Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


2 Commentaires

Les Primitifs de Laetitia Laosakoune par Petite Pousse

Bonjour !

Aujourd’hui je reprends le clavier pour vous parler du roman de Laetitia Laosakoune « Les Primitifs »

4ème de couverture :

Charlotte, jeune passionnée de jeux vidéo mène une vie tranquille, trop tranquille pour elle. Chaque jour, elle travaille dans une boulangerie et sert un client mystérieux, au physique atypique mais séduisant. Elle est amoureuse de lui mais cet homme, désagréable et inaccessible, ne lui accorde pas un regard ni un sourire, jusqu’au jour où les évènements vont les réunir. Malgré la découverte des sombres secrets qui entourent ce garçon et l’incroyable révélation sur l’existence de son « espèce », Charlotte lui fait confiance et lui confie sa vie. Ils affronteront ensemble l’apparition d’un virus mortel, d’agents gouvernementaux qui les pourchassent sans raisons apparentes mais surtout du jeune frère de celui-ci qui semble vouloir du mal à la vendeuse et qui mettra tout en place pour se débarrasser d’elle…

Mon avis :

J’ai commencé ce roman dans la voiture en revenant du salon de l’imaginaire de Toulouse, pensant (naïvement) que, comme pour la majorité des livres j’arriverais à faire une pause dans ma lecture en arrivant à la maison pour travailler. Que nenni ! Je n’ai même pas stoppé ma lecture pendant le temps de marche de la voiture à mon lit. 😀 Je l’ai trouvé addictif pour la simple et bonne raison que l’histoire est remplie de rebondissements, d’action ainsi qu’une bonne dose de suspens.

J’ai malheureusement relevé quelques points qui m’ont un peu déçue au cours de ma lecture.

Tout d’abord le résumé : je le trouve un peu décousu… le jeune frère n’est, selon moi en tout cas, pas le point le plus « problématique » de l’histoire. De plus, il évoque une rapidité dans l’évolution de la relation de Charlotte et le client mystérieux, qui est certes présente dans le livre mais moins que ce que laisse entendre le résumé : elle est amoureuse de lui (même si, en tant que « d’jeuns » je dirais plus que c’est un crush, une attirance, étant donné qu’elle ne lui a jamais vraiment parlé) –> annonce du secret –> lui confie sa vie –> se battent ensembles, seuls contre tous. Ça m’a personnellement donné une impression de précipitation moins marquée dans le contenu du roman.

La rapidité justement. J’ai tellement aimé les rebondissements, les actions qui renversent tout ce que le lecteur peut penser sur les personnages, que j’aurais aimé que l’auteure prenne un peu plus de temps, à côté, pour creuser les relations entre les personnages, leur caractère, leur personnalité. Un exemple : il est mentionné dans le résumé que Charlotte est fan des jeux vidéo. A part pour provoquer l’aveu du secret d’Adam, et pour lui faire acquérir une qualité de hackeuse (un peu exagéré, ce trait de sa personnalité est peu utilisé, or il est dans le résumé ce qui sous-entends que c’est quelque chose de fondateur pour Charlotte. Mais je comprends le fait d’avoir privilégié les actions : il faut mener le lecteur quelque part et les livres trop longs ont tendance à faire fuir les petits lecteurs, ce qui aurait été vraiment dommage !

Le style de l’auteur est très agréable, très fluide et correspond totalement à l’effet recherché. La mise en page est magnifique,(tout comme la couverture), où les chapitres sont annoncés en blanc sur un fond noir. C’est très agréable et original !

Il me reste juste deux minuscules questions, insignifiantes, mais qui m’ont perturbée légèrement (en tant que jeune fille casse pieds je l’avoue XD ).

Au niveau de la phrase  » Il l’embrassa plus passionnément que la première fois, mais cette fois il ne la laisserait pas sur sa fin « . J’aurais eu tendance à dire  » sur sa faim  » mais j’avoue que du coup je m’interroge ^^

Enfin, c’est au niveau des capacités de hackeuse de Charlotte dont j’ai parlé un peu plus haut. Elle explique qu’elle les as acquises grâce à des amis joueurs en ligne afin de savoir télécharger des jeux avant leur sortie officielle. Dans ce cas, pourquoi attends-t-elle au début du roman la sortie de son jeu favori plutôt que de le télécharger ? Et surtout, comment cela peut-il être suffisant pour lui permettre de rentrer dans les documents du Ministère de la Santé qui est protégé ne serait-ce que par un pare-feu très puissant qui n’a pas besoin de gens pour le contrôler (le virus n’a donc aucun effet sur ce pare-feu)? Après, je peux me tromper sur le moyen du gouvernement de protéger ses infos capitales mais c’est ce qu’il me semblait d’après ce que j’ai pu lire ou entendre, ce qui fait que j’ai été assez surprise. ^^

Conclusion :

Un livre extrêmement addictif (j’ai d’ailleurs exigé le tome 2 dès la fin de ma lecture tellement le cliffhanger est horrible 😀 (encore plus avec le prologue du tome 2 à la fin !), au style très agréable et, malgré quelques toutes petites faiblesses, parfait pour passer un moment haletant !

Bonne lecture !

Pour vous le procurer c’est ici (Amazon) ou (directement chez les éditions livresque)

Petite Pousse

petite pousse

Publicités


5 Commentaires

Chupacabra à l’école des vampires de Sébastien Tissandier & Vael Cat

Bonjour,

Après une longue discussion avec l’auteur, mon homme a acheté ce court roman « pour sa classe » 😛 (Ah ces instits toujours une bonne raison pour acheter un livre :D)

Il traînait sur la table du salon, et ma liseuse était loin…5 pas pour atteindre la cuisine 😉 !

chupacabra-a-l-ecole-des-vampires

 

4ème de couverture

La vie n’est pas simple lorsqu’on est le seul vampire allergique au sang humain !
Du coup, le jeune Chupacabra se promène constamment avec Rustine, sa fidèle chèvre anémiée, qui lui sauve la vie à chaque fois qu’il cède à la tentation.

Mon avis

Livre court (95 pages) qui convient très bien aux enfants et aux non adeptes de lecture (comme moi 😀 ). J’ai eu un peu de mal avec les illustrations plus noires que blanches mais qui correspondent malgré tout à l’histoire.
Toute mignonne et pleine d’humour d’ailleurs l’histoire. Bon ça le fait moins mais le livre aurait dû s’appeler Rustine… j’suis peut-être pas très objective mais j’adore cette chèvre, malgré ses yeux et sa manie de mâchouiller de l’herbe,elle pourrait paraître intelligente ;).
En dehors de la chèvre, les enfants sont aussi très attachants et débrouillards même si certains sont un peu fêlés sur les bords.
Enfin tout ça pour dire qu’on passe un très agréable moment de lecture, on sourit et si vous êtes du genre « public facile » comme dit Monsieur, vous pourrez même trouver à rire.
Je vous présente le prochain téléphone de Petit Diable : l’Ail Phone…bon le problème c’est que j’y suis allergique 😀
Oui c’est du vu et revu mais moi ça me fait toujours rire 😛
Bon si vous avez (ou pas ) des enfants et que vous voulez vous détendre n’hésitez pas, c’est par ici
Bonne lecture ! ❤
PS : Concernant la dédicace Sébastien Tissandier, pari réussi 😉  !


Poster un commentaire

Une coccinelle dans le coeur d’Angie Le Gac par Petite Pousse

Bonjour !

Après un petit marathon de lecture hier (j’ai halluciné, elle s’est avalée 3 livres dans la journée !!), je viens vous proposer un retour de lecture sur Une coccinelle dans le cœur d’Angie Le Gac

Une Coccinelle dans le cœur. par [Le Gac, Angie]

Résumé :

Elena est jeune. Elena est belle. Elena est malade. Parfois, elle a envie de mourir… Mais la plupart du temps elle veut vivre haut et fort, de plus en plus vite, comme sur un immense manège de fête foraine.
Entre ses séjours en clinique et sa vie professionnelle, elle essaie de se construire jour après jour et de trouver sa propre voie vers le bonheur.
Aidée de Simon, son homme-talisman, elle tutoie les anges. Mais la vie en a décidé autrement. Il lui faudra énormément de courage pour surmonter les épreuves qui émaillent son parcours et retrouver peut-être le chemin de la félicité.
Entre romance et drame, découvrez l’histoire d’Elena

Mon avis :

Le prologue m’a immédiatement plongée dans l’histoire d’Elena. Je me demandais ce qu’il s’était passé pour qu’elle en arrive là, qui elle était, pourquoi elle était traitée de folle. De multiples questions se bousculaient dans ma tête.

N’ayant pas lu le résumé, après ce prologue, je m’attendais à suivre l’histoire de l’enfant d’Elena. Mais non, c’est à l’intérieur de la vie de celle-ci que j’ai été plongée, et ce, pour mon plus grand plaisir.

Néanmoins, au bout de quelques chapitres j’ai eu l’impression que l’énergie du prologue s’essoufflait : je me retrouvais face à des bilans qu’Elena écrivait à la fin de l’année sur ce qu’elle avait vécu et ce qu’elle voulait vivre. Par cette forme, j’avais l’impression d’être tenue à distance du personnage, j’avais du mal à ressentir ce qu’elle vivait.

Mais l’arrivée de Simon, l’homme-talisman a donné un nouveau souffle à l’histoire. Et là, je peux vous dire que les sensations étaient vraiment très puissantes. J’ai pu ressentir le bonheur de ce qu’ils avaient construits puis l’incertitude, la peur, le basculement… j’ai tout vécu avec Elena, et ce fut sacrément éprouvant. J’ai appris aussi sur le système juridique anglais (et je peux vous dire que je suis sacrément en colère après la loi anglaise !). J’ai même versé ma petite larme.

Le style est très agréable, très attachant. Les mots sont choisis avec soin, c’est très plaisant. J’ai en revanche relevé une incohérence à propos de la découverte du sexe de la Coccinelle. En effet, juste avant le départ de Simon en tournée on peut lire « Hier Elena et Simon se tenaient la main en découvrant émerveillés le sexe de la Coccinelle : » (je m’arrête là pour ne pas spoiler). Mais plus loin, à l’ambassade française, Elena dit « C’est ainsi que nous appelons le bébé, Simon et moi. Nous n’avons pas voulu connaître son sexe, donc nous n’avons pas encore choisi son prénom. » Après discussion en privée avec l’auteure, nous avons appris que cette incohérence avait été corrigée… Donc plus aucune raison de ne pas vous précipiter sur ce roman 😁

Conclusion :

C’est un livre assez dur qui nous entraîne dans la vie d’une jeune femme souffrant de bipolarité, dans les coups durs comme dans les moments de bonheur. C’est triste, touchant, mais surtout, c’est BEAU.

Pour être ému par Elena il suffit de cliquer là 😉 : Une Coccinelle dans le cœur.

Petite pousse.

lectures-familliales-copie-copie


3 Commentaires

Le rocher d’Elisa Sebbel par Petite Pousse

Bonjour !

J’ai l’impression que ça fait une éternité que je n’ai pas écrit de chronique seule (à quatre mains non plus vous me direz) donc il se peut que j’ai un peu perdu la main… soyez indulgents 😀

Je viens vous parler du roman d’Elisa Sebbel -que je remercie par ailleurs de m’avoir confié son service presse- Le Rocher

Le rocher par Sebbel

4ème de couverture :

5 mai 1809, cinq mille soldats prisonniers de l’armée napoléonienne sont déposés sur l’île déserte de Cabréra. Parmi eux, vingt et une femmes, dont une jeune cantinière de dix-huit ans qui vient juste de perdre son mari. Sur tous les visages, la même question : les a-t-on abandonnés à leur propre sort sur ce rocher aride ? Le lecteur vivra avec Angélique ce drame oublié de notre histoire. Il partagera son quotidien, ses émotions, ses moments de joie, de tristesse, de peur, de doute, d’espoir et de désespoir. Il expérimentera la faim, la soif, le froid, la violence mais aussi des instants de bonheur immense, un amour qui emportera la raison et tous les sens et redonnera une raison de lutter, des moments exceptionnels d’amitié, de tendresse, de bonté humaine, il découvrira les ressources inattendues de l’humain quand tout semble perdu? Attrapée entre deux hommes, Angélique l’emportera dans le tourbillon de sa vie. Inspiré de faits réels, ce roman est troublant de vérité

Mon avis :

J’ai eu un peu de mal à me lancer dans ma lecture, surtout à cause du prologue, que l’on pourrait qualifier de mise en situation. En effet, l’auteure aborde une période historique très précise mais souvent méconnue, il est donc utile au lecteur d’avoir cette source d’informations afin de contextualiser et mieux comprendre la suite du roman. Le seul problème que je vois à ce prologue c’est qu’il est peu romancé, il ressemble plus à des faits historiques alignés les uns derrière les autres ce qui fait que j’ai eu du mal à le lire.

En revanche, dès le premier chapitre, l’auteure parvient à nous (est-ce que je suis vraiment en train de me nounoyer ? ça me fait extrêmement bizarre 😀 ) embarquer dans l’histoire d’Angélique, sur cette île qui retient prisonnier 5000 soldats.

Le quotidien de cette jeune vivandière (mot qui au fil du temps c’est transformé en cantinière) est donc retracé, avec les coups durs, les privations de vivres des geôliers, le temps pas toujours clément, l’organisation, pour sauver les malades, se divertir, se protéger. Tout est transmis de manière puissante, on ressent avec force ce que vit Angélique, ses peurs, ses relations avec les autres, respectueuses, amoureuses, amicales voir fraternelles.

Lorsque l’on termine ce roman, on ne veux pas qu’il soit fini : on a encore des questions plein la tête. Qu’est devenu Jean-Baptiste ? Et qu’est-il arrivé à Angélique par la suite ? À Victor et Henri ? Aux autres ? (j’essaie de ne pas vous spoiler, j’avoue que c’est compliqué). On peut donc en conclure que l’auteure a réussi son pari : nous faire accrocher.

Les personnages sont profonds et attachants, même si j’avoue que Henri m’énervait un peu, tout comme Louis mais que j’avais un faible pour Victor et Marie. Ils sont complets, leurs réactions cohérentes à leurs caractères respectifs ce qui les rends tangibles. Les scènes d’amitiés entre Victor et Angélique m’ont particulièrement touchées 🙂

Le style est fluide agréable. Je n’ai noté qu’une seule chose qui m’a surprise dans ma lecture. On passe parfois d’un point de vue interne à un point de vue omniscient. Je n’en avais pas noté mais en survolant j’en ai retrouvé un que je vous note ici

« -Qu’est ce que vous cuisinez ? Demandai-je faiblement […]

L’ombre fantomatique d’Angélique, qu’il avait vue de loin cueillant quelques brins de romarin l’en avait décidé »

Évidemment ce n’est qu’un détail mais sur le coup ça m’a un peu dérangée dans ma lecture.

Conclusion :

Elisa Sebbel parvient à nous embarquer (c’est le cas de le dire) dans un roman historique tout à fait prenant qui mélange de manière totalement réussi l’Histoire et le romanesque (je veux dire par là que l’on a pas l’impression d’ingurgiter un manuel scolaire :D), elle parvient à rendre son roman captivant et honnêtement, j’ai énormément appris sur cette période des guerres napoléoniennes et sur ces premiers camps de concentration. C’est un roman véritablement enrichissant que nous propose l’auteure, à mettre entre toutes les mains. (Enfin, à partir d’un certain âge, les enjeux historiques étant importants à comprendre et essentiels.)

Pour acheter ce roman, c’est par ici

 


4 Commentaires

Salon du livre jeunesse St Orens de Gameville (31) – janvier 2018

Bonjour,

Poussée par Monsieur et mon Petit Diable (ça a été dur 😛 ), nous sommes allés au salon du livre jeunesse. Quand je dis nous je parle de ma tête blonde et de moi, Monsieur est resté à la maison pour s’occuper de la grande « débordée » par le boulot 😛

Bon j’avoue que la présence de Jo Witek y est un peu pour quelque chose…en plus c’était la seule que je connaissais. Du moins de nom 😀 !

Comme nous faisons beaucoup de salons, j’avais limité les achats à 2 livres et seulement si l’auteur était présent…. vous vous doutez bien que nous n’avons pas respecté cette limite mais bon nous avons réussi à rester raisonnable. (c’est pas ma faute 😉 ) – Petit Menteur 😉 !!

Après j’espère que Petit Diable acceptera d’écrire quelques mots parce que c’est surtout lui qui a parlé aux auteurs 😉 (après 5h de sommeil et 1h30 de route je n’étais pas au mieux de ma forme ! Et oui pour ceux qui me connaisse, je me suis un peu égarée sur la route ! Merci mon GPS !!!!!!) …. c’était vraiment très sympa de le voir faire surtout pour un gamin qui ne lit pas beaucoup . Enfin c’est ce que je croyais car j’ai fait des découvertes 🙂

Bon j’arrête de blablater et vous montre les photos 😉

Pour Petit Diable grand adepte de l’espace, il ne pouvait pas passer à côté de cet auteur qui travaille à la Cité de l’Espace ! ( Pendant les 12 prochaines années la Cité de l’Espace va continuer de s’agrandir ! En 2019, il y aura une expo sur la Lune et une sur Jupiter mais celle là je sais pas trop quand. Trop bien!!! )

27605497_2015351811838731_1609931789_o

Et les suivants, c’est pour toute la famille…enfin celle qui blogue 😀 !! Comment ça Monsieur est exclu … C’est de sa faute, il n’a qu’à vous parler de ses lectures aussi 😛 ( c’est bien maman !! )

27294985_2015356361838276_1980009908_n

Pour Rêves en noir

de Jo Witek le choix a été difficile…On imaginait pas repartir sans un livre d’elle et beaucoup nous tentaient. Du coup, ils ont atterri sur la liste d’envie … Petit Diable a pu discuter avec Jo sur sa 1ère lecture de son roman Mauvaise Connexion (avis que vous pouvez retrouver ici 😉 ). L’échange fut très intéressant !

Quand à Adolf (roman hystérique)

d’Olivier Costes j’en assume l’entière responsabilité 😛 ! Et même sans l’avoir lu je suis ravie de cet achat 🙂 .

D’abord parce qu’il a été source de discussion avec Petit Diable sur le trajet du retour (et oui 😀 )…et c’était passionnant (oui je sais je suis passionnant 😛 ) ! J’ai découvert toutes les connaissances que mon fils avait sur la 2nde Guerre Mondiale

smiley-150600_640

…et fière aussi 😉 !!!

Ensuite parce qu’au moment où je vous parle il est assis à côté de moi et …. plongé dedans 😀 ! Bon il a l’air très sérieux avec les sourcils froncés, la lecture n’en est peut-être pas évidente 😀 ( C’est pas ça ! C’est juste que je me faisais suer ! )

Bonne soirée ! ❤

PS : Pendant notre petit tour de salon, j’ai recroisé la compagne de L’éternel Ado. Nous avons échangé quelques minutes sur son envie de récupérer Je reste zen !

de Coco Camel (j’espère qu’elle osera la contacter pour lui demander une dédicace 😉 ) … Je n’ai pas osé déranger Monsieur qui était en pleine discussion passionnée avec Stéphane Servant ( l’auteur de Sirius

) … vous devriez pouvoir lire son retour sur son blog 😉


11 Commentaires

Au royaume de Kitoln de Laurence Puzenat

Bonjour et Bonne Année !

Nous commençons ce début d’année par une chronique à 4 mains…pour ma plus grande joie et la votre j’espère 😉

J’ai commencé le livre de Laurence Puzenat en lecture du soir à mon Petit Diable, nous avons eu du mal à tenir un rythme régulier (si, une fois tout les quinze jours). Il faut dire qu’en parallèle Papa lui lisait le Seigneur des anneaux. Et puis les vacances de Noël sont arrivées, et Petit Diable en a eu marre d’attendre que maman soit disponible…et puis c’est sympa de lire en douce sur la liseuse, pas besoin de lumière 😀 !

Dans tous les cas, en 2 jours, il a fini le roman (nous en étions à la moitié) et qu’est ce que c’est agréable de l’entendre rire alors qu’il est plongé dans son livre. Une fois qu’il a eu fini, je me suis aussi plongée dedans pour que nous en fassions un retour à 4 mains (il a toujours du mal à le faire en solo 😉 )

51ibDy3b2aL

4ème de couverture

Un être humain sans oxygène finira fatalement par mourir. Il en va de même pour cette planète sans sa magie.

Sous la folie des mortels qui ont anéanti toutes créatures magiques, la planète se meurt, mais n’a pas dit son dernier mot! Elle a chargé Olgray, mage de son état, de retrouver le dernier dragon pour qu’avec lui, revienne la magie. Olgray lui a trouvé Sildra, mage sans magie mais qui reste une herboriste plutôt débrouillarde. Ensemble, ils parcourent le monde.

Suivant le moindre indice aussi farfelu soit-il, échappant aux fourches et aux bûchers, ils poursuivent la recherche de l’œuf de dragon.

Et la dernière piste en date, les mène à Kitoln , l’un des royaumes les plus anti-magie qu’on puisse trouver, ambiance… Lire la suite


1 commentaire

Le sceptre de Râ de Tino Moreira

Bonjour

Comme d’habitude je remercie Tino Moreira et les Hystéries éditions pour ce service presse. Bon il a moins attendu que certains mais ça devait être sa première avant d’aller dédicacer son roman 😉

d2d40e_092e7bd17d8c466d9b6638de4fdff673~mv2_d_1757_2596_s_2

4ème de couverture

Depuis son enfance, Wilhem a toujours été le souffre douleur des autres. Bien qu’ayant réussi à obtenir un poste important, son désir de revanche l’empêche d’être parfaitement heureux. C’est alors qu’un obscur démon hindou nommé Ravana vient lui proposer un marché qu’il ne peut pas refuser : dominer ses semblables en échange de son aide pour récupérer un puissant artefact, le sceptre de Ra. Ra n’étant pas d’accord pour que Ravana utilise son sceptre à ses fins, il va demander à l’aristocrate Franz Meyer, dont il connaît la grande valeur, de récupérer le sceptre et le détruire si nécessaire. Une lutte entre les deux hommes commence. Qui l’emportera ?

Illustration de Brewal O’Cara Lire la suite