Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


3 Commentaires

L’énigme de la clef de Véronique Avart

Bonjour,

Merci à Véronique Avart pour ce service presse qui fut un agréable moment de lecture. Merci aussi pour nos échanges dont je vous partagerai quelques extraits afin d’expliquer certains de mes commentaires 😉

51yBRjTgKmL

 

4ème de couverture

Afin d’échapper à son quotidien, Caroline rêvait de vampires, d’où son surnom « Draculine ». Elle voulait vivre la vie, la vraie, quitter son village où une existence morne et pieuse l’étouffait.
Elle trouva un emploi par recommandation dans une grande ville. Mais sur le chemin de l’église, proie facile et ingénue, elle tomba dans les filets de Patrice, un petit voyou. Après la mort suspecte d’un de ses amis s’enchaîna une suite d’évènements la mêlant à la police et au grand banditisme.
Et puis elle rencontra Dimitri, un homme aussi étrange que bien sous tous rapports mais qui semblait cacher un secret. Pourquoi s’intéressait-il à elle ? Était-ce encore le fruit de son imagination ou était-ce un vampire doté de pouvoirs surprenants ?
Et quelle est cette clef dont elle rêvait constamment ?
Découvrez ce polar enrobé de mystères où les fantasmes de l’héroïne se mêlent aux réels

Mon avis

Voilà un résumé qui, pour ma part, me donne envie. A la base j’aime bien les histoires de vampires, mais pas le côté midinette, j’apprécie ces êtres version 19° siècle (beaux, racés, et surtout buveur de sang 😛 ). Je me demandais donc si Dimitri, que l’on suppose être l’un d’entre eux était un vampire comme je les aime. Ma lecture finie, je n’ai pas vraiment ma réponse. Pourtant,j’avoue avoir une « affection » particulière pour lui  et son valet … Il faut dire que l’auteure a une manière bien à elle de concevoir les vampires, ils sont le Mystère incarné (oui, oui avec un grand M  😀 ).

Passons à Caroline, qui est quand même l’héroïne principale de ce roman 😉 . Malgré une envie de la « baffer » par moment, elle est attachante … d’une éducation stricte, elle a la manie de faire les mauvais choix. Heureusement qu’elle a des amis fidèles 🙂

Malgré quelques lourdeurs dans les phrases, comme«  L’après midi me sembla interminable, les heures passèrent à une lenteur incontestable (personnellement je trouve ça répétitif 😦 )

« Les phrases avec répétitions je le fais toujours, je ne sais pas si c’est un tic à force d’être avec des étrangers et toujours obligée de redire la même chose avec d’autres mots pour être certaine que celui en face à bien compris. »

Ainsi qu’ une utilisation du vocabulaire parfois inappropriée (enfin j’ai peut-être des idées arrêtées 😛 – là je me rends compte que malgré l’utilisation de la liseuse Dory est passée et je ne les ai pas relevé:D )

« Le vocabulaire doit être la même problématique du mélange des langues. »

Petite précision supplémentaire, l’auteure est polyglotte et vit en Argentine 🙂

La lecture de ce roman est très agréable, et les personnages nous permettent une immersion dans l’histoire

Conclusion

Malgré quelques faiblesses, le lecteur peut entrer facilement dans l’histoire et la lecture est agréable. Un premier roman dont le fond est vraiment bien mais qui mériterait un allègement au niveau de la forme.

Pour découvrir la réponse au Mystère de la clef, c’est par ici

Bonne lecture ❤ 🙂


2 Commentaires

Une vie après l’autre de Max Saol

Bonjour,

Alors, comme quelques livres que je retrouve dans ma liseuse, je ne sais plus vraiment comment j’ai récupéré ce roman. Mais, comme ce sont des nouvelles et que je manquais de temps, j’en ai profité pour le découvrir 😉

M. Saol

Résultat de recherche d'images pour "une vie après l'autre de Max Saol"

Sa 4ème de couverture est un extrait d’un des poèmes préférés de ma grande 😉 ! Je n’ai pas trouvé de résumé plus explicite sur les nouvelles de ce recueil, par contre, j’ai découvert l’âge de l’auteur (18 ans), ce qui explique certaines choses (enfin pour moi 😛 )

Mon avis

Départ Imminent

On se retrouve dans une famille qui semble ordinaire, sauf que l’ado de la famille ne ressent aucun sentiment…enfin c’est ce qu’il pense. Il a un regard objectif, jusqu’à sa rencontre avec son vieux voisin qui « l’éveil ». Et puis un événement se produit et là, il doit faire un choix : sa famille ou la loi ?

L’histoire en soit est agréable malgré quelques coquilles, par contre rien ne préparait à l’événement tout est tellement normal qu’on ne comprends absolument pas les réactions. Je trouve ça plutôt gênant mais peut-être suis-je trop terre à terre. Dans tous les cas cela a perturbé ma lecture, j’aime comprendre. Quand à la réaction finale de l’ado je ne peux rien en dire sans vous gâcher la surprise 😛 !!

Captivité

Le lecteur se retrouve à suivre un adolescent kidnappé et torturé mais, comme dans la 1ère nouvelle je trouve qu’il manque une certaine cohérence et la fin en voulant surprendre m’a plutôt déranger. Il faut dire que l’auteur donne tellement de détail sur les sévices et  l’état d’esprit du « héros » que c’est invraisemblable.

J’ai apprécié la structure de ce texte : à chaque évolution des sévices, l’auteur réduit le mot « captivité », comme l’humanité du personnage disparaît pour survivre.

Tout comme pour la 1ère nouvelle, le texte est bien écrit, prenant et ce malgré quelques coquilles encore 😦

Ah, je ne sais pas si l’auteur me lira mais Morphée est un Dieu et non une Déesse 😉 même si le nom est trompeur 😀

Conclusion

Un jeune auteur au style un peu torturé et glauque mais qui a une bonne base. Il est à découvrir et à suivre … enfin selon moi 😉

Pour découvrir ce jeune homme, c’est par ici

Bonne lecture ❤ !

Résultat de recherche d'images pour "liberté de paul eluard"

Source de l’image : https://cahierfle.wordpress.com/2012/03/30/liberte-paul-eluard/


Poster un commentaire

Garance de Fabrice Gutierrez

Bonjour,

Merci à Fabrice Gutierrez de m’avoir offert son livre dédicacé lors du salon de Mazamet, mais aussi pour les petits mots en MP lorsque je cherchais du travail, cela m’a énormément touché. Merci aussi pour l’agréable moment de lecture que j’ai passé en compagnie de Garance, bien que des fois j’ai eu « froid dans le dos » 🙂

41la6h9K-2L._SX307_BO1,204,203,200_

4ème de couverture

Garance est une jeune femme bafouée que la schizophrénie ronge petit à petit. Lorsque la maladie prend le dessus, c’est la chose qui se manifeste. La chose place son hôte au cœur d’une intrigue policière et la pousse à supprimer ceux qui s’installent dans des dérives comportementales. Mathieu, un jeune enquêteur et Oscar, son acolyte photographe, se lancent alors à leurs trousses et flirtent avec les frontières du fantastique. La chose et Garance guident leurs poursuivants, au travers d’un jeu d’énigmes. Sur chaque scène de crime de mystérieux messages permettent d’identifier la ville des prochains délits. Le sud de la France devient alors le théâtre de nombreuses exactions que les limiers toulousains tentent d’arrêter. Tandis qu’ils éprouvent les plus grandes difficultés à traquer la Bête pour libérer la Belle, la providence se présente à eux. L’aide précieuse de Matéus, pionnier d’une nouvelle médecine, scientifique de renom et spécialiste de l’hypnose, croise un jour la route de Garance. Le professeur ne connait pas encore Mathieu et son ami, la chose ne va pas tarder à les réunir.

Mon avis

Ça ne se dit pas, je vais passer pour une grande malade 😀 , mais j’adore la Chose ! Je sais elle est violente, castratrice, manipulatrice et elle a bien d’autres vices encore mais l’auteur a eu la bonne idée de l’assimiler ( c’est le seul terme qui me vient à l’esprit 😉 ) à la Gorgone … La visualisation du personnage lors de la lecture est tout simplement géniale !

Source image : http://roxanelefebvre.blogspot.fr/2012/10/la-gorgone-article-2005.html

Pendant les 3/4 du roman, j’ai eu du mal à le poser… un plaisir malsain à suivre les exactions de la chose, ainsi que le fond de l’histoire et l’enquête de Mathieu et ses acolytes.

Par contre, la fin du roman, quelques années après la rencontre entre Garance et Matéus reste confuse. Je pense en avoir compris l’essence, mais j’ai quand même eu beaucoup de mal avec les retours dans le passé.

Comme souvent quand je lis un roman qui parle de la région, j’ai apprécié de situer les villes et certains noms de rues.

L’écriture de l’auteur est simple et agréable.

Conclusion

Un mélange des genres plutôt réussi, une plume agréable et donc un bon moment de lecture.

A force de lire des polars sur Toulouse et les environs, je vais me stresser chaque fois que je devrais m’y rendre 😛 😀 !!

Pour découvrir Garance et sa Chose, c’est par

Bonne lecture ! ❤ 😉

 


11 Commentaires

Village du livre : Montolieu

Bonjour,

Hier, nous sommes allés passer la journée en famille à Montolieu. Depuis le temps que j’entendais parler de ce village du livre, je me faisais une joie d’y aller.

Je devais en attendre trop, j’ai été déçue… Je vous explique 😉 !

Résultat de recherche d'images pour "montolieu"

En y allant en été je pensais qu’il y aurait un peu de monde et de l’animation. Bon ok le temps n’était pas terrible, mais il ne pleuvait pas 😀 ! Dans tous les cas, pas grand monde dans les rues. 😦

Nous avons fait le tour des 17 bouquineries (pas une seule librairie !! ) ! Mes 2 hommes ont trouvé leur bonheur

Mais j’avoue que nous avons trouvé  les prix un peu excessifs pour de l’occasion … non, non je n’abuse pas. Je passe beaucoup de temps à la bouquinerie En Forme de Graal pas loin de chez moi, et je peux vous garantir qu’entre ses livres et ceux des bouquinistes de Montolieu, c’est presque du simple au double 😦 !

En dehors du prix des livres, j’aurais aimé croiser des artisans du livre…mais personne !!

Le musée est sympathique, nous avons découvert l’évolution des machines d’Imprimerie ainsi qu’un peu de l’histoire de l’écriture (Saviez-vous que le 1er papier est inspiré des nids de frelons ?? Je l’ai re-découvert 😛 ) . Mais il est aussi tout petit 😉

Allez je fini ce petit retour en images

1- Tag d’auteurs connus (je n’ai pas réussi à tous les lire) devant le musée du livre

 

2 – A l’entrée du village il y a des ardoises où chaque visiteur peut laisser un mot temporaire 😉

20227611_1737826079591307_580629559_o

3 – A l’entrée d’une bouquinerie… j’avoue avoir un avis partagé

20197210_1737825806258001_313773192_n

4 – Montolieu n’est pas seulement un village du livre, c’est aussi un village d’artistes !

14643220_1737827296257852_674849644_n

Voili, voilou 😉 !

Bonne lecture ! ❤ 🙂


8 Commentaires

Faux – Semblants de Giovanni Portelli

Bonjour,

La semaine dernière je n’avais pas beaucoup de temps pour lire, reprise du boulot oblige 😉 , je me suis donc plongée dans quelques nouvelles qui attendaient patiemment dans ma PAL numérique.

 

51ymq-nNtvL._SY346_

4ème de couverture

A l’occasion d’une sortie à Royan en 2001, Hervé se met à voir tout ce qui l’entoure à l’envers après un choc à la tête. Les voitures vont à gauche, les publicités écrites à contresens et cela ne choque personne d’autre. Seule Sophie, prise par hasard dans le même engrenage, suit l’étudiant dans cette brutale descente aux enfers. Seulement pourront-ils quelque chose face à ce phénomène étrange qui s’acharne contre eux?

Mon avis

Je trouve toujours compliqué d’écrire une chronique sur une nouvelle sans spoiler mais bon je me lance quand même 😉 .

L’idée de départ est ingénieuse, l’écriture est agréable mais, c’est trop court et tout va trop vite.

J’aurais aimé connaître un peu plus nos 2 héros afin de mieux comprendre leur évolution lorsqu’ils passent de l’autre côté du miroir. J’aurais aussi apprécié que l’histoire du miroir soit plus étayée… mais je peux pas vous expliquer beaucoup plus pourquoi sans dévoiler une partie de l’histoire, peut-être juste qu’il existe autant de miroirs que de signes du Zodiaque et que chacun à une particularité (Sincèrement ne pensez-vous pas que ce soit une idée à développer, en tout cas moi j’adore 😉 )

Mais bon, je ne vais pas exprimer seulement mes envies, il faut aussi que je vous parle de la nouvelle en soit ce qui se complique si je ne veux rien spoiler.

Elle me fait penser à une vieille série SF. Vous connaissez  la  4ème dimension ?

 

Avec Faux Semblants vous y entrez 😀 ! Et même si je n’étais pas une adepte de la série (je devais être trop pragmatique à l’époque 😛 ) j’ai passé un agréable moment de lecture 😉

Conclusion

Une nouvelle qui mériterait d’être étoffée et pourquoi pas devenir un roman mais qui permet au lecteur de passer un agréable moment dans une autre dimension !

Pour plonger dans la 4ème dimension, c’est par ici 😀

Bonne lecture ! 😉 ❤


4 Commentaires

Sondage : bientôt 1000 !

Bonjour

Aujourd’hui pas de chronique bien que j’en ai quelques unes de retard 😀 !

Je viens vous demander votre aide, à vous mes abonnés ❤ . Vous êtes bientôt 1000 à me suivre par différents moyens et je voudrais faire quelque chose pour vous remercier. Au vu du résultat de mon seul et unique concours (merci encore aux participants), je ne souhaite pas renouveler l’expérience.

J’ai déjà posé la question sur facebook et eu quelques suggestions mais j’aimerai avoir votre avis, vos attentes pour fêter avec moi ce grand événement… car c’est vous qui me donnez envie de continuer. Alors voilà ce que l’on m’a déjà proposé, je vous propose de voter pour ce qui vous intéresse le plus et si vous avez d’autres idées vous pouvez les rajouter aux sondages ou les laisser en commentaire ou encore m’envoyer un mail à l’adresse que vous trouverez dans « A propos »

Bonne lecture à tous ❤ 😉

Enregistrer


8 Commentaires

La première fois que j’ai été deux d’Archibald Ploom

Bonjour,

Écrire une chronique sur un livre que je n’ai pas aimé est un exercice difficile mais le faire sur un roman coup de cœur l’est presque autant … donc merci d’avance pour votre compréhension 😛 !!

Merci aussi à Archibald Ploom pour son service presse et sa patience (qui finalement a été moins mise à rude épreuve que ce que je pensais 😀 )

51r1+1LWVrL._SY346_

4ème de couverture

Nous sommes au début des années 2000, Karen Traban est en Terminale et vit seule avec une mère dépressive. Elle est brillante, musicienne et adore danser mais l’amour n’est jamais au rendez-vous, les garçons de son âge lui semblent sans intérêt. Quand un jeune anglais, Tom, arrive au milieu de l’année scolaire dans sa classe, Karen le prend immédiatement en grippe… Elle ne sait pas encore que ce jeune homme si différent des autres va changer sa vie. « La première fois que j’ai été deux » est un grand roman d’amour où les sentiments sont intimement liés au cours d’une Histoire qui vit l’Europe s’embraser avant de se reconstruire. Entre la Pologne de ses grands parents, l’Allemagne d’un jeune soldat tombé en 1944 et l’Angleterre de Tom, Karen va découvrir qu’un premier amour peut influencer une vie entière « La première fois que j’ai été deux » est un roman profond et intimiste qui peint le passage de l’adolescence à l’âge adulte. On assiste au dévoilement du destin de deux familles emportées par l’Histoire. Archibald Ploom nous propose un récit voyageur et une fresque historique que la naissance d’un amour vient ponctuer comme un message d’espoir.

Mon avis

Ne pouvant pas lire en musique, et afin d’être dans l’univers du roman, j’écris ma chronique avec comme fond musical Quadrophenia – The Who 😀 !! ( Pour ceux qui me connaissent, oui l’auteur a fait très fort, avec son histoire il a réussi à me donner envie d’écouter de la musique 😉 )

Bon parlons du roman, comme souvent pour mes services presses, je n’avais pas vraiment porté attention à la 4ème de couverture. En aucun cas l’entrée en matière du livre (fraîche et plutôt adolescent) ne laissait supposer une telle richesse de sujet. J’avoue qu’au début je pensais me retrouver avec une romance ado certes bien écrite mais rien de plus… Je me suis trompée !! 😀

Alors oui, il y a une romance mais c’est bien plus que ça, c’est une analyse de notre société où tout va vite (trop) et où presque tout est « jetable » .

L’auteur nous parle de la (notre) vie en toute simplicité, sans leçon mais avec un regard objectif sur l’évolution des relations humaines. Et puis il y a Karen qui veut vivre autre chose, différemment. Elle veut aimer avec un grand « A », elle veut vivre au présent tout en n’oubliant pas le Passé (oui, oui avec un grand P. comme le H de histoire). Alors ce côté réfléchi et analytique de Karen peut agacer mais j’ai la même à la maison, je peux donc vous dire que certains ados sont bien comme ça (et que leurs parents sont des chanceux !)

Bien que Karen soit l’héroïne de ce roman, j’ai été profondément touchée par l’histoire de sa meilleure amie (Mélanie) … une jeune comme j’en ai beaucoup croisée. Elle est le reflet de nombreux ados qui vivent vite, brûlent la chandelle par les deux bouts.

Je vais m’arrêter là car je pourrais vous parler des heures de ce roman tellement il est complet. Je n’ai abordé que le sujet qui m’a le plus marqué (l’adolescence dans notre société actuelle, la façon qu’ils ont chacun de réagir aux relations familiales difficiles…) mais j’aurais aussi pu baser ma chronique sur l’histoire d’amour, sur l’Histoire, sur la découverte de Londres (que j’ai hâte de visiter maintenant… d’ailleurs quand j’irai je reprendrais le roman pour faire la même visite hors des circuits touristiques 😉 ) sans oublier la musique, la poésie (je suis une grande adepte du Dormeur du Val de Rimbaud – tout simplement magnifique ! ) présentes tout au long du livre comme un fil conducteur solide et riche en émotions.

L’avis de Petite Pousse :

J’ai personnellement moins accroché à ce roman, notamment à cause des longs monologues intérieurs de Karen. Mais je me suis tout de même énormément identifiée à celle-ci. Elle a ce caractère « hors de l’époque actuelle » que j’ai tendance à avoir, et dans sa façon de penser elle me ressemble quand même beaucoup… A moins que ce soit moi qui lui ressemble 😀 J’avoue avoir été un peu frustrée par la fin, 8 ans c’est long :p (je n’en dis pas plus au risque de spoiler !) et j’aurais bien aimé voir dans l’épilogue un « 8 ans plus tard ». La fin reste extrêmement émouvante, et j’ai appris beaucoup de choses sur Londres comme sur l’Histoire. Ce fut donc vraiment une lecture très agréable 😉

Conclusion

D’une manière ou d’une autre chacun d’entre vous pourra se reconnaître dans l’un des personnages (et je pense que c’est ce qui en fait la force), pourra visiter Londres … En plus la plume est très agréable.

J’ai hâte de le mettre entre les mains de ma Petite Pousse et de savoir ce qu’elle en pense. Je ne sais pas si elle acceptera d’écrire une chronique mais je vous donnerai son avis si elle ne le fait pas 😉

Pour foncer lire ce roman si vous ne l’avez pas encore fait (et qu’il n’est pas dans votre PAL dont il faut le sortir absolument 😛 ) c’est ici

Et au cas où vous ne l’auriez pas compris et aussi parce que j’aime bien mettre des images 😉

Résultat de recherche d'images pour "coup de coeur"

Source image : http://the-love-book.eklablog.com/accueil-c27040320

Bonne lecture !! ❤ 🙂