Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


1 commentaire

Le 4ème sceau de Cédric Péron

Bonjour,

C’est Petit Diable qui s’était offert ce livre lors des Rencontres d’encre à Tulles. J’ai toujours fait confiance aux auteurs indépendants pour dire si un livre est adapté ou non à mon fils. Je n’ai donc pas prêté particulièrement attention à la 4ème de couverture. Mais, lorsque Monsieur et Belle-maman l’ont lu, ils ont été surpris que je laisse Petit Diable lire ce style de roman. Pour rassurer tout le monde j’ai donc lu le livre avant que mon fils se plonge dedans.

Mon avis

La première chose : oui, un enfant de 13 ans, bon lecteur (même pas excellent) peut se plonger dedans sans problème. Il y a un ou deux passages qui peuvent être un peu « troublants » mais en fait comme cela touche des personnages auxquels le lecteur n’a pas vraiment le temps de s’attacher c’est « facile » à digérer.

D’ailleurs mon fils a adoré, un coup de cœur : C’est un très bon livre à mon goût où l’on ajoute les morceaux de l’enquête un à un. Un petit thriller rapide avec du suspens et une bonne dose d’humour. Et malgré le dos de couverture alarmant, je conseille ce livre pour les ados et les adultes de plus de 12 ans.

Personnellement j’ai passé un agréable moment de lecture. On s’attache très vite aux personnages et le ventre se noue lorsqu’il arrive quelque chose à l’un d’entre eux. L’humour potache ( à deux balles oui ! pan pan !! ) de David permet de faire baisser la tension du roman et lui donne un côté très touchant. C’est une bonne manière de mettre de la distance avec les événements que ce soit pour lui ou pour le lecteur.

L’histoire est bien ficelée, sans qu’il y ait de véritable surprise (enfin quand on est habitué car Petit Diable en a eu quelques unes) tout se tient et on peut tout à fait ancrer l’histoire dans la réalité (et oui, les fanatiques sont présents dans toutes les religions 😉 )

Une plume fluide et agréable…entre humour et plume acérée. Des chapitres courts qui permettent de donner du dynamisme à l’histoire.

Merci à mon entourage de m’avoir « obligé » ( pas moi en tout cas ) à lire ce livre afin d’en valider la lecture pour Petit Diable, j’ai passé une très agréable journée de lecture !! 😛

Pour vous le procurer, c’est par ici !!

Bonne lecture ! ❤

Publicités


10 Commentaires

Le silence des aveux d’Amélie de Lima

21686303_10155840743682376_8031479930967871012_n

Bonjour,

J’ai lu le roman d’Amélie de Lima dans le cadre du prix des auteurs inconnus…j’avoue que malgré les nombreux retours positifs que j’ai pu lire, ce n’est pas un livre vers lequel je me serais plongée volontairement…en cause la 4ème de couverture, j’ai toujours un peu de mal quand cela concerne des morts d’enfants. Mais ça je vous l’avais déjà dit je crois 😉

index

4ème de couverture

Lille, novembre 2010, le corps sans vie d’une adolescente est retrouvé près de la Deûle enneigée, dans d’étranges conditions. Cheveux scalpés, habillée mais sans sous-vêtements, un billet de vingt euros dans la main, tout prête à croire qu’il s’agit d’un crime sexuel. Véronique De Smet, commissaire chargée de l’affaire semble piétiner, les meurtres s’enchainent et l’enquête est au plus bas.
Pourtant, un revirement de situation permettra à Véronique de mettre la main sur le présumé meurtrier, un trentenaire qui semble être le coupable idéal. Mais, l’est-il vraiment ?
Aidée de l’inspecteur Bernier, Véronique réalisera un travail de fond, sur l’enquête et sur elle-même, pour démêler cette affaire, où rien ne semble être ce qu’il parait…

Mon avis

Malgré les nombreux retours positifs sur ce roman ( ici ou   😀 ) j’ai commencé ce roman avec une certaine appréhension. Cette inquiétude a fait que j’ai eu du mal à rentrer dans le livre, et quand par dessus le marché je fais une erreur d’interprétation… Aïe ! Aïe ! Aïe ! C’est vraiment compliqué 😦 !!

Mais bon, je persiste, il faut dire que les personnages sont vraiment complexes et intéressant… en plus Amélie de Lima nous les dévoilent de manière progressive au fil de l’enquête. Des petites bribes à droite à gauche qui maintiennent l’attention du lecteur en éveil.

Je voudrais bien vous parler de l’intrigue mais ce serait gâcher votre plaisir car je risque de spoiler involontairement. La seule chose c’est que j’ai trouvé avant la fin du roman…mais je n’ai véritablement compris qu’une fois la dernière page (ou presque) tournée. Ce qui est important dans ce livre et que l’auteure maîtrise parfaitement, ce n’est pas le comment, mais le pourquoi !

Conclusion

Un roman bien mené du début à la fin, même si pour moi l’entrée a été difficile, je comprends parfaitement son succès. Un plus : les personnages complexes et torturés à souhait 😉 (je dois avoir un petit côté sadique quand même 😀 )

Pour vous procurer ce roman, c’est par ici 😉


2 Commentaires

Pourpre de Sylvie Grignon

Bonjour,

D’abord merci à Sylvie Grignon pour ce service presse… j’avais eu l’occasion de la croiser sur différents groupes facebook et ses livres me tentaient bien mais vu ma PAL, je restais raisonnable 😀 … Mais bon, quand elle m’a proposée son petit dernier, impossible de refuser 😉

En plus de son roman, j’ai pu découvrir son blog Rougepolar… et j’avoue qu’aller y lire quelques uns de ses articles (surtout ceux concernant l’éducation nationale…Monsieur en faisant parti 😉 ) est un plaisir 🙂

Bon revenons à son roman

515gg8HxU6L._SY346_

4ème de  couverture

En plein cœur du pays des Corbières, des enfants sont retrouvés sur un puits, morts. Les cadavres s’empilent autour de Rennes-le-Château. Appelé à la rescousse, l’inspecteur Antoine Bourgnon rejoint la SRPJ de Montpellier. Des symboles relient toutes les victimes.

Une ancienne affaire non résolue refait surface. Quel secret se cache derrière une industrie pharmaceutique ? Antoine Bourgnon y perd son latin. Va-t-il réussir à assembler toutes les pièces du puzzle sans y perdre son âme ?

Mon avis

En lisant la 4ème j’avoue que j’appréhendais un peu la lecture, je n’ai jamais vraiment apprécié les romans où les meurtres touchent les enfants… sûrement parce que je suis une maman. Mais l’auteure ne s’appesantit absolument pas dessus et se fixe plus sur l’enquête et un autre meurtre… ouf !!!

Dés les 1ères pages j’ai été embarquée dans l’enquête, les personnages sont attachants et je voulais absolument savoir ce qui s’était passée. N’étant pas très douée pour trouver les coupables, la fin est toujours une véritable surprise pour moi. Bon en même temps Sylvie fait vraiment bien les choses et …. sans vouloir la vexer, on va dire qu’elle a l’esprit tordu. Sans spoiler, la conclusion de l’enquête m’a fait penser à la 2nde Guerre Mondiale.

Seul petit bémol, comme le dit si bien Anne-Ju sur son blog : https://lesmotordusdanneju.com/2018/01/22/pourpre-de-sylvie-grignon/ je pense que le lecteur y gagnerai beaucoup à lire tous les romans de Sylvie dans l’ordre. Il existe des relations entre chacun des personnages et ne pas avoir lu les 1ers livres en fait perdre un peu la saveur 😉 … ce qui n’enlève toutefois rien à la qualité de l’enquête.

Conclusion

Un bon, voir même excellent polar qui vous tient éveillé…je vois encore mon homme débarquer à 2h du matin, me rappelant que je devais me lever dans 4h … la voix de la raison 😛 . En tout cas si vous voulez lire Pourpre (ce que je vous conseille 😉 ) c’est ici, et pour trouver toute la série de Sylvie Grignon et commencer par son premier livre (ce que je vous recommande 😀 ) c’est !!

Ah pour info, je vous donne l’ordre de lecture : Rouge, Blanc, Bleu, Noir & Indigo

Bonne lecture ! ❤ 🙂


Poster un commentaire

La chance du perdant de Christophe Guillaumot

Bonjour,

Une fois n’est pas coutume, je vous parle d’un auteur édité. Merci à ma poulette de m’avoir prêté ce roman. Il faut dire qu’en adepte de l’auteur, elle m’avait offert le 1er livre parlant du Kanak lors du TPS de 2016 : Abattez les grands arbres dont j’avais apprécié la lecture 😉

41x0BxD3okL._SX331_BO1,204,203,200_

4ème de couverture

Renato Donatelli, dit le Kanak, a quitté la Nouvelle Calédonie il y a des années pour le SRPJ de Toulouse. Un mètre quatre-vingt-dix-neuf, tout en muscles et gentillesse, ce gardien de la paix donne du « gros chameau » à ceux qu’il aime et des « gifles amicales » à ceux qui lui barrent le chemin. Il vient d’être mis au placard à la section des courses et jeux en compagnie du jeune lieutenant Cussac, mais tous deux prennent très à coeur leurs nouvelles missions. La mort d’un homme dans un compacteur à déchets inaugure une série de disparitions frappant des accros aux jeux d’argent. Tous les cadavres sont retrouvés porteurs d’une énigmatique dame de pique. Alors que le Kanak plonge dans l’univers des cercles clandestins et des paris truqués, il aimerait bien éclaircir une autre énigme : pourquoi sa vieille amie et compatriote, Diamant Noir, s’est-elle autrefois éloignée de son grand-père, le roi de l’île de Pins ? Hélas, il est plus facile de se retrouver dans les méandres des tripots que dans ceux de l’âme humaine.

Mon avis

On retrouve avec plaisir nos héros Le Kanak et Six dans une nouvelle enquête. Malheureusement la saveur n’est pas la même. Je trouve toujours les personnages géniaux mais je dois reconnaître que l’histoire m’a moins emballée que la 1ère fois. Peut-être est-ce à cause de l’univers : le monde du jeux d’argent ou alors des circonstances dans lequel je l’ai lu (la salle d’attente des urgences 😀 ) . En tout cas je suis moins entrée dans cette enquête…. il faut toutefois reconnaître que l’auteur grouille d’idées pour donner une certaine originalité aux « suicides » mais je n’en dis pas plus 😉

Résultat de recherche d'images pour "bouteilles plastiques compressées"

Les personnages que ce soit le Kanak ou Six sont toujours aussi attachants, et l’évolution de leur relation est vraiment belle et touchante. Pourtant, c’est un personnage secondaire qui m’a le plus interpellé… May avec son chien Viens-Ici 🙂 . Des écorchés tous autant qu’ils sont mais avec une humanité et un regard sur les autres droit et honnête… Des gens comme on aimerait en croiser plus souvent 😉

L’univers du jeux me dérange donc (et ne me demandez pas pourquoi, comme souvent je n’ai aucune explication 😛 ) mais les personnages, la plume de l’auteur et ses connaissances professionnelles rendent ce roman plus qu’agréable et nous donne envie de suivre les enquêtes de Six et du Kanak encore quelques temps 😉

Conclusion

Moins embarquée que lors de la lecture d’Abattez les grands arbres, ce qui ne m’empêchera pas de continuer à suivre les enquêtes de ces deux policiers différents. Allez j’ose je vais même dire que chacun à sa manière ils sont hors du commun.

Donc si vous aimez les polars, je vous le recommande…mais si vous le pouvez, commencez par le 1er 😉 ici et sinon c’est par 😉

Bonne lecture !! ❤ 🙂

 

 

 


2 Commentaires

Petit Caïd de Hugues Manao

Bonjour,

Merci à Hugues de m’avoir renouvelé sa confiance malgré une chronique en demi-teinte d’un simple dysfonctionnement

Avec Petit caïd, même si on a un peu l’impression de rester dans le même univers que pour son autobiographie,  c’est  en fait une fiction …. d’ailleurs c’est bien précisé au départ et vu l’angle de narration choisi par Hugues Manao, il vaut mieux. (J’ai quand même eu des doutes parfois 😀 )

PETIT-CAID-1

4ème de couverture

Cette histoire aurait pu être vraie. Un enfant battu, d origine calabraise, va habiter au quartier de La Rose à Marseille.

Il côtoiera la petite délinquance, puis plongera dans du plus sérieux.

En gravissant les marches une à une, il atteindra le sommet du grand banditisme.

Deviendra-t-il le futur parrain de la cité phocéenne ou restera-t-il dans l’ombre à tirer les ficelles ?

Lire la suite


Poster un commentaire

Derrière toute chose exquise de Sébastien Fritsch

Bonjour,

La venue de Sébastien Fritsch à la bouquinerie En Forme de Graal le week-end prochain m’a incitée à enfin sortir ce roman de ma PAL … Bon au départ je croyais lire 6ème crime (du même auteur)…il faut que je regarde les couvertures même quand je le commence à 1h du matin 😛

41M9CPsdy-L

 

4ème de couverture

Depuis près de vingt ans, Jonas Burkel photographie toujours la même femme ; seul le prénom change. Mais plus que les brunes longilignes au regard perdu, il semble que son vrai grand amour soit ses habitudes : ses disques de piano jazz, ses errances dans Paris… et ces corps féminins dociles et invariables.
La fille qu’il découvre dans un train de banlieue, accrochée à un roman d’Oscar Wilde, semble la candidate idéale pour prolonger la série : il oublie immédiatement son précédent modèle, imagine déjà sa nouvelle conquête devant son objectif, dans des rues sombres, sous la pluie, sous ses draps…
L’idée qu’une femme puisse refuser son petit jeu sentimental ne lui traverse même pas l’esprit. Mais comment pourrait-il deviner que, tout comme lui, la lectrice du train n’accepte aucune règle sinon celles qu’elle invente ? Et que tous ceux qui l’approchent doivent s’y plier ; jusqu’à y jouer leur vie.

Lire la suite


8 Commentaires

L’ennui du mort-vivant : Le vrai con malté de Luc Doyelle

Bonjour,

Quand Luc Doyelle s’est enfin décidé à passer son roman en numérique, j’ai voulu l’acheter et bien sûr au lieu de le faire « discretos » j’suis allée me signaler avec un commentaire sur facebook du genre : « Ah Enfin ! Il ne me reste plus qu’à l’acheter ! « . Et là gentiment, le monsieur me l’a offert…ce qui m’impose de le remercier pour son service presse !! 😀

613hcOVY5eL._SY346_

4ème de couverture

Tout le monde a, dans son entourage, un ou plusieurs tueurs en série (serial killers). C’est du dernier chic dans les salons mondains.
Mais connaissez-vous les tués en série (serial killed) ? Ah, on fait moins le malin, hein ?
Vous allez me dire : ça n’existe pas. Personne ne peut mourir plusieurs fois.
Vraiment ?
Laissez-moi vous raconter l’histoire d’un casse-couilles de classe mondiale, un alcoolo de premier ordre, surnommé le vrai con malté.
Peut-il, à l’instar des chats, posséder neuf vies ? Ou s’épuisera-t-il avant ?
Une seule façon de le savoir : se jeter sur « L’ennui du mort-vivant ».
À vos risques et périls.

Lire la suite