Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


1 commentaire

Le carnet bleu de Mademoiselle Smith de Sandrine Lambert

Bonjour,

J’ai rencontré Sandrine Lambert au Salon du livre de Mazamet…Cela fait trois ans que je discute avec son éditeur sans qu’il sache que je suis blogueuse. Cette année il l’a découvert à cause (ou grâce) au badge du Prix du Cercle Anonyme de la Littérature (ancien prix des auteurs inconnus).

Après des discussions en pointillées, un deal … j’ai eu la possibilité d’avoir un service presse.

Mercredi, en attendant mon Petit Diable qui était au badminton, je me suis plongée dans le roman de Sandrine Lambert … et je l’ai fini le soir même !

Le-carnet-bleu-couvV3-1ere-de-couv

4ème de couverture

Célia la conquérante arrive de New York ; elle va vivre chez sa tante, dans le sud de la France, le temps de trouver du travail. Elle a les dents longues mais apparaît fragile et déséquilibrée. Elle est suivie par une infirmière assez mystérieuse, Mademoiselle Smith, qui écrit un journal de bord sur sa patiente. La jeune fille s’entiche d’un jeune étudiant de son âge, Marc, et ils vont faire une escapade sur la côte d’azur. Célia, volage, séduit un homme du monde et Marc va connaître les affres de la jalousie. Le comportement de Celia déroute de plus en plus son entourage. Elle tombe enceinte, perd l’enfant, fait une dépression. Le diagnostic tombe : Célia est bipolaire. Après un séjour en hôpital psychiatrique, Célia s’installe à Nice et entreprend des études de photographie. Elle ne veut plus entendre parler de Marc, profondément malheureux, qui fait une tentative de suicide. Lors d’une crise de manie, elle fait la connaissance d’une psychologue perspicace, Fiona. Célia se dérobe face aux questions de sa nouvelle amie sur son enfance et contre toute attente, demande à Marc de l’épouser…Mais quel est donc le secret de Célia ?

Mon avis

Le livre de Sandrine Lambert m’intriguait de par son sujet : la bi-polarité. Mais j’avoue que son résumé m’avait refroidi un peu. J’avais l’impression d’avoir lu tout le roman en quelques lignes…. Et pourtant !!

Alors comment vous dire ?

Une fois le roman fermé, j’ai fait quelques recherches, je me posais des questions sur le lien entre la bi-polarité et la situation familiale de Célia (je ne vous donnerai pas plus de détails sous peine de spoil 😉 ). Alors je confirme, l’auteure connaît bien son sujet ce qui donne encore plus de force à son roman qui m’avait déjà embarquée pour quelques heures.

On suit donc Célia au quotidien, ses crises, ses manipulations, ses absences, ses déboires. Et comme elle, au début on ne comprend pas tout, on s’interroge sur son comportement jusqu’à ce que le diagnostique soit posé.

En parallèle de la vie de Célia, il y a le carnet bleu de Mademoiselle Smith dans lequel tout est noté, décortiqué, analysé et qui nous permet de saisir petit à petit l’ampleur de la situation.

Un roman dur, touchant. Des personnages bien travaillés auxquels on s’attache, qu’on déteste aussi parfois, qu’on ne comprend pas au premier abord souvent tout ça bien ancré dans la réalité.

La plume de l’auteure est travaillée avec un vocabulaire riche.

Après avoir lu de nombreux livres (10) de réalisme dans le cadre du Prix du Cercle Anonyme de la Littérature, j’avais une certaine appréhension à me replonger dans ce genre littéraire. Bien m’en a pris de le faire, je ne dirai pas que j’ai passé un excellent moment de lecture, cela serait trahir l’histoire, mais j’ai été touchée par Célia et son entourage, Mademoiselle Smith compris.

Un livre très intéressant … peut-être à éviter pour les lecteurs trop sensibles, ou avec un paquet de mouchoir !

Pour vous procurer ce roman, c’est par ici ou par

Bonne lecture ! ❤

Publicités


1 commentaire

Bleeding Heart de Nikki J. Jenkins

Bonjour,

La romance n’est toujours pas mon genre de prédilection mais des fois (surtout lorsque j’ai l’occasion de croiser des auteurs de Dreamcatcher soyons honnêtes 😛 ) je me laisse encore tenter 😉 .

Pour Bleeding Heart, les échanges que j’ai eus avec l’auteure sur facebook y sont pour beaucoup ainsi que son histoire personnelle … qui d’ailleurs a sûrement influencé ma perception du livre. Mais je n’en dirai pas plus car cela reste sa vie privée 😉

bleeding-heart-1068445-264-432

4ème de couverture

Émilia Stark a enfin réussi à obtenir ce qu’elle voulait au plus profond d’elle : William Portman. Mais après quatre ans de bonheur, voilà que Will s’éloigne soudainement d’elle, sans aucune explication.

Pourquoi ce changement d’attitude ?

Au détour des interrogations d’Émilia, pénétrez dans ses souvenirs. Celui d’un premier amour, inconditionnel et unique, qui vous plonge brusquement dans le monde des adultes

Mon avis

Franchement c’est le genre de couverture qui à la base ne m’attire pas… jusqu’à ce que je vois LE détail, la petite tâche sous le mot vie qui te fait dire que finalement tu pourrais avoir des surprises 😉

Et puis on ouvre le roman, on oublie la couverture et on se laisse happer par l’histoire d’Emilia … on s’interroge. D’abord sur pourquoi William a perdu son cœur et son âme ? Je suis pas assez fleur bleue pour l’avoir compris de suite, mais je pense que pour certain(e)s ce sera une évidence. Et puis on s’interroge sur le changement de comportement … pour moi ce fut sur un temps mais j’ai rapidement trouvé la réponse (c’est sur ce point que le fait de connaître l’auteure a influencé ma lecture), pour d’autres ce sera plus long.

Pour faire simple…et parce que j’aime bien comparer un livre à de la nourriture 😛

Bleeding Heart c’est un café frappé en période de grosse chaleur accompagné d’un fondant au chocolat cœur caramel … vous savez celui que vous avez acheté sans faire attention. Vous pensiez avoir un cœur fondant au chocolat et finalement vous avez une bonne surprise pour vos papilles 😉

Si vous êtes curieux et gourmand et que vous souhaitez découvrir la plume « gourmande » de Nikki J Jenkins … c’est par ici

Et pour découvrir sa maison d’éditions, c’est par !

Bonne lecture !! ❤

 

 


2 Commentaires

La dernière des Liomages de Lara Lee Lou Ka

Bonjour,

Les échanges et la patience, rien n’est plus important sur les réseaux sociaux 😛 . Après 2 ans (minimum 😀 ) je me suis enfin plongée dans l’univers de Lara Lee Lou Ka 😉 !!

51rCmh4EbGL

4ème de couverture

Dans les lointaines contrées de la Sharnie vit une jeune fille prénommée Maelis. De son passé elle ne sait que peu de chose. Une rencontre avec un étrange personnage va bouleverser sa vie.Douée du don de double vue, elle va aller à la rencontre de son destin accompagnée par celle qui deviendra son mentor, Missellemis, et son compagnon de toujours, Sauvage, son Flamboyant.

Mon avis

Sincèrement si je ne « vivais » pas dans le monde des indés 😛 , jamais cette couverture ne m’aurait interpellée. Pourtant elle représente très bien les personnages principaux de l’histoire… mais je ne sais pas, je la trouve enfantine.

Remarquez à y réfléchir cela correspond relativement bien au public.

En effet l’univers de Lara Lee est riche, mais malheureusement pour une adepte de fantasy comme moi, il n’est pas assez développé. Par contre, c’est parfait pour ceux qui veulent découvrir ce genre de roman.

La lecture est fluide, l’écriture agréable et les personnages attachants bien qu’on aimerait en savoir un peu plus sur leurs histoires personnelles.

Un « truc » que j’ai apprécié, c’est que même si l’auteure a prévu une suite, l’aventure de Maelis se termine. L’auteure prend le temps de finir la quête avant de clôturer son roman. Alors même si on a envie de découvrir quelles épreuves va devoir traverser notre héroïne, on ne se sent pas frustré.

Conclusion

Un roman de light fantasy qui permet aux moins aventureux et/ou au plus jeunes de découvrir ce style de manière agréable.

PS : J’ai appris de source sûre qu’un préquel développant l’univers de Maelis était prévu…j’avoue avoir hâte de le lire car il y a vraiment de quoi faire 😉

Sinon pour vous le procurer, c’est par ici 🙂


3 Commentaires

L’imagerie de Adrien Lioure

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

Voilà encore un roman lu dans le cadre du Prix des auteurs inconnus (qui au passage a changé de nom pour le Prix du Cercle Anonyme de la Littérature). J’avoue que je ressors de ma lecture plutôt dubitative

4133iU3YuNL._SX311_BO1,204,203,200_

4ème de couverture

L’Imagerie est un roman de science-fiction écrit par Adrien Lioure et mettant en scène Alix, jeune étoile montante du cinéma, qui apprend lors des dernières prises de son prochain film la mort de sa femme et de son enfant, Sophie et Max. Pour l’accompagner dans cette épreuve particulièrement douloureuse, Alix peut compter sur Dolorius, sa Souffrance. Il s’agit d’un être à l’origine des maux et des douleurs des hommes. Derrière chaque blessure, qu’elle soit physique ou psychique, une Souffrance est à l’ouvrage. Mais jamais Dolorius n’avait eu affaire à une douleur si aiguë, si inassouvissable. Il comprend vite que pour sauver Alix, il n’y a qu’un moyen. Lui rendre Sophie et Max. C’est ainsi que les deux personnages feront tout pour tenter de rejoindre L’Imagerie, lieu mystérieux et inconnu où finissent les âmes des défunts.

Mon avis

L’idée de départ est intéressante…personnaliser la souffrance et le sommeil ! Bon j’invente pas grand chose vu que c’est un des éléments qui nous a fait sélectionner ce roman pour le prix, son originalité. Surtout qu’on entre dans le livre avec Dolorius et un peu d’humour… j’aime bien la manière qu’il a de faire comprendre à quel point il est quelqu’un d’important pour nous 😛 (sans vous spoiler trop j’imaginais très bien le gars avec la main coincée dans la tondeuse 😀 !!)

Puis vient le démarrage du roman avec la mort de Sophie et Max… et pour l’auteur une revisite du mythe d’Orphée et d’Eurydice. Alors bien sûr Alix ne va pas aux Enfers, il se contente de l’Imagerie 😉 . L’auteur profite aussi de son roman pour faire passer quelques messages pour éviter les regrets face au pire ;).

Donc l’histoire en soit est bonne, les personnages plutôt sympathiques et certains ont même un peu le sens de l’humour qui nous fait sourire par petites touches tout au long du roman.

La multitude des personnages risque de perdre certains lecteurs, et on trouve quelques répétitions. Mais le plus difficile, pour moi, a été le style de l’auteur que j’ai trouvé saccadé (phrases courtes, absence de sujet …) ce qui m’a perturbé 😦 . Je vous mets l’exemple que j’ai noté lors de ma lecture même si ce n’est pas le plus « remarquable » vu qu’il se trouve sur la fin du roman.
 » Mes habits sentent la fumée. Sont déchirés, arrachés. »

La fin d’ailleurs parlons en, elle m’a laissée perplexe

Résultat de recherche d'images pour

Mais je ne peux pas vous dévoiler pourquoi sans vous spoiler le roman. Par contre si vous avez l’occasion de le lire, je serais ravie d’échanger à ce propos pour savoir comment vous la percevez !

D’ailleurs pour vous procurer le roman c’est ici

Ça fait bizarre de ne pas conclure mais j’avoue ne pas savoir comment le faire pour ce roman 😉 …. je vous souhaite donc simplement une bonne lecture ❤ !


2 Commentaires

Ces oiseaux qu’on met en cage de Marjorie Levasseur

réalisme

Bonjour,

Et oui, encore 😀 ! Et c’est pas fini … En tout cas cette fois ce fut une belle découverte, mais je ne vous en dis pas trop … pour le moment ! 😉

51ixa46oIcL

4ème de couverture

SAMUEL, FABRICE, MANON, FRANCK, ANNE-LISE…
Vu de l’extérieur, leur vie semble parfaite, mais doit-on toujours se fier aux apparences ?
Un jour, arrive le geste de trop, l’événement qui fait dérailler la marche routinière du train de l’existence. Les masques tombent, le vernis craque.
Au fil des rencontres, des tragédies, apparaît la nécessité pour ces jeunes gens et leur entourage d’évoluer, de retrouver une liberté perdue…
D’ouvrir la cage, quel que soit le prix à payer.

Mon avis

Voilà un roman qui est vraiment dans la bonne catégorie, aucune fausse note concernant le réalisme… l’auteure connaît bien son sujet : l’homme dans ce qu’il a de plus pervers mais aussi de plus beau.

Elle nous parle d’intolérance, de violences physiques mais aussi psychologiques,de l’impunité que peut octroyer un statut social (je ne suis pas sûre que le terme soit adéquat même si c’est celui qui semble le mieux correspondre selon moi)

Mais pas que, car la vie n’est pas toute noire 😉 ! Alors elle adoucit le tout avec de beaux sentiments : l’amitié, l’amour, l’abnégation, l’empathie.

Vous allez me dire, ben si elle nous raconte « les infos » c’est quoi l’intérêt ?

La plume fluide de l’auteure, et la simplicité désarmante qu’elle a de nous raconter son histoire. La partie de son cœur et de ses espoirs qu’elle semble mettre dans chacun de ses personnages… une bonté que l’on ressent à chaque page qui se tourne.

Conclusion

Je pense que ma « condition » d’éducatrice y est pour beaucoup dans ma perception de ce roman. J’ai eu croisé des personnes comme celles dont parle Marjorie Levasseur….et elle les dépeint avec réalisme et bonté. Pour le moment c’est le meilleur livre que j’ai lu de cette catégorie et malgré la dureté des thèmes abordés, je vous le recommande.

Pour vous le procurer, c’est par ici

Bonne lecture ! ❤


2 Commentaires

Les Primitifs de Laetitia Laosakoune par Petite Pousse

Bonjour !

Aujourd’hui je reprends le clavier pour vous parler du roman de Laetitia Laosakoune « Les Primitifs »

4ème de couverture :

Charlotte, jeune passionnée de jeux vidéo mène une vie tranquille, trop tranquille pour elle. Chaque jour, elle travaille dans une boulangerie et sert un client mystérieux, au physique atypique mais séduisant. Elle est amoureuse de lui mais cet homme, désagréable et inaccessible, ne lui accorde pas un regard ni un sourire, jusqu’au jour où les évènements vont les réunir. Malgré la découverte des sombres secrets qui entourent ce garçon et l’incroyable révélation sur l’existence de son « espèce », Charlotte lui fait confiance et lui confie sa vie. Ils affronteront ensemble l’apparition d’un virus mortel, d’agents gouvernementaux qui les pourchassent sans raisons apparentes mais surtout du jeune frère de celui-ci qui semble vouloir du mal à la vendeuse et qui mettra tout en place pour se débarrasser d’elle…

Mon avis :

J’ai commencé ce roman dans la voiture en revenant du salon de l’imaginaire de Toulouse, pensant (naïvement) que, comme pour la majorité des livres j’arriverais à faire une pause dans ma lecture en arrivant à la maison pour travailler. Que nenni ! Je n’ai même pas stoppé ma lecture pendant le temps de marche de la voiture à mon lit. 😀 Je l’ai trouvé addictif pour la simple et bonne raison que l’histoire est remplie de rebondissements, d’action ainsi qu’une bonne dose de suspens.

J’ai malheureusement relevé quelques points qui m’ont un peu déçue au cours de ma lecture.

Tout d’abord le résumé : je le trouve un peu décousu… le jeune frère n’est, selon moi en tout cas, pas le point le plus « problématique » de l’histoire. De plus, il évoque une rapidité dans l’évolution de la relation de Charlotte et le client mystérieux, qui est certes présente dans le livre mais moins que ce que laisse entendre le résumé : elle est amoureuse de lui (même si, en tant que « d’jeuns » je dirais plus que c’est un crush, une attirance, étant donné qu’elle ne lui a jamais vraiment parlé) –> annonce du secret –> lui confie sa vie –> se battent ensembles, seuls contre tous. Ça m’a personnellement donné une impression de précipitation moins marquée dans le contenu du roman.

La rapidité justement. J’ai tellement aimé les rebondissements, les actions qui renversent tout ce que le lecteur peut penser sur les personnages, que j’aurais aimé que l’auteure prenne un peu plus de temps, à côté, pour creuser les relations entre les personnages, leur caractère, leur personnalité. Un exemple : il est mentionné dans le résumé que Charlotte est fan des jeux vidéo. A part pour provoquer l’aveu du secret d’Adam, et pour lui faire acquérir une qualité de hackeuse (un peu exagéré, ce trait de sa personnalité est peu utilisé, or il est dans le résumé ce qui sous-entends que c’est quelque chose de fondateur pour Charlotte. Mais je comprends le fait d’avoir privilégié les actions : il faut mener le lecteur quelque part et les livres trop longs ont tendance à faire fuir les petits lecteurs, ce qui aurait été vraiment dommage !

Le style de l’auteur est très agréable, très fluide et correspond totalement à l’effet recherché. La mise en page est magnifique,(tout comme la couverture), où les chapitres sont annoncés en blanc sur un fond noir. C’est très agréable et original !

Il me reste juste deux minuscules questions, insignifiantes, mais qui m’ont perturbée légèrement (en tant que jeune fille casse pieds je l’avoue XD ).

Au niveau de la phrase  » Il l’embrassa plus passionnément que la première fois, mais cette fois il ne la laisserait pas sur sa fin « . J’aurais eu tendance à dire  » sur sa faim  » mais j’avoue que du coup je m’interroge ^^

Enfin, c’est au niveau des capacités de hackeuse de Charlotte dont j’ai parlé un peu plus haut. Elle explique qu’elle les as acquises grâce à des amis joueurs en ligne afin de savoir télécharger des jeux avant leur sortie officielle. Dans ce cas, pourquoi attends-t-elle au début du roman la sortie de son jeu favori plutôt que de le télécharger ? Et surtout, comment cela peut-il être suffisant pour lui permettre de rentrer dans les documents du Ministère de la Santé qui est protégé ne serait-ce que par un pare-feu très puissant qui n’a pas besoin de gens pour le contrôler (le virus n’a donc aucun effet sur ce pare-feu)? Après, je peux me tromper sur le moyen du gouvernement de protéger ses infos capitales mais c’est ce qu’il me semblait d’après ce que j’ai pu lire ou entendre, ce qui fait que j’ai été assez surprise. ^^

Conclusion :

Un livre extrêmement addictif (j’ai d’ailleurs exigé le tome 2 dès la fin de ma lecture tellement le cliffhanger est horrible 😀 (encore plus avec le prologue du tome 2 à la fin !), au style très agréable et, malgré quelques toutes petites faiblesses, parfait pour passer un moment haletant !

Bonne lecture !

Pour vous le procurer c’est ici (Amazon) ou (directement chez les éditions livresque)

Petite Pousse

petite pousse


10 Commentaires

Le silence des aveux d’Amélie de Lima

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

J’ai lu le roman d’Amélie de Lima dans le cadre du prix des auteurs inconnus…j’avoue que malgré les nombreux retours positifs que j’ai pu lire, ce n’est pas un livre vers lequel je me serais plongée volontairement…en cause la 4ème de couverture, j’ai toujours un peu de mal quand cela concerne des morts d’enfants. Mais ça je vous l’avais déjà dit je crois 😉

index

4ème de couverture

Lille, novembre 2010, le corps sans vie d’une adolescente est retrouvé près de la Deûle enneigée, dans d’étranges conditions. Cheveux scalpés, habillée mais sans sous-vêtements, un billet de vingt euros dans la main, tout prête à croire qu’il s’agit d’un crime sexuel. Véronique De Smet, commissaire chargée de l’affaire semble piétiner, les meurtres s’enchainent et l’enquête est au plus bas.
Pourtant, un revirement de situation permettra à Véronique de mettre la main sur le présumé meurtrier, un trentenaire qui semble être le coupable idéal. Mais, l’est-il vraiment ?
Aidée de l’inspecteur Bernier, Véronique réalisera un travail de fond, sur l’enquête et sur elle-même, pour démêler cette affaire, où rien ne semble être ce qu’il parait…

Mon avis

Malgré les nombreux retours positifs sur ce roman ( ici ou   😀 ) j’ai commencé ce roman avec une certaine appréhension. Cette inquiétude a fait que j’ai eu du mal à rentrer dans le livre, et quand par dessus le marché je fais une erreur d’interprétation… Aïe ! Aïe ! Aïe ! C’est vraiment compliqué 😦 !!

Mais bon, je persiste, il faut dire que les personnages sont vraiment complexes et intéressant… en plus Amélie de Lima nous les dévoilent de manière progressive au fil de l’enquête. Des petites bribes à droite à gauche qui maintiennent l’attention du lecteur en éveil.

Je voudrais bien vous parler de l’intrigue mais ce serait gâcher votre plaisir car je risque de spoiler involontairement. La seule chose c’est que j’ai trouvé avant la fin du roman…mais je n’ai véritablement compris qu’une fois la dernière page (ou presque) tournée. Ce qui est important dans ce livre et que l’auteure maîtrise parfaitement, ce n’est pas le comment, mais le pourquoi !

Conclusion

Un roman bien mené du début à la fin, même si pour moi l’entrée a été difficile, je comprends parfaitement son succès. Un plus : les personnages complexes et torturés à souhait 😉 (je dois avoir un petit côté sadique quand même 😀 )

Pour vous procurer ce roman, c’est par ici 😉