécié les mots et leur musicalité 😉

Bon tout ça pour vous dire que

1/ Noir d’Absinthe est une maison d’éditions à suivre pour les adeptes de SFFF

2/ Que si vous avez une meilleure mémoire des prénoms que moi, Sagas des mers grises est un excellent roman dans lequel on découvre (enfin pour ma part 😛 ) avec plaisir la mythologie celtique en suivant les aventures du jard Ingvarr … et que la carte proposée permet vraiment de s’immerger au côté des vikings

3/ Que la saga des 9 Mondes du même auteur ne va plus rester très longtemps dans ma PAL 😉

Si vous voulez vous procurer ce premier tome, vous avez deux solutions :

 

Bonne lecture ! 😉 ❤

 

* Les berserkir apparaissent régulièrement dans la littérature scandinave du Moyen Âge, en particulier dans les sagas islandaises des xiiie et xive siècles, qui décrivent des événements remontant pour la plupart à l’époque viking, c’est-à-dire aux xe et xie siècles : ces hommes sont présentés par les auteurs de sagas comme des personnages souvent malfaisants, saisis de fureur guerrière et dévastant tout autour d’eux comme des bêtes féroces.

 

Publicités


4 Commentaires

Chicago Requiem de Carine Foulon

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

Dans le cadre du prix du Cercle Anonyme de la littérature (ancien prix des auteurs inconnus), j’ai longtemps retardé ma lecture de ce roman. En effet, il a beaucoup tourné sur facebook et j’en avais un peu fait une overdose. En plus une grande partie des retours étaient dithyrambiques… donc le « et si j’aime pas !!  » m’angoissait un peu 😀

51fgtwJaCKL

4ème de couverture

Chicago, années folles…
Sur la scène d’une ville en proie à la corruption, acteurs et gangsters se côtoient.
William, issu d’une famille riche et influente, les Henderson, possède un théâtre cerné de speakeasies et de maisons closes. Il aide son épouse, Susan, à reprendre sa carrière d’actrice malgré la corruption et la prohibition.
La sœur de William, Meredith, vient de passer cinq ans en prison. Résolue à se venger de son frère et de tous ceux qu’elle pense responsables de son incarcération, elle s’établit à Miami où elle rencontre un certain Al Capone.
Le vaudeville peut alors virer au drame, à la scène comme à la ville.

Mon avis

Voilà un retour qui me pose problème, car je suis bien incapable de vous dire si j’ai aimé ou pas ce roman. Ce que je craignais est arrivé, je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire ce qui implique, non pas une remise en question du travail de l’auteure, mais des recherches en parallèle… Bon après ce qui est positif dans cette démarche, c’est :

1/ j’ai vraiment réalisé le travail qu’il y avait derrière ce roman

2/ j’ai appris énormément de choses sur une maladie dont je pensais que les causes en avaient été découvertes que bien plus tardivement mais aussi sur la différence entre la pègre et la mafia

3/ je me suis rendu-compte (encore une fois 😛 ) et cela m’a encore surpris (encore et toujours :D) des connaissances de mon Petit Diable. À chaque fois je lui découvre une culture impressionnante …. bon après je ne sais pas comment le prendre, car j’ai l’impression d’être une cruche 😀

Bon je m’égare, revenons en au roman en question 😉

Pendant la moitié du roman, j’ai eu du mal à repérer certains personnages, je me suis énervée après Susan ( une vraie tête à claque, aussi amorphe dans son comportement que dans ses réflexions) mais aussi après William (le pathétique).

Et puis ! Et puis ! Il y a l’événement qui a déclenché mon intérêt pour le roman… la disparition violente d’un personnage 😉 ! À partir de ce moment, la lecture est devenue rapide…Les personnages ont pris en intensité, pour certains malsaine, tordue mais c’est ce qui en fait l’intérêt 😉 .

J’ai été un peu dérangée lorsque l’auteure a cassé la linéarité de son roman, juste sur un chapitre. En règle générale les « flash back » ou les projections ne me gênent pas si c’est l’option choisie par l’auteur dès le départ, mais là je l’ai plutôt ressenti comme un cheveu sur la soupe…vu que la scène était redécrite après. Bon j’suis sûre qu’il y avait une idée derrière mais je ne l’ai pas saisie 🙂 .

Il y a aussi une petite incohérence … oh rien de gênant pour la compréhension de l’histoire mais c’est surprenant au vu de la quantité de lecteurs, que personne ne l’ai relevée (et c’est là que tu te dis que tu es une véritable chieuse à chercher la p’tite bête 😛 )

Un détail (enfin façon de voir les choses 😉 ) que j’ai rarement vu dans les retours que j’ai pu lire. Les citations à chaque début de chapitre : une référence à la corde (j’trouve très fort dans avoir trouvé autant 😉 ) et en lien avec la tension recherchée dans les chapitres. J’ai beaucoup apprécié…je me suis même amusée à les recopier pour savoir si ça ne faisait pas une histoire aussi 😉 . Ben non, où alors j’ai pas trouvé 🙂

La plume de l’auteure est agréable, fluide…et le vocabulaire est adapté à l’époque décrite ce qui facilite quand même l’immersion dans l’histoire 😉 !

Un roman ou les avis mitigés sont rares…on adhère ou pas.

Pour vous le procurer c’est par et si vous voulez lire une chronique qui ne peut que vous inciter à le lire c’est ici ou encore 😉

Bonne lecture ❤


Poster un commentaire

Forget me not de A.J Debove

réalisme

Bonjour,

Vous allez sérieusement finir par vous demander ce que je fais à lire ces romans. Ben je suis toujours jury dans le Prix du Cercle Anonyme de littérature …

51DY8rBQ6tL

4ème de couverture

Joseph et Marine Verdier reçoivent leurs cinq enfants, adultes, pour les vacances d’été. Les retrouvailles annuelles sont pour eux l’occasion de se replonger dans des souvenirs sans cesse revisités.
Dans cette famille, marquée par un conservatisme fort, chaque enfant a su intégrer ou se défaire des conventions, à sa manière : Victoire, s’est réfugiée dans un enthousiasme factice permanent, censé combler une vie où la perfection résonne souvent dans le vide ; Amaury, misogyne congénital, fait peser le poids de son mal-être sur les autres ; Guilhem, soucieux d’être aimé des siens n’hésite pas à taire ses revendications et sa personnalité ; les jumeaux, Rosalie et Clément, exilés à Rome, se débattent avec les stigmates laissés par la désagrégation de l’image parentale ; l’un en refusant de quitter le giron de l’enfance, l’une en peinant à s’avouer heureuse dans une histoire d’amour qui la dépasse.
Dans cette famille où tout se conjugue au singulier, les personnalités contradictoires peinent à s’accorder. Des failles, des non-dits, de la rancœur dans cette famille au sens large, mais un amour inconditionnel. Une saga familiale qui retrace l’itinéraire de chacun dans sa construction personnelle et met en relief la façon dont le conservatisme des uns pèse sur l’émancipation des autres.

Mon avis

Bon je vais encore me servir de la chronique d’une autre blogueuse pour contre-balancer mon avis parce que bon, ça risque d’être un peu raide 😀

http://deslivresetmoi7.blogspot.fr/2017/11/chroniques-2017-forget-me-not-daj-debove.html

Nous voilà plongés au cœur d’une famille à la mentalité relativement arriérée où le plus important est l’image que l’on peut renvoyer à nos voisins.

Au sein de cette famille rien ne nous est épargné : l’homophobie, la place rétrograde de la femme, les écarts de conduite « normaux » de l’homme, « l’horreur » du divorce, la jalousie… et j’en passe.

Par des introspections et des flashbacks l’auteure tente de nous faire comprendre les comportements de chacun des protagonistes mais bon perso leurs analyses et réactions m’ont plus agacée qu’autre chose. Non mais sérieux faut se prendre en main et arrêter de se regarder le nombril…ça leur réussit pas les vacances 😀 !!

Bon après je dois quand même admettre que les 200 premières pages étaient sympas à lire mais après ça tourne en rond. J’ai attendu longtemps qu’il se passe quelque chose, et quand enfin il y a un progrès, une évolution de la mentalité des parents … ben stop c’est la fin.

Côté écriture j’avoue que certaines tournures de phrase m’ont laissé dans une certaine incompréhension  » Et pourtant derrière elle, les bourgeons derrière si allègre ».

Bon pour excuse … des vies comme les leurs j’en ai croisé toute ma vie dans mon boulot et la seule chose que je peux dire c’est que l’amour ne fait pas tout et que des fois faut arrêter d’être con, couper les ponts avec sa famille peut permettre de s’en sortir.

Enfin si comme Des livres et moi, vous aimez les histoires de familles, vous pouvez trouver ce roman ici 😉

Bonne lecture !!<3

 


2 Commentaires

Dark Shadow de G.H David par Petite Pousse

Bonjour bonjour !

Aujourd’hui j’abandonne mes révisions d’histoire des arts, de maths, d’espagnol, d’anglais et de littérature étrangère en langue étrangère (ouf !) pour vous parler de Dark Shadow, écrit pat G.H David. Parce que, bonne nouvelle, il sort aujourd’hui !

Couverture du livre : Dark shadows

Résumé :
Jennifer Flannighan, fille du chef d’un groupe armé de Belfast, a été bannie à l’étranger pour avoir eu une aventure avec Sean Griffin, membre d’un clan rival. De retour afin de percer le secret de la disparition de sa meilleure amie, survenue des années auparavant, elle retombe sous le charme du dangereux jeune homme. Passion et menaces se mêlent dans sa quête de la vérité.

Mon avis :

J’ai récupéré ce roman lorsque maman est venue me chercher à la gare et que nous sommes passées à Muret voir la superbe boutique de Vanessa où G.H David était en dédicace. Je l’ai entamé presque aussitôt et ne l’ai plus lâché jusqu’à l’avoir terminé.

Comme d’habitude, le style de G.H David m’a, dès les premières lignes, emportée là où elle le souhaitait. Dans ce cas, en Irlande. J’y ai découvert de nouveaux paysages, une nouvelle Histoire, de nouvelles personnes. J’ai énormément appris, par le roman mais aussi parce que l’auteure a réussi à véritablement me faire accrocher à ce pays, de manière que je me suis posée des questions, j’ai fait des recherches pour comprendre, découvrir. Rien que pour ça, ce roman est déjà particulièrement riche.

L’histoire d’amour entre Sean et Jennifer, bien que très romancée avouons-le, est touchante. J’ai d’ailleurs rajouté deux trois citations à mon carnet tirées de ce livre, je vous les mets de ce pas ! « Ma religion, c’est toi. Si je me bats, ce n’est que pour nous, parce que le seul paradis qui vaille la peine de mourir, c’est celui de tes bras. » ou encore « Parce qu’il faut que deux âmes sœurs se trouvent sous des étoiles contraires pour prouver au monde que la justice du cœur ne connaît pas la loi des hommes. »

Leur histoire est complète, construite, logique (enfin, autant que peut l’être une relation amoureuse !) et bien sûr, elle fait rêver ! Ce qui m’amène à parler des relations entre les personnages !

Toutes très réalistes, très bien construites et complexes, la vérité de ces deux familles, de ces deux clans opposés, se déroule petit à petit, de manière intimiste ou parfois violemment comme peuvent le faire les secrets de famille. Toutes les formes d’amour sont mises à l’honneur dans ce roman : l’amitié, l’amour fraternel, familial, l’amour amoureux (c’est tout ce que j’ai trouvé 😀 )et c’est ce qui fait une partie de sa beauté.

On sent que l’auteure a fait ses recherches pour dépeindre le plus fidèlement possible le climat irlandais et son impact sur la vie de ses personnages.

Le fait que la fin n’apporte pas de réelle réponse à la question qui se pose tout au long du roman m’a profondément frustrée, tout en me satisfaisant. Parce que c’est ainsi que marche la vie. (Et aussi parce qu’il y a une suite, soyons honnête, je l’aurais peut-être plus mal vécu si c’était un tome unique XD)

Je dirais juste un petit mot sur la couverture : je ne suis pas fan du modèle représentant Sean, mais ce n’est que mon avis personnel (il fallait bien que je trouve quelque chose d’un peu négatif à dire XD)

Conclusion :

Une romance efficace qui m’a permis de découvrir le pays et l’Histoire de l’Irlande. Et je terminerais cette chronique sur ces deux citations tirées du roman :

« – Pourquoi tu pleures alors ?

[…]

Parce que j’ai beaucoup d’espoir.

-C’est triste d’espérer ?

[…]

-Émouvant en tout cas, parce qu’on prend conscience de ses peurs, de ses chagrins. Alors on veut que ça s’arrange de toutes ses forces. Il n’y a pas d’espoir sans douleur : c’est ce que nous appelons croire. »

« Tous des gens vrais.

Tous des gens bien.

Tous Irlandais malgré tout, quel que soit le camp. »

Pour vous le procurer, c’est par … 😉


Poster un commentaire

Flower of Scotland – La liberté en héritage de Sophie Damge

réalisme

Bonjour,

Et une nouvelle découverte fait dans le cadre du prix des auteurs inconnus 😉 ! Par contre le retrouver en réalisme fut une surprise. En même temps je serais bien incapable de le mettre dans une case 😛

414zD4JktKL._SY346_

4ème de couverture

A l’aube de fêter ses sept cents ans, la Fondation Wallace, créée en l’honneur de William Wallace, est menacée de tomber entre les mains de la mafia irlandaise.
Seule l’héritière légitime du Clan Wallace peut encore préserver son existence et ainsi lui permettre de continuer à œuvrer pour la Liberté à travers le monde.
Leena Normand voit sa vie basculer lorsqu’elle découvre qu’elle est cette héritière.
Commence alors pour elle une quête improbable et périlleuse qui la conduira sur les traces de son valeureux ancêtre, à travers l’Ecosse et son Histoire.
Pour sauver la Fondation et découvrir ses racines, il lui faudra affronter ses ennemis et surmonter bien des épreuves. Elle trouvera en chemin une aide inattendue, celle de… Sir William « Braveheart » Wallace.

Mon avis

Le prologue nous relate la fin de vie de William Wallace. Le ton est donné ! l’auteure semble dès le départ maîtriser son sujet…on s’imagine entrer dans un roman historique relatant l’histoire de l’Écosse (et là j’entends déjà ceux du fond me dire « Mais n’importe quoi !! T’as pas lu la 4ème de couverture ?? 🙂 … et ben non, j’me suis lancée dans le bouquin, comme ça les yeux fermés…Enfin non, pas fermé sinon j’peux pas lire, mais bon vous m’avez compris  😀 )

Tout ça pour dire que l’aventure se situe entre Paris-Londres et Édimbourg essentiellement  et que, même si l’on ressent encore les tensions historiques entre l’Angleterre et l’Écosse, ce n’est pas vraiment le centre de l’histoire.

En fait, on va suivre Leena qui après avoir vu un chevalier lui parler en gaélique dans ses rêves et avoir évité un 4×4 … découvre qu’elle est l’héritière de ce fameux William Wallace et part donc en quête de son identité. Évidemment elle va être confrontée à de nombreuses épreuves ce qui permet à l’auteure de nous dévoiler une jeune femme qui sait faire face aux événements malgré un certain manque de confiance en soi .

Les autres protagonistes ont aussi la part belle et l’on s’attache à chacun d’entre eux… l’auteure nous laisse même entendre qu’il y a des squelettes dans le placard du côté des « méchants » 😉

Le fait que le roman soit classé en réalisme a perturbé ma lecture et me donne du fil à retordre dans l’écriture de ma chronique… et d’une certaine manière dans ma perception du roman.

Alors oui le réalisme y est avec la mort de William Wallace, la description des attentats de Londres ou encore la peinture des paysages. Mais la présence du fantôme et le fond même de l’histoire qui est une quête … et pas seulement celle de son identité, me font plus penser à du fantastique.

Enfin tout ce baratin pour vous dire que c’est un bon roman, bien écrit avec des personnages bien travaillés mais dont la classification ne me convient pas, même si je n’ai pas de solution 😛

Allez hop, on clique ici pour l’acheter

Bonne lecture ! ❤


Poster un commentaire

Nezara de G.H David

Bonjour,

Merci à Geny pour cette nouvelle … j’avoue que même si ça n’entre pas dans la catégorie de mon genre littéraire de prédilection j’ai passé un agréable moment de lecture 😉

41BDmWhMikL._SX322_BO1,204,203,200_

4ème de couverture

À Paris, Hélène Christy dirige une brigade héritée de l’Inquisition qui lui a valu un surnom de circonstance : Hell Christ. Enfer et Paradis, un duel qui convient à son âme : difficile de dire qui de la jeune femme ou de ses inquiétants suspects sont les plus tourmentés. Rite satanique, prêtre obscur et sombres secrets : plongez dans un Noël bien loin des traditions… plus noir que blanc.

Mon avis

Résultat de recherche d'images pour "GH david"

Elle c’est le p’tit bout de bonne femme qui a écrit cette nouvelle … Vous l’imaginez parler de manière directe … un tantinet vulgaire et provocateur ? Ben moi qui la connaît IRL j’peux vous dire que quand j’ai lu les 1ères phrases … j’ai été chocked !!! « Mais comment qu’elle parle ??? » Résultat de recherche d'images pour "smiley oh my god"

Bon après faut se détacher de l’auteure et se dire que … ouais ça correspond carrément au personnage de Hell Christ (faut être tordue pour avoir un surnom pareil…et c’est le cas 😀 ) .

J’vous raconte pas l’histoire sinon je risque de vous donner trop d’informations. Sachez juste qu’il y a

  • Hell Christ (chasseuse de Malin torturée 😉 )
  • Sexy Priest ( bon normalement il a un nom, mais j’m’en souviens pas 😛  et côté « priest » on peut se poser des questions 😀 )

Image associée

  • Des Nezaras. Kesako ? Des petits insectes puants et bruyants… En règle générale on les aime pas beaucoup mais à la fin de l’histoire, en plus vous les verrez d’un autre œil !! Bon si vous voulez savoir de quelle bestiole je parle je vous conseille une observation intense de la couverture 😀 !!

Voilà ! Voilà ! Il me semble que vous avez les infos nécessaires … Ah non ! J’oubliais 2 petites choses

1/ j’aime beaucoup la plume de l’auteure

2/ pour l’acheter c’est ici 😉

Bonne lecture ! ❤


Poster un commentaire

Quand les hirondelles me reviennent de Yann Déjaury

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

Et encore un roman du prix des auteurs inconnus, j’avance ! J’avance ! Bon il était temps vu que j’ai jusqu’à fin juillet pour le faire et qu’il m’en reste encore un paquet 😛

41jSZBbozhL

4ème de couverture

Après plusieurs heures d’errance, un homme prend conscience qu’il ignore tout de son passé. Qui est-il ? D’où vient-il ? Où va-t-il ? Autant de questions inquiétantes qui ne trouvent aucune réponse cohérente. Son seul exutoire est de continuer le chemin interminable droit devant, poussé par un formidable élan de survie.
La rencontre de Marguerite, aubergiste mystérieuse d’âge mûr et de PommePomme, jeune handicapée d’un village de campagne, l’aide à mieux accepter son amnésie.
Mais qui sont-elles vraiment ? Sont-elles prêtes à l’aider à retrouver sa vie d’avant ?
De rencontres en rebondissements, de joies en déceptions, la vérité finira par s’imposer comme une évidence…

Mon avis

Voilà une chronique que j’ai laissé mijoter quelques temps histoire de ne pas faire le bouledogue 😉 … je vous explique la situation !

L’auteur a une plume on ne peut plus agréable qui nous embarque dans son univers. Je me suis laissée bluffer pendant les 2/3 du roman en me demandant où l’auteur voulait m’emmener. L’histoire est bien ficelée, les personnages sont attachants en particulier Pomme-Pomme (un petit bout de bonne femme avec un sacré caractère, pleine de joie de vivre !  😀 )

Mais voilà sur le dernier tiers, au moment des réponses, des révélations, l’auteur m’a complètement perdue. En effet, il entre dans un univers auquel je n’adhère absolument pas… un mixe entre réalité et ésotérisme ! Mais je ne développe pas plus sur peine de spoiler le roman.

Conclusion

Une plume à découvrir, un auteur qui sait faire monter le suspens et qui emmène son lecteur exactement là où il le souhaite… malheureusement un thème auquel je n’adhère pas qui m’a fait décrocher.

Toutefois, pour les adeptes du genre, un auteur que je recommande vraiment. D’ailleurs pour vous procurer ce roman, c’est par ici !

Bonne lecture !! ❤