Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


Poster un commentaire

Tir groupé : Werber ; Kirk

Bonjour,

Ayant énormément de retard dans mes articles, autant au niveau des chroniques que de ce que j’ai envie de partager avec vous concernant les auteurs indés, les salons et autres joyeusetés, je vous propose un « tir groupé » d’auteurs 😀

Lire la suite

Publicités


1 commentaire

Garance de Fabrice Gutierrez

Bonjour,

Merci à Fabrice Gutierrez de m’avoir offert son livre dédicacé lors du salon de Mazamet, mais aussi pour les petits mots en MP lorsque je cherchais du travail, cela m’a énormément touché. Merci aussi pour l’agréable moment de lecture que j’ai passé en compagnie de Garance, bien que des fois j’ai eu « froid dans le dos » 🙂

41la6h9K-2L._SX307_BO1,204,203,200_

4ème de couverture

Garance est une jeune femme bafouée que la schizophrénie ronge petit à petit. Lorsque la maladie prend le dessus, c’est la chose qui se manifeste. La chose place son hôte au cœur d’une intrigue policière et la pousse à supprimer ceux qui s’installent dans des dérives comportementales. Mathieu, un jeune enquêteur et Oscar, son acolyte photographe, se lancent alors à leurs trousses et flirtent avec les frontières du fantastique. La chose et Garance guident leurs poursuivants, au travers d’un jeu d’énigmes. Sur chaque scène de crime de mystérieux messages permettent d’identifier la ville des prochains délits. Le sud de la France devient alors le théâtre de nombreuses exactions que les limiers toulousains tentent d’arrêter. Tandis qu’ils éprouvent les plus grandes difficultés à traquer la Bête pour libérer la Belle, la providence se présente à eux. L’aide précieuse de Matéus, pionnier d’une nouvelle médecine, scientifique de renom et spécialiste de l’hypnose, croise un jour la route de Garance. Le professeur ne connait pas encore Mathieu et son ami, la chose ne va pas tarder à les réunir.

Lire la suite


6 Commentaires

Les mains blanches de Théo Lemattre

Bonjour,

J’ai découvert Théo Lemattre grâce à toute l’histoire qu’il y a eu sur les réseaux autour de La malédiction du Vatican. Oui j’ai bien dit « grâce » car sans ça et la chronique de Ju lit les mots, je n’aurai pas cherché à le connaître et à découvrir sa plume….donc merci à tout ses détracteurs sans vous je ne l’aurai peut-être jamais lu !

J’ai eu la chance de le rencontrer au salon Rencontres d’encre à Tulle en début de mois (encore merci Valérie Dufourd) et j’en ai donc profité pour acheter Les mains blanches et le lire… rapidement comme vous pouvez le constater ! 😀

CVT_Les-mains-blanches_5624

 

4ème de couverture

Si je raconte cette histoire, c’est pour me confier. Je suis au bord du gouffre, à un cheveu d’une mort atroce et anonyme. Comment en suis-je arrivée là ? Mon histoire est empreinte de violence, de torture psychologique et de souffrance.

Depuis mon crime, j’ai plongé. J’ai entamé une longue descente aux enfers.

Mon chemin était tracé, l’histoire était écrite. Autant mourir comme j’ai vécu : dans la misère et dans l’excès.

Plongez dans un thriller court et intense, et découvrez le terrible milieu de la prostitution et de l’excès. Bienvenue en enfer.

Lire la suite


8 Commentaires

Le roman inachevé de Luca Tahtieazym

Bonjour,

Ça fait un petit moment que cette chronique est en attente 😀 , mais il vaut mieux tard que jamais 😉 !

2  fois un grand MERCI à Luca Tahtieazym . 😉 D’abord parce que j’ai passé un très agréable moment de lecture immergée dans Le roman inachevé et ensuite parce que j’espère en faire autant avec L’ombre 🙂

4ème de couverture

Glissant lentement vers des abysses ténébreux, un écrivain raté s’isole pour conter la vie, la mort et le chemin sanglant de celle qui le hante toujours.
Des mots. De simples mots crachés comme un exutoire.
Mais quand tout est trouble, les frontières qui séparent la réalité et la fiction ont parfois tendance à se confondre…

Mon avis

Commençons par le début, la couverture est absolument magnifique et elle prend vraiment tout son sens à la lecture du roman.

L’histoire

Le livre se scinde en 2 parties bien définies par l’auteur.

1ère partie : La vie de Romain – futur auteur
On découvre Romain, un homme qui a une mauvaise image de lui-même mais qui surtout s’enfonce après avoir perdu la femme de sa vie, Elsa. Du coup, il nous parle d’elle, de sa rencontre, de ce qu’il a vécu avec elle et pourquoi il n’arrive pas à s’en remettre… pour essayer de comprendre, il décide de partir, s’enfermer, écrire et après…

 Entre le besoin d’écrire et l’écriture = un voyage nécessaire
Ça y est, nous sommes partis avec Romain rejoindre la cabane ou il a décidé de s’installer pour écrire …

2ème partie : L’écriture du Roman Inachevé
J’ai eu un peu peur au début de la lecture de cette 2ème partie à cause des répétitions mais ça n’a duré qu’un temps, car Luca nous entraîne plus du côté d’Elsa (car ce n’est surtout pas une biographie 😉 )
Romain écrit comme ça vient sous l’emprise de l’alcool et de la drogue jusqu’au moment où tout devient confus autant pour lui que pour le lecteur…jusqu’à la fin on y croira, à moins que il y ait plusieurs fins… de toute façon il y a toujours une fin !!

Les personnages

Romain : D’un côté on lui donnerait des claques, enfin moi c’est ce que j’ai envie de faire mais en même temps je le plains, d’une certaine manière il inspire la pitié et malgré tout j’ai pris plaisir à le suivre, à le découvrir et à chercher à le comprendre.

Elsa : Je ne sais pas qu’en dire c’est un mystère, mais elle est centrale car finalement tout tourne autour d’elle…elle est le cœur qui fait vivre Romain.

Quand aux personnages du roman inachevé de Romain, je peux vous dire que Luca Tahtieazym y a réfléchi…la découverte de leurs prénoms (enfin surtout de l’un d’entre eux 😉 ) nous interroge tout au long de la lecture sur son devenir:P

L’écriture

J’ai eu l’impression qu’elle était différente entre la 1ère et la 2nde partie…

1ère partie : Présentation Romain
Une écriture plutôt hachée, hésitante qui correspond bien à l’état dans lequel se trouve Romain, perdu, hésitant en manque de la femme qu’il aime. L’ utilisation de la 1ère personne du singulier permet de se sentir plus proche du personnage, comme à la lecture d’un journal intime !

2ème partie : Romain – auteur
L’écriture est plus fluide…comme si l’alcool qui coule dans les veines de Romain déliait son écriture. L’auteur s’efface derrière ses personnages, le Je disparait

Conclusion

Un roman inachevé addictif qui a malheureusement une fin parce qu’il en faut bien une mais…. quelle fin !