Les Primitifs de Laetitia Laosakoune par Petite Pousse

Bonjour !

Aujourd’hui je reprends le clavier pour vous parler du roman de Laetitia Laosakoune « Les Primitifs »

4ème de couverture :

Charlotte, jeune passionnée de jeux vidéo mène une vie tranquille, trop tranquille pour elle. Chaque jour, elle travaille dans une boulangerie et sert un client mystérieux, au physique atypique mais séduisant. Elle est amoureuse de lui mais cet homme, désagréable et inaccessible, ne lui accorde pas un regard ni un sourire, jusqu’au jour où les évènements vont les réunir. Malgré la découverte des sombres secrets qui entourent ce garçon et l’incroyable révélation sur l’existence de son « espèce », Charlotte lui fait confiance et lui confie sa vie. Ils affronteront ensemble l’apparition d’un virus mortel, d’agents gouvernementaux qui les pourchassent sans raisons apparentes mais surtout du jeune frère de celui-ci qui semble vouloir du mal à la vendeuse et qui mettra tout en place pour se débarrasser d’elle…

Mon avis :

J’ai commencé ce roman dans la voiture en revenant du salon de l’imaginaire de Toulouse, pensant (naïvement) que, comme pour la majorité des livres j’arriverais à faire une pause dans ma lecture en arrivant à la maison pour travailler. Que nenni ! Je n’ai même pas stoppé ma lecture pendant le temps de marche de la voiture à mon lit. 😀 Je l’ai trouvé addictif pour la simple et bonne raison que l’histoire est remplie de rebondissements, d’action ainsi qu’une bonne dose de suspens.

J’ai malheureusement relevé quelques points qui m’ont un peu déçue au cours de ma lecture.

Tout d’abord le résumé : je le trouve un peu décousu… le jeune frère n’est, selon moi en tout cas, pas le point le plus « problématique » de l’histoire. De plus, il évoque une rapidité dans l’évolution de la relation de Charlotte et le client mystérieux, qui est certes présente dans le livre mais moins que ce que laisse entendre le résumé : elle est amoureuse de lui (même si, en tant que « d’jeuns » je dirais plus que c’est un crush, une attirance, étant donné qu’elle ne lui a jamais vraiment parlé) –> annonce du secret –> lui confie sa vie –> se battent ensembles, seuls contre tous. Ça m’a personnellement donné une impression de précipitation moins marquée dans le contenu du roman.

La rapidité justement. J’ai tellement aimé les rebondissements, les actions qui renversent tout ce que le lecteur peut penser sur les personnages, que j’aurais aimé que l’auteure prenne un peu plus de temps, à côté, pour creuser les relations entre les personnages, leur caractère, leur personnalité. Un exemple : il est mentionné dans le résumé que Charlotte est fan des jeux vidéo. A part pour provoquer l’aveu du secret d’Adam, et pour lui faire acquérir une qualité de hackeuse (un peu exagéré, ce trait de sa personnalité est peu utilisé, or il est dans le résumé ce qui sous-entends que c’est quelque chose de fondateur pour Charlotte. Mais je comprends le fait d’avoir privilégié les actions : il faut mener le lecteur quelque part et les livres trop longs ont tendance à faire fuir les petits lecteurs, ce qui aurait été vraiment dommage !

Le style de l’auteur est très agréable, très fluide et correspond totalement à l’effet recherché. La mise en page est magnifique,(tout comme la couverture), où les chapitres sont annoncés en blanc sur un fond noir. C’est très agréable et original !

Il me reste juste deux minuscules questions, insignifiantes, mais qui m’ont perturbée légèrement (en tant que jeune fille casse pieds je l’avoue XD ).

Au niveau de la phrase  » Il l’embrassa plus passionnément que la première fois, mais cette fois il ne la laisserait pas sur sa fin « . J’aurais eu tendance à dire  » sur sa faim  » mais j’avoue que du coup je m’interroge ^^

Enfin, c’est au niveau des capacités de hackeuse de Charlotte dont j’ai parlé un peu plus haut. Elle explique qu’elle les as acquises grâce à des amis joueurs en ligne afin de savoir télécharger des jeux avant leur sortie officielle. Dans ce cas, pourquoi attends-t-elle au début du roman la sortie de son jeu favori plutôt que de le télécharger ? Et surtout, comment cela peut-il être suffisant pour lui permettre de rentrer dans les documents du Ministère de la Santé qui est protégé ne serait-ce que par un pare-feu très puissant qui n’a pas besoin de gens pour le contrôler (le virus n’a donc aucun effet sur ce pare-feu)? Après, je peux me tromper sur le moyen du gouvernement de protéger ses infos capitales mais c’est ce qu’il me semblait d’après ce que j’ai pu lire ou entendre, ce qui fait que j’ai été assez surprise. ^^

Conclusion :

Un livre extrêmement addictif (j’ai d’ailleurs exigé le tome 2 dès la fin de ma lecture tellement le cliffhanger est horrible 😀 (encore plus avec le prologue du tome 2 à la fin !), au style très agréable et, malgré quelques toutes petites faiblesses, parfait pour passer un moment haletant !

Bonne lecture !

Pour vous le procurer c’est ici (Amazon) ou (directement chez les éditions livresque)

Petite Pousse

petite pousse

2 commentaires

  1. Une super chronique, très argumentée, qui donne envie de lire le livre tout en étant consciente de ses faiblesses. J’aimerais que Citara puisse bénéficier d’un oeil aussi avisé… 😉
    Pour l’expression « sur sa faim », effectivement ce doit être une coquille.
    Bon lundi de Pâques à toute la petite famille. 😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s