Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


1 commentaire

Le 4ème sceau de Cédric Péron

Bonjour,

C’est Petit Diable qui s’était offert ce livre lors des Rencontres d’encre à Tulles. J’ai toujours fait confiance aux auteurs indépendants pour dire si un livre est adapté ou non à mon fils. Je n’ai donc pas prêté particulièrement attention à la 4ème de couverture. Mais, lorsque Monsieur et Belle-maman l’ont lu, ils ont été surpris que je laisse Petit Diable lire ce style de roman. Pour rassurer tout le monde j’ai donc lu le livre avant que mon fils se plonge dedans.

Mon avis

La première chose : oui, un enfant de 13 ans, bon lecteur (même pas excellent) peut se plonger dedans sans problème. Il y a un ou deux passages qui peuvent être un peu « troublants » mais en fait comme cela touche des personnages auxquels le lecteur n’a pas vraiment le temps de s’attacher c’est « facile » à digérer.

D’ailleurs mon fils a adoré, un coup de cœur : C’est un très bon livre à mon goût où l’on ajoute les morceaux de l’enquête un à un. Un petit thriller rapide avec du suspens et une bonne dose d’humour. Et malgré le dos de couverture alarmant, je conseille ce livre pour les ados et les adultes de plus de 12 ans.

Personnellement j’ai passé un agréable moment de lecture. On s’attache très vite aux personnages et le ventre se noue lorsqu’il arrive quelque chose à l’un d’entre eux. L’humour potache ( à deux balles oui ! pan pan !! ) de David permet de faire baisser la tension du roman et lui donne un côté très touchant. C’est une bonne manière de mettre de la distance avec les événements que ce soit pour lui ou pour le lecteur.

L’histoire est bien ficelée, sans qu’il y ait de véritable surprise (enfin quand on est habitué car Petit Diable en a eu quelques unes) tout se tient et on peut tout à fait ancrer l’histoire dans la réalité (et oui, les fanatiques sont présents dans toutes les religions 😉 )

Une plume fluide et agréable…entre humour et plume acérée. Des chapitres courts qui permettent de donner du dynamisme à l’histoire.

Merci à mon entourage de m’avoir « obligé » ( pas moi en tout cas ) à lire ce livre afin d’en valider la lecture pour Petit Diable, j’ai passé une très agréable journée de lecture !! 😛

Pour vous le procurer, c’est par ici !!

Bonne lecture ! ❤

Publicités


4 Commentaires

Ray Shepard : Amnésie de Morgane Rugraff

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

Bon j’avoue ne pas trop savoir où j’en suis de mes lectures dans cette catégorie du prix des auteurs inconnus…. heureusement que les chefs sont là 😛 ! Merci Virginie et Amélia 😉  ❤

51AajmJLaAL._SY346_

4ème de couverture

Si votre cœur est animé par la vengeance, que devient votre âme ?

Penngrad.
Un monde corrompu.
Celui dans lequel chaque habitant côtoie la seconde moitié de son âme : un spectre de fluide animal.
Cet univers, c’est celui de Ray Shepard, un alchimiste en quête de puissance, dont les pas sont guidés par la haine et la soif de vengeance.

Mon avis

Comme vous le savez… ou pas :D, nous devions sélectionner les livres en se basant sur la couverture, le résumé et les 10 premières pages.

Soyons honnête, rien que la couverture et la 4ème je kiffe !!! (et là j’entends ma Petite Pousse hurler :  » Comment tu parles maman ?? Résultat de recherche d'images pour "smiley j'hallucine"… j’vais pas te rappeler ton âge !! » :D. Passons 😉 ! Une autre chose que j’apprécie dans ce roman, c’est la carte de Penngrad en début de roman et les dessins en début de chapitre et de saisons… Je suis sûre qu’en version papier ça doit être magnifique !

Allez j’entre dans le vif du sujet 😉

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman, la nécessité de comprendre le lien entre les hommes et leurs âmes. De plus il y a pas mal de personnage et comme l’auteur se balade de l’un à l’autre, j’ai mis un temps pour repérer qui était qui… Mais bon, on va dire qu’une fois les 50 premières pages passées, ben c’est du bon !!! 😉

L’auteur prend son temps, elle tisse patiemment les liens et développe la psychologie des personnages au fil de l’histoire…

Ray est un personnage infecte et pourtant on s’y attache tellement on le sent torturé, alors quand arrive la fin du roman, on a juste envie de dire « Non!! » et d’aller voir l’auteur pour lire le tome 2 😛

L’auteur distille progressivement de la noirceur dans son univers. Plus on découvre l’environnement des personnages, leurs psychologie  plus le « mal » s’immisce dans l’univers jusqu’à l’extrême (ou presque 😉 ) mais je n’en dis pas plus sous peine de spoil… Je considère toutefois que Morgane Ruff a fait la pire chose qu’un auteur puisse faire à ses héros et par conséquent à son lecteur 😉 .

Ce travail autour des héros donne un roman plutôt lent dans l’ensemble malgré un final du genre explosif …. un 1er tome de fantasy quoi !! 😀

Conclusion

Malgré une mise en place difficile, Ray Shepard : Amnésie est un bon 1er tome qui donne envie de connaître la suite. Surtout que je suis curieuse de savoir comment l’auteur va faire évoluer son personnage principal au vu de son caractère et des gens qui s’intéressent à lui… Mystère !!! Je veux le tome 2 !!!! 😛

Sinon, pour vous le procurer c’est ici … et pour information le tome 2 est déjà sorti, donc vous pourrez le trouver …. et je vous rajoute la couverture histoire de vous faire baver 😉

Ray Shepard: Tome 2 - Hérésie par [Rugraff, Morgane]

Bonne lecture ! ❤

 

 


Poster un commentaire

Le carnaval des illusions de Jo Rouxinol

réalisme

Bonjour,

Propulsée par mes soins dans la catégorie Réalisme du prix des auteurs inconnus, c’est Le carnaval des illusions de Jo Rouxinol qui ouvre le bal… Je connaissais déjà la plume de l’auteur avec Le temps des étoiles, cela avait un côté rassurant 😉

51NwfjhAg5L._SY346_

4ème de couverture

Plongée dans l’agitation d’un établissement scolaire, Eva fait ses premières armes dans l’enseignement en tant que surveillante. Elle se concentre sur le quotidien, parfois brutal, pour s’extraire d’un passé douloureux et s’empêcher de partir à la dérive. Mais le souvenir de son immersion au cœur d’une favela brésilienne continue de l’obséder bien après son retour à Paris. Avant, après, ici, là-bas, la jeune Eva navigue à vue entre ses identités multiples et nous entraîne dans un monde foisonnant de vie, jusqu’à ce que l’envers du décor impose sa sombre réalité et balaie ses illusions.
Des bidonvilles cariocas aux banlieues françaises, elle affronte une violence sans frontières qui la mènera au bout de la quête d’elle-même.

Mon avis

J’aime toujours autant la plume de l’auteure que je trouve fluide, directe, sans fioritures mais avec la capacité de nous immerger dans son univers. Mais voilà autant je m’étais régalée avec Le temps des étoiles, autant j’ai l’impression d’être passée  à côté du Carnaval des illusions.

Je n’ai rien à reprocher de particulier à ce roman, l’auteur connaît extrêmement bien les univers dans lesquels elle nous plonge. Elle aborde des thèmes forts comme l’abus de pouvoir (sous plusieurs formes 😉 ) mais aussi et surtout la vie de tous les jours avec ses hauts et ses bas (enfin plus les bas que les hauts 😉 ) que ce soit dans les favelas brésiliennes ou l’établissement scolaire parisien.

Mais alors qu’est ce qui coince me direz vous ? …. L’héroïne Eva.

Sur les 3/4 du livre, elle représente le genre de personne qui m’insupporte prodigieusement … naïve dans sa relation amoureuse, elle se voile la face par rapport à ce qui l’entoure, aux événements, aux détails qu’elle perçoit et qui devraient la faire réagir (que ce soit au Brésil ou à Paris). Alors oui elle veut bien faire, elle veut s’en sortir mais j’ai passé quand même une bonne partie du temps à vouloir la secouer.

Remarquez on peut pas dire que ce soit négatif … si ? Noooon ! 😛

Faire réagir le lecteur est bien l’envie 1ère d’un auteur non ? Enfin surtout dans le réalisme. 😀

Mais bon, quand certains détails nous sont révélés… et même si ma perception de son comportement a changé sur les dernières pages, je n’ai pas eu le temps d’apprécier son caractère avant le mot « fin »…. et j’avoue que détester un personnage sur quasiment tout un roman, ça nuit au plaisir de l’histoire 😦

Conclusion

Un roman bien écrit qui parle du quotidien dans les lycées (et je peux vous dire que des élèves comme ceux qu’elle décrit j’en ai croisé quelques uns et des enseignants aussi 😦 ). En ce qui concerne les favelas au Brésil, je ne sais pas si Jo Rouxinol a fait des recherches ou si elle y est allée, mais c’est criant de vérité…. Si seulement il n’y avait pas Eva !!!! 😛

Pour vous procurer ce roman c’est ici !! 😉

Bonne lecture ! ❤

 

 

 

 


2 Commentaires

De nos propres mains de Bastien Pantalé

Bonjour,

Merci à Bastien pour sa confiance chaque fois renouvelée…. À chaque nouveauté j’ai le plaisir d’être dans les 1ères lectrices, et même si je suis débordée, impossible de refuser ;). D’abord parce que c’est un peu grâce à lui que mon blog a pris de l’ampleur et puis surtout parce que je suis sûre de passer un agréable moment de lecture et ce peu importe le genre littéraire qu’il choisit 🙂

51MAj56Tl5L._SY346_

4ème de couverture

Des chemins tracés, mais à la craie, comme une marelle aux lignes brisées
Une rencontre avec l’instrument, avec le talent
Tel un espoir, un poing levé
Compenser l’absence, ébranler les codes, de combats en harmonies
Une évidence à exprimer, un souffle prégnant
La promesse de nos mains unies

Au delà de la romance, De nos propres mains relate avant tout deux destins croisés, deux parcours qui brillent par leur différence, leur pugnacité. Le reste est sur la couverture.

Mon avis

La couverture : bon j’suis pas fan mais elle correspond tout à fait au roman et laisse le loisir au lecteur d’imaginer qui fera quoi 😉 … elle titille la curiosité 😛

J’ai été un peu déstabilisée au début du roman par la réflexion et le vocabulaire d’Anne notre petite héroïne de 8 ans. Mais très vite on passe au-dessus de ce détail et on se retrouve embarqué dans la vie et le combat de Anne et Dimitri …. Ben oui parce qu’il faut bien adoucir l’histoire avec un peu de romance 😉 … mais celle-là, elle fleure bon le respect de l’autre, la tolérance et l’acceptation des différences.

Ils faut dire que chacun de nos deux « héros » ont choisi des voix aux antipodes de leur milieu social et que c’est un combat de chaque instant d’atteindre son rêve tout en restant soi-même.

Au vu de ma situation actuelle, ce roman a eu un véritable écho en moi, mais c’est un roman à mettre dans toutes les mains pour que chaque lecteur retrouve l’espoir d’atteindre son rêve et s’en donne les moyens.

Conclusion

Toujours rien à reprocher à la plume de l’auteur 😉 , des personnages attachants et une histoire qui met non la romance, mais l’espoir et l’envie d’atteindre le but que l’on s’est fixé en avant. Un roman qui fait du bien sans tomber dans le gnangnan, c’est suffisamment rare pour que vous vous précipitiez ici pour vous le procurer 😉

Bonne lecture !! ❤


8 Commentaires

La brèche de Pauline Perrier

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

Allez une petite chronique du prix des auteurs inconnus… j’en suis à 4/11 c’est pas mal. L’avantage et l’inconvénient de la catégorie : Premier Roman, c’est que nous avons différents genres littéraires. On ne s’ennuie pas mais difficile de faire des choix car nous n’avons pas de critères de comparaison. Bon j’arrête de vous parler du prix et en vient au roman…Enfin !!! 😛

51OHxArtoqL

4ème de couverture

Rien ne prédestinait Blake Rivers à une existence hors du commun. Tout juste âgé de vingt ans, le jeune homme n’a jamais poursuivi qu’un seul objectif : survivre. Dans un pays où règnent la dictature, la délation et le mépris des pauvres, faire profil bas est le meilleur moyen de s’en sortir. Pourtant, Blake a du mal à se plier aux règles imposées par La Coalition…
Sa vie bascule le jour où il découvre l’existence de La Brèche, une organisation secrète qui se tapit dans le ventre de la Capitale. Dès lors, toutes les certitudes de Blake vont être remises en cause.

Mon avis

La couverture m’avait surprise dans mon souvenir. Une brèche et un tunnel, ce n’est pas vraiment la même chose…mais à la lecture du roman l’image prend tout son sens.

Lorsque j’ai cherché l’image de la couverture, j’ai découvert que l’auteure était éditée par 5 sens éditions. Une petite ME que j’ai découvert cela doit faire un an et dont la qualité des romans et leur originalité m’ont toujours agréablement surprise…. C’est donc ma 1ère déception concernant ce roman.

Attention, je n’ai rien à reprocher à ce livre si ce n’est d’avoir garder le schéma classique de la dystopie. Alors, on ne s’ennuie pas vraiment, il y a de nombreux rebondissements mais quand on est comme moi une adepte de ce genre et qu’on en a lu en quantité, ben y a pas la petite touche qui fait la différence.

Je dois toutefois admettre que l’absence totale de romance est un plus (d’ailleurs pourquoi faut-il toujours qu’il y ai une histoire d’amour dans les dystopies??)… Et là Résultat de recherche d'images pour "idée lumineuse" c’est ça la différence avec les autres dystopies 😀 … Mais bon, même si je l’ai relevé, ça n’a pas vraiment fonctionné pour que je m’y plonge totalement.

Le fait que le « héros » soit un homme…enfin un garçon 😀 est aussi un plus. ( OK vous allez me dire que c’est pas le seul…mais bon, dans mes lectures ce sont plus souvent des jeunes filles que des hommes)

L’écriture est agréable et la plume fluide, on passe un agréable moment de lecture en compagnie de Blake et des membres de la Brèche. Le message final de l’auteur catégorise ce roman en jeunesse…enfin, elle explique certaines choses qui à 40 ans révolu me semble évidentes.. Mais qui peuvent faire du bien à entendre ou lire pour des ados 😉

Conclusion

Un roman jeunesse agréable avec un message intéressant mais qui utilise tous les codes de la dystopie. Je n’ai malheureusement pas trouvé le petit truc qui en fait, pour moi,  un roman à part 😉

Résultat de recherche d'images pour "citation avec grain de sable"

 

Si vous aimez les dystopies, vous pouvez vous procurer La brèche ici pour le numérique et pour la version papier 😀


8 Commentaires

La maison des Lords de Will Piem

Bonjour,

Pour son anniversaire, Will Piem a eu la gentillesse d’offrir son livre en numérique…alors bien sûr je n’ai pas pu m’empêcher de le récupérer.

C’est pas comme ci j’avais une PAL qui rentre à peine dans ma bibliothèque 😛

51uRqvmy5cL

4ème de couverture

2053, le monde est dévasté, les communications coupées, la population survit au sein de bunkers isolés les uns des autres.
Le seul pont qui les relie, des personnages étranges qui se font connaitre sous le nom de « la Confrérie des Lords », des êtres capables de se téléporter dans les différentes cités souterraines.

Audrey et son équipe ne s’attendaient pas à devoir se confronter à leurs secrets. Leurs aventures les mèneront bien loin de Paris-sous-Seine.
Dans un passé où ils pourront revoir le ciel mais dans lequel les Lords se jouent des anachronismes, programmant la domination d’un futur qui n’est déjà plus le leur.

La maison des Lords est une série débutant dans un Paris apocalyptique, se mêlant dans les engrenages du temps à une Genève de 1842.

Car tout mythe possède une part de réalité, la science du futur ne serait-elle pas le fantastique d’hier ? Lire la suite


11 Commentaires

Au royaume de Kitoln de Laurence Puzenat

Bonjour et Bonne Année !

Nous commençons ce début d’année par une chronique à 4 mains…pour ma plus grande joie et la votre j’espère 😉

J’ai commencé le livre de Laurence Puzenat en lecture du soir à mon Petit Diable, nous avons eu du mal à tenir un rythme régulier (si, une fois tout les quinze jours). Il faut dire qu’en parallèle Papa lui lisait le Seigneur des anneaux. Et puis les vacances de Noël sont arrivées, et Petit Diable en a eu marre d’attendre que maman soit disponible…et puis c’est sympa de lire en douce sur la liseuse, pas besoin de lumière 😀 !

Dans tous les cas, en 2 jours, il a fini le roman (nous en étions à la moitié) et qu’est ce que c’est agréable de l’entendre rire alors qu’il est plongé dans son livre. Une fois qu’il a eu fini, je me suis aussi plongée dedans pour que nous en fassions un retour à 4 mains (il a toujours du mal à le faire en solo 😉 )

51ibDy3b2aL

4ème de couverture

Un être humain sans oxygène finira fatalement par mourir. Il en va de même pour cette planète sans sa magie.

Sous la folie des mortels qui ont anéanti toutes créatures magiques, la planète se meurt, mais n’a pas dit son dernier mot! Elle a chargé Olgray, mage de son état, de retrouver le dernier dragon pour qu’avec lui, revienne la magie. Olgray lui a trouvé Sildra, mage sans magie mais qui reste une herboriste plutôt débrouillarde. Ensemble, ils parcourent le monde.

Suivant le moindre indice aussi farfelu soit-il, échappant aux fourches et aux bûchers, ils poursuivent la recherche de l’œuf de dragon.

Et la dernière piste en date, les mène à Kitoln , l’un des royaumes les plus anti-magie qu’on puisse trouver, ambiance… Lire la suite