Lectures familiales

Lire n'est pas un acte solitaire, c'est un moment de partage !


3 Commentaires

Tanaga : (tome 1) Les Écorcheurs d’Alice Quinn

Bonjour,

En cherchant la lettre Q pour mon challenge ABC spécial auto-édités (bientôt mis à jour 😉 ),  j’ai trouvé un coffret de 8 romans fantasy et SF  écrit par des auteurs indépendants (désolée, impossible de retrouver le lien d’achat 😦 )

5153AknN23L._SS300_

Et au milieu de ces 8 livres, miracle il y a un roman d’Alice Quinn :Tanaga 😀

51XryjVstUL._SY346_

4ème de couverture

Ils sont 5 joueurs, qui vivent sur des continents différents. Champions du Jeu en ligne Les Écorcheurs, ils ne se connaissent qu’à travers leurs avatars.
Lorsque malgré la réprobation de son père, Theo tente de passer la dernière épreuve du Jeu, elle commence à entrevoir d’inquiétantes interférences.
Communiquer avec ses amis les Guerriers Glorieux devient urgent.
Leurs implacables ennemis apparaissent dans la vie réelle, s’attaquant à leurs proches, qui ne remarquent rien !
Le jeu rend-il fou ses joueurs ? Ou une brèche s’est-elle vraiment ouverte entre deux mondes?
La vérité mènera les cinq complices au cœur d’une machination qui vise à détruire le Monde Nouveau, et ce qu’il a de plus précieux : le «Verbe».
Le fardeau s’annonce lourd pour Théo, qui a déjà du mal à accepter la mort de sa mère
et qui se passerait bien d’une mission pour laquelle elle ne se sent pas de taille…

Mon avis

Je reste une grande ado, et bien que je ne sois pas une adepte des jeux vidéos, je constate que pour la 3ème fois (les 2 autres sont :  ALE 2100 de Sophie G Winner et La clé d’Oriane de Leslie Héliade)  une auteure arrive à complètement m’embarquer dans son histoire en se servant de ses derniers comme « base » .

Est ce que pour vous aussi Théo est un prénom masculin ? Oui ? Et ben ici ce n’est pas le cas, c’est le diminutif d’un prénom féminin. Je dois d’ailleurs reconnaître que j’ai eu un peu de mal à m’y adapter surtout que la jeune demoiselle est plutôt du genre garçon manqué. Mais bon, elle est très « atta-chiante » … une vraie ado quoi 😀 !

D’un côté complètement prise par son jeu qui semble interférer dans sa réalité et de l’autre le deuil difficile de sa mère et surtout l’espoir de rétablir une relation avec son père…D’ailleurs je suppose une face cachée à la mort de la mère. (Très frustrant de pas tout connaître 😛 ) . Et puis cette nécessité qu’à Théo de se surveiller en permanence, histoire de ne pas être prise pour une folle est très bien rendue par l’auteure.

Le bémol de l’histoire, c’est que comme souvent dans ce style de roman … il y a un tome 2, et je déteste ça 😀 . Bon, je n’aurais pas à patienter longtemps vu qu’il est déjà sorti. On va juste essayer d’être raisonnable et attendre d’avoir descendu la PAL

Conclusion

Notre jeune héroïne se fait embarquer par son jeu … moi c’est par son histoire 😉 ! En plus l’écriture est fluide et on entre très facilement dans l’univers d’Alice Quinn.

Un livre plus épais mais un seul tome et ça aurait été un coup de ❤ 😉

Bonne lecture ! ❤ 🙂

Pour retrouver les aventures de Théo dans Tanaga, c’est par

 

 

Publicités


Poster un commentaire

Les dix-sept marches de Pascal Ninot

Bonjour,

Je prends un peu de temps pour vous faire un retour de lecture…mon retard s’accumule 😀

Pascal Ninot m’a envoyé ce livre, ce journal…non, plutôt cette lettre ouverte alors que je m’intéressait à son roman Némésis que mes moyens financiers et l’approche de Noël ne me permettent pas encore d’acheter 😦

51iQFdrTVML._AC_US218_Désolée la photo de couverture n’est pas bonne mais je n’ai pas trouvé mieux ou alors c’est mon PC qui a un problème 😛

4ème de couverture

 » Une marche est souvent le symbole d’une épreuve à franchir, pour arriver à un but.
J’en ai dégringolées Dix-Sept, et ma vie a basculé.
Vous allez la suivre avec moi, qui ?
La « Chose », elle est là.
Pendant que vous regardez ce livre, elle avance et gagne du terrain.
Jusqu’où ira-t-elle ?
Elle va m’emmener dans le noir profond des abysses et me faire connaître les hauteurs incommensurables de la vie. »

Mon avis

Il est compliqué de donner son avis sur un livre qui parle de « l’intimité » de son auteur … il faut savoir trouver les mots car c’est évidemment encore plus personnel qu’un roman.

J’ai apprécié la technique de la lettre ouverte dans laquelle l’auteur s’adresse directement à son lecteur, comme s’ils étaient assis dans un café et que chacun racontait sa vie.

J’ai été émue lorsque Pascal nous parle de ses filles, de leurs ressentis mais aussi et surtout de leurs forces et de leurs retrouvailles tout en pudeur.

Par contre il m’a perdu lorsqu’il s’est installé sur l’île des gens qui, face aux événements ont appris à vivre au présent, à profiter des petits bonheurs.

Malheureusement je ne saurais expliquer pourquoi cette image, cette conception du monde m’a « ennuyé » . C’est une belle chose de rêver le meilleur mais … je crois que le fait de partir d’une réalité « dure » pour finir dans un monde « chimérique » m’a dérangé.

À moins que ce soit mon côté « pessimiste » qui me fait penser qu’il faut arrêter de rêver et que même si on arrive à profiter de ce que la vie nous offre, il y aura toujours un moment ou un autre quelque chose qui nous tombera sur le coin de la figure !!

Conclusion

Une lettre ouverte qui m’a émue dans sa dure réalité de l’emprise de la « Chose » mais aussi dans sa beauté des relations familiales. Mais qui m’a perdu en tant que lectrice lorsque l’auteur passe de l’autre côté de la ligne et nous parle d’un monde « parfait » !!

Bonne lecture !! 😉

Pour acheter ce roman, cette lettre, c’est par 🙂


1 commentaire

Le sceptre de Râ de Tino Moreira

Bonjour

Comme d’habitude je remercie Tino Moreira et les Hystéries éditions pour ce service presse. Bon il a moins attendu que certains mais ça devait être sa première avant d’aller dédicacer son roman 😉

d2d40e_092e7bd17d8c466d9b6638de4fdff673~mv2_d_1757_2596_s_2

4ème de couverture

Depuis son enfance, Wilhem a toujours été le souffre douleur des autres. Bien qu’ayant réussi à obtenir un poste important, son désir de revanche l’empêche d’être parfaitement heureux. C’est alors qu’un obscur démon hindou nommé Ravana vient lui proposer un marché qu’il ne peut pas refuser : dominer ses semblables en échange de son aide pour récupérer un puissant artefact, le sceptre de Ra. Ra n’étant pas d’accord pour que Ravana utilise son sceptre à ses fins, il va demander à l’aristocrate Franz Meyer, dont il connaît la grande valeur, de récupérer le sceptre et le détruire si nécessaire. Une lutte entre les deux hommes commence. Qui l’emportera ?

Illustration de Brewal O’Cara

Mon avis

J’ai commencé ma lecture en faisant des recherches. Je ne connais pas bien la mythologie égyptienne mais Ravana ne me disait absolument rien. Et pour cause, c’est un dieu Hindoue (comme quoi si j’avais lu la 4ème, je n’aurais pas eu besoin de chercher, 😛 )… mais alors qu’est ce qu’il vient faire là ? Vous le saurez en lisant le livre car Tino nous explique comment il voit les choses, et même si cela ne correspond pas à mes idées, c’est bien amené. Et j’avoue que l’envie de comprendre le lien m’a fait avancer dans ma lecture, surtout que l’auteur connaît son sujet 😉

Revenons à l’histoire. Deux Dieux (Ravana et Râ) utilisent des êtres humains pour récupérer un sceptre ultra puissant. Alors autant on comprend le choix de Ravana pour Wilhem qui est un arriviste aux dents longues et qui ne rêve que de soumettre les autres à son pouvoir. Autant il est un peu plus complexe de comprendre le choix de Râ, mais Franz est un personnage attachant et qui est loin de la perfection que l’on peut imaginer.

Les bémols de l’histoire : l’auteur veut tellement nous plonger dans son univers (par soucis de bien faire) qu’il entre un peu (beaucoup) trop dans les détails. Le problème c’est qu’une partie de l’histoire se passe dans notre univers donc cela rend le texte un peu lent. Après il y a aussi l’histoire d’amour entre le neveu de Franz et une archéologue que je trouve un peu gnangnan mais vous connaissez mon point de vue sur la romance 😛

Conclusion

Un auteur qui a du potentiel mais qui doit laisser à son lecteur une plus grande marge de manœuvre pour imaginer le monde qu’il créé.

Pour vous procurer ce livre, c’est par ici

Bonne lecture !! ❤ 😉


5 Commentaires

Louis XIV : tous les oiseaux ne savent pas voler de Djam Zerrifi

Bonjour,

J’ai récupéré ce livre lors du mois des indés sur Amazon pour avancer voir même finir mon challenge ABC spécial auto-édités. La lettre Z difficile à trouver 😉


51rsCLuyt7L

4ème de couverture

Le récit farfelu des aventures ROCAMBOLESQUES du jeune Saïd, étudiant un peu looser, qui se retrouve kidnappé par des escrocs à la petite semaine, attaqué par une pluie d’oiseaux morts, mis à la porte par son père pour un quiproquo et enlevé par une secte croyant en un trésor laissé par Louis XIV dont il serait la clef…
Une galerie de personnages hauts en couleurs, une prophétie, un chat jaune et les dorures de Versailles :
tels sont les ingrédients de ce premier roman totalement déjanté !

Mon avis

Alors déjà quand je l’ai acheté ce n’était pas cette couverture et le titre était Tous les oiseaux ne savent pas voler…aucune référence à Louis XIV. Enfin, après lecture je ne trouve ni l’un, ni l’autre adapté au roman. Mais j’aurais été bien incapable d’en trouver un.

Je vous mets la couverture que j’ai eu même si elle n’est plus d’actualité 😉

Résultat de recherche d'images pour "les oiseaux ne savent pas voler"

 

Bon là on se demande pourquoi il y a un chat…sur l’autre aussi d’ailleurs 🙂

 

Une fois ma lecture terminée, je suis allée voir les commentaires sur Amazon, que des 5 étoiles. Et c’est là que je me dis que tous les goûts sont dans la nature et que je ne ferais que très rarement parti de la majorité 😀

Je n’ai pas apprécié la lecture de ce roman où on a du mal à suivre les personnages. Si on ne s’accroche pas au début, on lâche facilement , les passages d’un protagoniste à l’autre manque de clarté. Pourtant au fur et à mesure des pages l’intrigue se dévoile et on comprends le lien qui existe entre chacun d’entre eux. Enfin, le côté déjanté et même capillotracté (j’ai eu beaucoup de mal avec le chat empaillé 😛 ) ne me convient pas…pourtant tout est bien ficelé et cohérent.

Allez je copie/colle un avis Amazon …

le 9 novembre 2017
Très bonne lecture. Ce n’est pas vraiment le registre que j’ai l’habitude mais pourtant j’ai adoré ! L’auteur à son propre style, bien maîtrisé, très bien écrit.
Une chose qui est appréciable c’est qu’il ne prend pas le lecteur pour un imbécile. Pas de besoin de devoir lire un tas de description pour comprendre de quel personnage nous parlons, le lecteur peut le déterminer facilement de lui-même. Le fait de passer d’un personnage à l’autre au fil de la lecture pour enfin comprendre petit à petit le lien entre chaque histoire qui sont, elles, bien différentes c’est une idée géniale.
C’est très simple, une fois pris dans la lecture on a hâte de découvrir la suite, le livre se lit en une seule fois ! On rit, on enquête, on est avec les personnages.
Je recommande, peut plaire à de nombreux lecteurs.
Bonne lecture ! ❤
PS : je dois être une imbécile vu que j’ai eu du mal à me repérer avec les personnages
Résultat de recherche d'images pour "mdr"


4 Commentaires

Bilan Novembre 2017

Résultat de recherche d'images pour "bilan du mois focus littérature"

Bonjour,

Avec quelques jours de retard, voilà le bilan du mois !

Même si j’essaie de descendre mes services presses, j’avoue que je n’en vois toujours pas le bout. Je me demande encore comment j’ai pu en arriver là.

En attendant, chers amis auteurs ne désespérez pas… j’y arriverai ! J’y arriverai (j’ai l’impression d’être dans la pub de la MAAF 😛 😀 )

Enfin, voilà mes 10 lectures du mois…en espérant garder le même rythme 😉

Louis XIV n’est pas encore chroniqué…d’ailleurs c’est le seul roman qui ne soit pas un SP, je l’ai acheté dans le cadre du Challenge ABC spécial auto-édités, c’est la lettre Z … Quelle galère pour la trouver celle-là Résultat de recherche d'images pour "mdr"

Petit Diable

Il a fini L’Epouvanteur tome 6 : « C’est trop génial ! C’est de plus en plus sombre mais c’est la série du siècle !!  »

L'épouvanteur, Tome 6 : Le sacrifice de l'Epouvanteur

Désolée pour les adeptes de HP 😛 . Petit Diable s’est arrêté au tome 3 (ou 4 je sais plus trop). Par contre là il me tanne pour avoir la suite !!

Les 7 et 8 devraient arriver dans le courant du mois de décembre mais chuttt !!! 😉

Petite Pousse

D’après ce que je sais, elle est essentiellement sur Wattpad, enfin je ne la vois pas beaucoup avec un livre dans les mains.

En attendant pour son anniversaire, elle a reçu le tome 3 des Fiancés de l’Hiver de Christelle Dabos

La Passe-miroir (Livre 3) - La Mémoire de Babel

Plus qu’à relire le tome 1 et à lire le 2 😀 !

Voili ! Voilou ! Et c’est reparti pour un mois 😉

Bon mois de décembre à tous riche en lectures….et en chocolats ! ❤ 😉


2 Commentaires

Calendrier des auteurs : Décembre 2018

Bonjour,

Je suis dans les starting block j’ai cru que je n’arriverai jamais à vous présenter l’auteur du mois dans les temps 😉

Jean Wysock est vraiment quelqu’un d’adorable, quand j’ai eu mes problèmes professionnels, il fut une oreille ou du moins un œil attentif et de bons conseils. Pour le moment je n’ai eu l’occasion de lire que « Chéri je crois que j’ai tué ton père !  » mais je compte bien lire les autres 😀 !

En attendant je le laisse se présenter…

L’anecdote de Jean 😉

Je me souviens d’une anecdote lors d’une dédicace. Une charmante vieille dame faisait la queue. Quand elle arrive enfin en face de moi, je lui demande:

– Vous vous appelez comment?

– Non, non, attendez!

– C’est pour offrir?

– Vous ne comprenez pas. J’ai une question….

– Bien sûr, que désirez-vous savoir?

– Vous êtes connu ou pas?

– Pas encore, mais je commence.

Tout en souriant, la dame me répond

– Je reviendrai quand vous serez connu.

Voilà, c’est un peu mon message. Comment être connu si les lecteurs ne prennent pas la peine de vous connaitre? Je voudrais remercier tous ceux qui font cet effort et qui j’espère en sont récompensés.

J’aimerais pouvoir écrire bien plus, ma tête est remplie de livres qui n’attendent que vous. Nombreux sont mes lecteurs qui me poussent. Mais comme beaucoup d’entre nous il me faut aussi manger!

2018_12

 Sa Biographie

Naissance à Paris le 13 juillet 1962.
Après une école préparatoire à Louis le Grand, Jean Wysock abandonne ses études de commerce par envie de vie, du grand large, d’autres horizons.
Adepte des petits boulots, il est tour à tour déménageur, pianiste de bar, serveur, tourneur, fraiseur, commercial négociant en vin en Bourgogne. Devenu directeur export, Jean Wysock s’envole pour l’Asie du Sud-Est, où il restera onze années, essentiellement au Cambodge où il est journaliste, puis patron d’une entreprise informatique avant d’être entrepreneur dans le bâtiment public.
De retour en France, Jean Wysock reprend ses bonnes vieilles habitudes : déménageur, laveur de carreaux, tondeur de pelouses. Il s’assagit un temps pour se consacrer au professorat pendant deux années, avant de sombrer à nouveau. Jean Wysock maintenant écrit !

Sa Bibliographie et quelques chroniques 😉

2008 La barbarie occidentale

http://mariebarrillon.blogspot.fr/2011/09/la-barbarie-occidentale.html

2015 :

  • Frérot

http://boulimiquedeslivres.blogspot.fr/2015/06/mon-avis-sur-frerot-de-jean-wysock.html

  • Chéri, je crois que j’ai tué ton père ! (Octobre) ,

http://exulire.blogspot.fr/2016/11/cheri-je-crois-que-jai-tue-ton-pere.html

2017 : Attentat à l’amour

Et une petite interview pour finir 😉 : http://boulimiquedeslivres.blogspot.fr/2015/06/interview-de-jean-wysock.html

Pour plus d’infos sur ses romans c’est ici (vous pouvez aussi les trouver sur le site de la FNAC)

Bonne découverte !! 😉

Bonne lecture ! ❤


Poster un commentaire

Le Troubadour de Souillac de Danièle Belorgey

Bon

Bonjour,

Je lis rarement des livres « historiques » mais celui-là m’a interpellé car cela se passe dans la région de mes beaux-parents 😉

Merci à Patrick Ferrer pour ce service presse, et toutes mes excuses pour votre loooongue attente !

le-troubadour-de-souillac-862324-264-432

4ème de couverture

Amours, violences, barbarie, bienvenue au moyen-âge !

Guiraut est fils de serfs, né dans la baille du château de Souillac, le même jour que Guilhem, l’unique héritier du comte Geoffroy de Castilliane. Arraché dès sa naissance à ses humbles parents, Guiraut est élevé avec le jeune seigneur dont il devient l’inséparable ami. Ignorant tout de ses origines, il reçoit la même éducation que Guilhem et partage avec lui la tendresse de la comtesse, la mélancolique Ermangarde, qui lui offre sa première viole.

A deux pas des amours bestiales du terrible comte Geoffroy, son talent de poète s’épanouit comme sa beauté. Il décide de consacrer sa vie aux vers et à l’amour courtois… mais il a déjà croisé le chemin d’une jeune serve, la belle et fougueuse Aurore…

Dans le monde violent et contrasté du XIIe siècle, cette histoire d’amour et de mort se déroule inexorablement, sur fond d’hérésie cathare, de beuveries et de sainteté, de rapines, de meurtres et de viols. Des rives de la Dordogne à la Cour d’Aliénor d’Aquitaine, de la ville de Limoges aux forêts de Corrèze, Guiraut le troubadour marche vers son tragique destin.

 

Mon avis

Comme vous pouvez l’imaginer, comme je ne suis ni une grande adepte de romance, ni une « connaisseuse » concernant les romans historiques, je ne savais absolument pas à quoi m’attendre….c’est peut-être pour cette raison qu’il est resté aussi longtemps au fond de ma PAL. L’inconnu stress toujours 😀 !

Côté romance,on est entre amour « courtois »  et droit de cuissage . Avec en fond l’idée que la femme est le Diable personnifié et le plus souvent un simple objet afin de satisfaire des besoins somme toute naturels .

Alors sincèrement je ne connais pas suffisamment les mentalités de l’époque, mais l’auteur nous plonge dans une atmosphère qui correspond à l’idée que je m’en faisais. J’ai eu l’impression à travers l’histoire mais aussi le vocabulaire utilisé de faire un voyage dans le temps. Alors bien sûr il y a du sentimentalisme  (bien que la romance présente dans ce livre est bien loin de notre conception actuelle de cette dernière) mais l’auteur nous montre  aussi les mentalités de l’époque, l’utilisation du « pouvoir », la montée du catharisme, les « serviteurs de Dieu » (dans toutes leurs éventualités : ascète, violent…)

Par contre j’ai trouvé la fin un peu sèche, brutale…voir même expéditive (mais en y réfléchissant après coup, je ne vois pas d’autre moyen de faire 😀 ).  Quand à  Guiraut certes il est attachant mais de caractère faible (il se laisse facilement influencé) et il est un peu trop centré sur ses émotions. Bon en même temps il est troubadour et c’est sa source d’inspiration mais personnellement cela me lasse rapidement.

Conclusion

Sûrement un de mes 1er romans historique (en dehors de ceux sur la 2nde Guerre Mondiale) dans lequel j’ai apprécié me plonger. L’écriture est agréable, le vocabulaire d’époque nécessite une petite adaptation mais c’est avec plaisir qu’on suit Guiraut.

Bonne lecture ! 😉 ❤

Ah j’allais oublier, pour vous procurer ce roman c’est par ici !