Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


Poster un commentaire

Nordie : Deijan de Cécile Ama Courtois

Bonjour,

Après avoir lu Nordie : Guilendria grâce à un livre voyageur, je remercie Cécile Ama Courtois pour m’avoir fait parvenir la suite en service presse… et m’avoir offert le tome 1 par la même occasion ❤ 😉

41QrlJ2t7IL

 

4ème de couverture

Après avoir failli périr dans l’incendie de son château, Deijan de Bucail se remet lentement de ses blessures et se prépare à mener les batailles les plus importantes de son existence : d’abord, traquer ceux qui ont enlevé sa femme, afin de la retrouver. Puis, surtout… la reconquérir.
Mais sera-t-il capable de s’affranchir du passé ? Car ce n’est pas l’amour, qui rend aveugle. C’est la peur de l’amour.

Mon avis

Alors je ne vous dirai pas que c’est un coup de ❤ pour plusieurs raisons
1/  Mes chroniques coup de cœur font des flops 😀
2/ Ben ce n’est pas le cas car je n’aime pas la fin, mon côté midinette n’étant pas assez prononcé et que Deijan m’insupporte royalement (mais j’vous explique tout ça un peu plus loin 😉 )
3/ Heu y en a pas 😛
Comme souvent (à chaque fois en fait) je me suis retrouvée embarquée par la plume de Cécile. J’aime beaucoup l’univers qu’elle a créé dans Nordie et les personnages, leurs personnalités sont extrêmement bien travaillées.
J’ai pris plaisir à suivre Guilendria lors de son enlèvement, voir sa force de caractère, son humanité et donc aussi ses faiblesses.
Enfin on découvre l’histoire d’Iphoras. J’avoue que quand il en parle, j’avais la gorge nouée…bon, pas au point d’avoir la larme à l’œil, mais pas loin.
Là où le bas blesse c’est Deijan. Même si l’auteure arrive à lui redonner une part d’humanité, il reste « con » et a une réflexion relativement limitée (un mec, un vrai quoiImage associée ) … je ne compte plus le nombre de fois où je me suis énervée après lui !!
Quand à la fin, elle fera des adeptes, mais pour ma part, même si je trouve le clin d’œil sympa, je n’aurais pas pris cette option tropImage associée .
Mais je n’en dis pas plus sous peine de spoil 😉
La plume de Cécile est toujours aussi addictive, et en dehors d’une petite incohérence (sans importance 😉 ) elle nous entraîne sans problème dans son monde et on ne voit pas les pages défiler.

Conclusion

Une série à découvrir …. un univers bien décrit, des personnages travaillés, une fin …. bref une fin quoi !!! 😛
Pour vous le procurer 2 options :
L’ivrebook : Deijan
Publicités


Poster un commentaire

Monsieur Green d’Alexandre Debailleul

Bonjour,

C’est à force de discuter avec l’auteur que je me suis décidée à acheter son roman. En toute sincérité, ce n’est pas ma littérature de prédilection. Mais parfois il est bon de sortir de sa zone de confort…et dans ce cas ce ne fut pas désagréable du tout 😉

L’auteur ayant changé la couverture de son roman entre mon achat et ma lecture je vous propose de découvrir les 2 …. Personnellement, j’ai une nette préférence pour la première que je trouve plus touchante, dans l’émotion.

 

4ème de couverture

Le parc, un soir d’été. Le vieil homme est confus, ses pensées lui échappent, son corps aussi. La petite fille, elle parle avec des girafes, dessine des poissons-robes. La rencontre singulière entre Green et Lily-Rose, qui au fil de la nuit, l’amènera à rassembler ses souvenirs épars. Du parc originel, Monsieur Green nous emmène en traversée du désert et voguer sur l’océan, dans un parcours d’apprentissage de soi et de la beauté du monde… Un récit où rêve et réalité s’épousent et se confondent, où s’entremêlent chacun et chaque chose. Au matin, tout aura été dit.

Mon avis

Quand j’ai commencé la lecture, j’ai eu l’impression de replonger dans le roman jeunesse Momo, petit prince des bleuets … peut-être le parc, peut-être l’idée de transmission je ne sais pas trop. Mais ce roman s’adressant aux adultes il est plus profond… je dirai un message philosophique avec une pointe de poésie. 😉

De manière poétique l’auteur nous amène à réfléchir sur notre place dans le monde, sur notre perception de l’environnement… Peu de gens apprécient ce qu’ils ont ou cherchent à savoir qui ils sont. Ils laissent la vie les emporter sans vraiment chercher à comprendre. Tout est tellement rapide, accessible dans notre société.

Ici, l’auteur nous propose de prendre le temps de nous asseoir avec Mr Green et Lily-Rose pour découvrir qu’un autre chemin est possible. Que parfois il faut vivre de grands malheurs pour aller au bout de soi, apprécier chaque moment partagé, chaque épreuve et enfin savoir qui on est.

La plume est poétique, les mots sont bien choisis et les personnages très attachants, c’est avec plaisir qu’on découvre la vie de Monsieur Green. Quand à Lily-Rose elle représente le besoin de transmettre, de guider l’enfant. Malgré un côté « très adulte » elle a une fraîcheur qui permet d’encaisser certains événements 😉 .

La fin est un peu trop attendue selon moi …. mais si on lit attentivement la 4ème de couverture, elle est déjà sous-entendue  😉

Conclusion

Avec une plume poétique l’auteur tente de nous faire comprendre que malgré les aléas de la vie, le bonheur est toujours possible si l’on accepte la main qui se tend et le fait que c’est à nous de trouver notre chemin pour y accéder.

Résultat de recherche d'images pour "le bonheur on se le créé"

Pour vous procurer ce roman c’est par ici 🙂

Bonne lecture !!<3

 


Poster un commentaire

Sagas des mers grises : Le sabot de Sleipnir de Pierre Efratas

Bonjour,

Il est devenu très rare que je « demande » des services presses mais je dois reconnaître que suivre la maison d’éditions Noir d’Absinthe a tendance à rendre les choses compliquées 😀 ! J’ai donc fini par craquer et ai eu le plaisir de découvrir la plume de Pierre Efratas (pourtant j’ai la saga des 9 Mondes dans ma PAL depuis au moins 2 ans 😦 )

51iqF3fmUTL._SX350_BO1,204,203,200_

 

4ème de couverture

« Femmes et hommes libres, nobles jarls, bienvenue dans ma grand-salle, prenez vos aises ! Sur les flots dorés de l’amitié, par l’écume des mers grises, je vous ferai partager le destin aventureux d’un jeune Viking que tout destinait à la réussite et qui fut le jouet des Nornes, des dieux, des déesses et d’étranges créatures. Écoutez la saga d’Ingvarr le Réprouvé… »

Mon avis

C’est un livre que je relirai …. Non pas qu’il soit excellent !  Enfin si, il est très bon mais surtout je pense que je n’étais pas dans les meilleures dispositions pour le lire.

Pourquoi ? Je n’en sais trop rien mais alors que je discutais avec une autre blogueuse ( Faby du blog Beltane lit en secret), qui me disait « tu verras il est top ! » … je me perdais dans les noms, surnoms et fonctions des personnages. En plus, pour bien vous mettre dans l’univers, les noms des « héros » sont un peu…Comment dire ? Complexe : Ingvarr, Dagfinsson …

Heureusement le déclic est arrivé… je devais avoir lu 1/4 du roman et une fois tout remis en place, je me suis retrouvée embarquée auprès de ces vikings dans leur périple en Islande. À partir de là impossible de lâcher le livre (enfin la liseuse 😀 ), si ce n’est pour regarder l’écran de mon PC afin de suivre le voyage sur la carte faite par Tiphs

d48913_f7589ad5e5c9474a92f81cdb330e3660~mv2_d_3626_2598_s_4_2

Magnifique, non ?

Les personnages, en particulier Ingvarr et son meilleur ami (Brand) sont bien travaillés, intrigants et attachants. La plume est agréable et on se laisse entraîner dans l’aventure.

Un + :  les citations en début de chapitre qui nous emportent encore plus dans la mythologie Celtique ❤ !

« Faites silence en vous,

Fermez les yeux sur votre vie ancienne.

Le destin va danser

Prenez garde à ne pas tomber »

(Invocation traditionnelle des berserkir)*

À les refeuilleter pour vous en proposer une… je me dis que je vais aller rendre visite à mon ami Google pour en savoir un peu plus…Sur le coup j’ai juste apprécié les mots et leur musicalité 😉

Bon tout ça pour vous dire que

1/ Noir d’Absinthe est une maison d’éditions à suivre pour les adeptes de SFFF

2/ Que si vous avez une meilleure mémoire des prénoms que moi, Sagas des mers grises est un excellent roman dans lequel on découvre (enfin pour ma part 😛 ) avec plaisir la mythologie celtique en suivant les aventures du jard Ingvarr … et que la carte proposée permet vraiment de s’immerger au côté des vikings

3/ Que la saga des 9 Mondes du même auteur ne va plus rester très longtemps dans ma PAL 😉

Si vous voulez vous procurer ce premier tome, vous avez deux solutions :

 

Bonne lecture ! 😉 ❤

 

* Les berserkir apparaissent régulièrement dans la littérature scandinave du Moyen Âge, en particulier dans les sagas islandaises des xiiie et xive siècles, qui décrivent des événements remontant pour la plupart à l’époque viking, c’est-à-dire aux xe et xie siècles : ces hommes sont présentés par les auteurs de sagas comme des personnages souvent malfaisants, saisis de fureur guerrière et dévastant tout autour d’eux comme des bêtes féroces.

 


1 commentaire

La veuve de la crypte de Mestr Tom

Bonjour,

Je connaissais Mestr Tom pour ses autres casquettes, c’est la première fois que j’ai l’occasion de découvrir sa plume et … commencer par une nouvelle n’est pas forcément une bonne idée, la frustration allant souvent de pair avec la rapidité de la lecture.

Enfin !!!

51jGC8j8MaL._SY346_

4ème de couverture

Ardaluin le sanguinaire est le capitaine des armées inquisitoriales du Dragon, chevalier vampire aux ordres du pape. Il se réveille après un long sommeil forcé et découvre notre époque et ses perversions.
Une seule chose le réconforte, sa compagne durant plusieurs siècles : La Veuve de la Crypte.

Mon avis

15 pages c’est court, trop court…Mais bon faut faire avec 😉 .
Au réveil ça le fait : un petit café, une histoire courte qui vous met un sourire en coin dès les premières lignes. Ben oui… franchement rien que visuellement entre l’époque de l’inquisition et de nos jours où des personnes (même saines d’esprit…quoique là dessus j’ai un doute 😛 ) font des jeux de rôles et se déguisent pour se détendre… y a de quoi porter à confusion.
Quand aux dialogues…ils ne manquent pas d’humour non plus 😉
La plume est simple, agréable, fluide…. Prenez 5/10 min pour vous mettre le sourire aux lèvres de bon matin !
On vient par ici … en plus c’est gratuit 😉
Bonne lecture ! ❤
Résultat de recherche d'images pour "livre café"

Idéal pour bien commencer la journée ❤


2 Commentaires

Rêve n°1 : Djohar de Phany B.

Bonjour,

J’ai rencontré Phany B. suite à des échanges sur facebook concernant mon projet (le tout premier, quand je pensais encore m’installer sur Mazamet 😉 ) . Puis nous nous sommes rencontrées. Oh pas longtemps, 15 min sur un parking chacune d’entre nous courant après le temps 😀 ! C’était avant le salon du livre de Mazamet…je n’ai malheureusement trouvé le temps de lire son roman que maintenant.

reve-n1-djohar.jpg

4ème de couverture

Djohar était mon prénom, j’ai dû le changer lorsque j’ai fui le Pakistan.
Pourquoi ma soeur est partie si jeune ?
Comment fuir loin d’ici à 12 ans ?

Mon avis

Du passé au présent Djohar alias Amandine, nous raconte le Pakistan, ses coutumes (les pleins pouvoirs de l’homme et la soumission « aveugle » – quoique – des femmes).

Djohar est une rebelle qui refuse de se plier au dictat des us et coutumes de son pays…Elle veut sauver sa petite sœur. Mais, comme c’est impossible, elle fuit…seule ! Le lecteur la suit dans ses péripéties, traverse avec elle les horreurs qu’elle doit affronter et admire sa force de caractère. Puis il y a la rencontre, le sauvetage mais aussi l’angoisse permanente, la confrontation à une réalité qui lui fait peur, le retour au pays et ses conséquences.

Un livre court mais intense au niveau émotionnel … le seul problème, l’auteure l’explique en fin de roman. Depuis j’ai appris qu’elle avait trouvé quelqu’un pour la corriger et c’est une bonne chose car son roman est prenant 😉

 » […]En tant que dyslexique, j’ai corrigé ce roman avec l’aide d’amis, de correcteurs d’orthographe et moi-même, mais pas plus. […] »

Pour vous le procurer, c’est par

Bonne lecture ! ❤


1 commentaire

Le carnet bleu de Mademoiselle Smith de Sandrine Lambert

Bonjour,

J’ai rencontré Sandrine Lambert au Salon du livre de Mazamet…Cela fait trois ans que je discute avec son éditeur sans qu’il sache que je suis blogueuse. Cette année il l’a découvert à cause (ou grâce) au badge du Prix du Cercle Anonyme de la Littérature (ancien prix des auteurs inconnus).

Après des discussions en pointillées, un deal … j’ai eu la possibilité d’avoir un service presse.

Mercredi, en attendant mon Petit Diable qui était au badminton, je me suis plongée dans le roman de Sandrine Lambert … et je l’ai fini le soir même !

Le-carnet-bleu-couvV3-1ere-de-couv

4ème de couverture

Célia la conquérante arrive de New York ; elle va vivre chez sa tante, dans le sud de la France, le temps de trouver du travail. Elle a les dents longues mais apparaît fragile et déséquilibrée. Elle est suivie par une infirmière assez mystérieuse, Mademoiselle Smith, qui écrit un journal de bord sur sa patiente. La jeune fille s’entiche d’un jeune étudiant de son âge, Marc, et ils vont faire une escapade sur la côte d’azur. Célia, volage, séduit un homme du monde et Marc va connaître les affres de la jalousie. Le comportement de Celia déroute de plus en plus son entourage. Elle tombe enceinte, perd l’enfant, fait une dépression. Le diagnostic tombe : Célia est bipolaire. Après un séjour en hôpital psychiatrique, Célia s’installe à Nice et entreprend des études de photographie. Elle ne veut plus entendre parler de Marc, profondément malheureux, qui fait une tentative de suicide. Lors d’une crise de manie, elle fait la connaissance d’une psychologue perspicace, Fiona. Célia se dérobe face aux questions de sa nouvelle amie sur son enfance et contre toute attente, demande à Marc de l’épouser…Mais quel est donc le secret de Célia ?

Mon avis

Le livre de Sandrine Lambert m’intriguait de par son sujet : la bi-polarité. Mais j’avoue que son résumé m’avait refroidi un peu. J’avais l’impression d’avoir lu tout le roman en quelques lignes…. Et pourtant !!

Alors comment vous dire ?

Une fois le roman fermé, j’ai fait quelques recherches, je me posais des questions sur le lien entre la bi-polarité et la situation familiale de Célia (je ne vous donnerai pas plus de détails sous peine de spoil 😉 ). Alors je confirme, l’auteure connaît bien son sujet ce qui donne encore plus de force à son roman qui m’avait déjà embarquée pour quelques heures.

On suit donc Célia au quotidien, ses crises, ses manipulations, ses absences, ses déboires. Et comme elle, au début on ne comprend pas tout, on s’interroge sur son comportement jusqu’à ce que le diagnostique soit posé.

En parallèle de la vie de Célia, il y a le carnet bleu de Mademoiselle Smith dans lequel tout est noté, décortiqué, analysé et qui nous permet de saisir petit à petit l’ampleur de la situation.

Un roman dur, touchant. Des personnages bien travaillés auxquels on s’attache, qu’on déteste aussi parfois, qu’on ne comprend pas au premier abord souvent tout ça bien ancré dans la réalité.

La plume de l’auteure est travaillée avec un vocabulaire riche.

Après avoir lu de nombreux livres (10) de réalisme dans le cadre du Prix du Cercle Anonyme de la Littérature, j’avais une certaine appréhension à me replonger dans ce genre littéraire. Bien m’en a pris de le faire, je ne dirai pas que j’ai passé un excellent moment de lecture, cela serait trahir l’histoire, mais j’ai été touchée par Célia et son entourage, Mademoiselle Smith compris.

Un livre très intéressant … peut-être à éviter pour les lecteurs trop sensibles, ou avec un paquet de mouchoir !

Pour vous procurer ce roman, c’est par ici ou par

Bonne lecture ! ❤


4 Commentaires

Shinobu de Nicolas Benassi par Petit Diable

Bonjour, aujourd’hui c’est moi, Petit Diable, qui vais présenter une chronique.

Je vais vous exposer le ressenti que j’ai eu pour un livre acheté au salon du livre de Mazamet ( voir article précédent ) SHINOBU

shinobu

4ème de couverture

« Dans la poussière de la vallée de la Mort, une petite ville américaine est le théâtre d’un viol sordide. Alors que le FBI n’avance plus dans son enquête, Chris, un détective aux portes de la retraite, est mis sur l’affaire d’une étrange manière.
Le voilà plongé dans un univers particulier, proche du western ; avec son lot d’intrigues, de mystères, de personnages taciturnes, de violence, de sexe et de chaleur désertique.

Il va rapidement rencontrer une adolescente au profil intéressant : Shinobu. À la fois extérieure à l’enquête et pierre angulaire de celle-ci. Au gré des indices qui se multiplient et se contredisent, ses investigations vont l’amener à côtoyer les milieux les plus dangereux de l’Ouest américain.
Qui est vraiment Shinobu ? Quelles sont les véritables sources de ce viol ? Comment une petite bourgade reculée a-t-elle pu devenir le centre d’une telle histoire ?

Chris, accompagné de son ami Bill et d’un agent du FBI, devra comprendre l’incompréhensible pour mener à bien sa mission ! »

Mon avis

C’est un nouveau coup de cœur après celui du livre « Le quatrième sceau » de Cédric Péron (juste car je l’ai acheté après).

Un livre avec des personnages attachants, une enquête dure à résoudre mais aussi beaucoup de violence et une bonne touche d’humour.

J’ai beaucoup aimé ce livre car les personnages sont très attachants, l’enquête est bien écrite, le livre est très facile à lire et glisse tout seul, avec quand même des moments tendus …

Bon, trouvons un défaut … ça y est j’ai trouvé !

Je trouve les personnages pas assez développés et les scènes pas assez bien décrites, ça enlève pas mal d’émotions.

Mon personnage préféré est évidemment Chris (enquêteur et personnage principal) mais aussi j’aime beaucoup Shinobu même si l’histoire autour de cette fille n‘est pas assez creusée.

Par contre je suis très déçu de la fin car j’ai eu une sensation de pas fini.

PS : Si quelqu’un sait si il y a un tome 2 ( ou pas ), je voudrais bien le savoir.

Pour acheter le livre c’est ici.

Bonne lecture !

petit diable 2